Accueil | Actualités | Médias | Groupe M6, bénéfices en hausse, merci Les Girondins de Bordeaux
Pub­lié le 30 novembre 2018 | Éti­quettes : , , , ,

Groupe M6, bénéfices en hausse, merci Les Girondins de Bordeaux

Le bénéfice net du groupe M6 a bondi de 81,8% au troisième trimestre 2018 (46,2 millions d’€)… mais la chaine de télévision éponyme n’y est pour rien. Ce sont en effet les profits des Girondins de Bordeaux et la vente de MonAlbumPhoto qui le tirent vers le haut. L’augmentation de 13% du chiffre d’affaires (293,8 millions d’€) est liée à l’intégration du pôle radio (RTL, RTL2, Fun Radio) qui pèse 34,6 millions d’euros.

Stabilité hors radio

D’ailleurs, hors pôle radio, le chiffre d’affaires du groupe média est quasiment stable. Et le chiffre d’affaires publicitaire des chaînes gratuites n’augmente que de 0.4%, à 166 millions d’euros. La chaîne M6 voit sa croissance s’essouffler, à 0.2% d’augmentation de septembre 2017 à juin 2018 et a lancé un renouvellement de ses programmes, ceux-ci ont un coût et font reculer de 12.1% le résultat opérationnel courant (EBITDA) à 32,6 millions d’euros.

Cher football

C’est surtout la cession des Girondins de Bordeaux qui est une bonne opération pour M6 : non seulement la trésorerie y gagne 84 millions d’euros – et 19M de plus reportés sur 2019 et 2020, mais 122 millions d’euros d’engagements hors bilan donnés en 2015 à la métropole de Bordeaux (comme garantie pour le paiement futur des loyers du stade) sont supprimés. Cet automne, M6 a aussi empoché 24 millions d’euros des 41 millions d’euros de la vente de Malcom au FC Barcelone, soit 58% du transfert.

Les résultats en dent de scie du club que M6 détenait depuis 1999 ont douché ses espoirs de diversification dans le football. Les fonds américains GACP et King Street, repreneurs au terme d’une vente émaillée de nombreux contretemps, ont notamment fait appel à Thierry Braillard, ancien secrétaire d’État aux sports et grand ami de Nicolas de Tavernost, président du directoire de M6.

Remboursement de dettes

La chaîne avait acheté le club pour 24 millions d’euros selon Barclays mais a justifié le montant du rachat : « on ne part pas avec la caisse », a expliqué Nicolas de Tavernost. « Cette somme correspond en partie au remboursement de ce que les Girondins ont comme dette vis-à-vis de M 6, avait-il souligné. Il y a eu des pertes au cours de ces dernières années [notamment 4.7 millions d’euros de perte d’exploitation en 2017], il faut bien que quelqu'un paye […] C'est de l'argent qu'on a prêté. On se fait simplement rembourser par l'acheteur ».

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

8% récolté
Nous avons récolté 155,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux