Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Histoire de l’islamisation française 1989–2019 : chronique d’un aveuglement collectif et médiatique

29 août 2019

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Histoire de l’islamisation française 1989–2019 : chronique d’un aveuglement collectif et médiatique

Histoire de l’islamisation française 1989–2019 : chronique d’un aveuglement collectif et médiatique

29 août 2019

Temps de lecture : 3 minutes

Début 2019 sortait en librairie un livre intitulé « Histoire de l’islamisation française 1989–2019 », qui fera peut-être date. Il ne portera pas à la postérité ses auteurs, puisqu’il est écrit par un collectif anonyme. Voilà qui en dit long sur le climat de guerre civile qui sévit désormais en France, où il faut penser à sa protection physique quand on émet quelques doutes sur le dogme du vivre ensemble.

Une analyse année par année

Le con­tenu de cet ouvrage mérite qu’on s’y attarde avec atten­tion. Tout au long des 674 pages et des 40 chapitres, les auteurs nous présen­tent et analy­sent des événe­ments représen­tat­ifs, un par année, de l’islamisation de la France de 1979 à 2019.

Dans le proces­sus qui a pro­fondé­ment trans­for­mé la société française – notam­ment en changeant des com­porte­ments, en créant des inter­dits et en bridant la lib­erté d’expression – les médias de grand chemin ont pris toute leur part. Ils ont accom­pa­g­né ce change­ment par igno­rance, con­vic­tion ou lâcheté (à vous de choisir). Les exem­ples cités dans le livre de ce que le recul de l’histoire per­me­t­tra très prob­a­ble­ment de qual­i­fi­er d’aveuglement col­lec­tif sont nom­breux. Nous nous en lim­iterons à quelques-uns.

Des exemples un peu anciens

Dès 1979, c’est la révo­lu­tion menée par l’Ayatollah Khome­i­ni qui béné­fi­cie d’une étrange bien­veil­lance. Dans Libéra­tion, on apprend qu’en Iran, les murs sont « gauchistes » et le voile « un sym­bole de lutte ».

En 1985, c’est le jour­nal « Sci­ence et nature » qui donne la parole à Tobie Nathan, un pro­fesseur de psy­cholo­gie, qui explique que face au trau­ma­tisme de l’immigration et de l’assimilation que vivent les petites filles africaines, « seul le rit­uel de l’excision per­met de les soign­er et de les recon­naitre ».

C’est aus­si Le Monde en 1986 qui après les remous causés par le livre de Salman Rushdie « Les ver­sets sataniques » donne la parole à un pro­fesseur d’histoire à la Sor­bonne, Mohamed Ark­oun. Com­men­tant les réac­tions à la pub­li­ca­tion du livre, il affirme : « l’Occident n’est pas du tout pré­paré à enten­dre la voix de l’islam comme elle s’exprime ». « Des paroles glaçantes et trop claires pour être enten­dues », selon les auteurs.

Et de plus récents

En 2004, alors que le port du voile se développe, c’est Jean-François Khan qui dénonce dans Mar­i­anne une « hys­térie répres­sive » lors de débat sur la loi l’interdisant dans les écoles.

En avril 2000, les auteurs de l’ouvrage nous rap­pel­lent que c’est L’Express qui a lancé médi­a­tique­ment Tariq Ramadan, en lui accor­dant un entre­tien pub­lié sur plusieurs pages, avec forces qual­i­fi­cat­ifs louangeurs.

En 2005, la fer­me­ture emblé­ma­tique du Musée nation­al des arts et des tra­di­tions pop­u­laires a lieu alors que cer­tains médias l’ont déjà enter­ré, sym­bol­ique­ment. Pour Libéra­tion dès 1991, c’est un « musée des arts et tra­di­tions pop­u­laires étouf­fé par ses racines », sans doute trop fran­chouil­lardes…. Le Monde estime un peu plus tard que c’est « un étab­lisse­ment échoué à la lisière du bois de Boulogne ». Le musée chang­era de voca­tion et sera trans­féré à Mar­seille, le MUCEN a désor­mais un arrim­age fort à la Méditerranée….

L’attaque du camion fou à Nice en 2016 est l’occasion de diva­ga­tions vague­ment psy­chol­o­gisantes : Dans Le Point, un édi­to­ri­al­iste par­le d’un « com­plexe nord-africain » à pro­pose de l’auteur de l’attentat. Les auteurs évo­quent une « désis­lami­sa­tion » du dji­hadisme, en par­ti­c­uli­er quand Aude Lancelin explique que « chez les musul­mans européens, on sait que la pra­tique religieuse décline aus­si ».

On pour­rait mul­ti­pli­er les exem­ples. Chaque page apporte son lot de décou­vertes. Un motif de con­so­la­tion : les médias alter­nat­ifs, dont l’OJIM, se sont dévelop­pés ces dernières années et per­me­t­tent une plus grande var­iété des sources d’information. Aux lecteurs de choisir.

« His­toire de l’islamisation française 1989–2019 », Edi­tions L’Artilleur, 2019, 688p, 25 €

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés