Accueil | Actualités | Médias | Groupe Le Figaro : les diversifications paient
Pub­lié le 2 mars 2019 | Éti­quettes :

Groupe Le Figaro : les diversifications paient

Au moment où L’Express change de mains après de lourdes pertes et risque de passer au tout numérique comme Libération, comment s’en tirent les médias qui gagnent de l’argent ? Comme TF1 et La Tribune, ils font autre chose que des médias. Le groupe Le Figaro suit cette voie.

600M€ en 2018

Un chiffre d’affaires en hausse de 9% après l’intégration du voyagiste Marco Vasco et un résultat (identique à celui de l’année précédente) de 34M, Marc Feuillé DG du groupe Le Figaro pouvait montrer sa satisfaction dans les colonnes de son journal le 21 février 2019.

Si la diffusion se maintient un peu au-dessus de 300000 exemplaires par jour, les abonnés numériques franchissent symboliquement le chiffre des 100000, en croissance de 30%. Les podcasts audio, les vidéos (600 millions de vues sur le site du journal), renforcent la visibilité du quotidien comme celle du pôle magazine.

Surtout beaucoup de diversification

Le groupe organise des croisières, des salons (Rencontres de l’orientation), des voyages (Marco Vasco, Maisons du voyage), gère un ensemble digital médias (CCM Benchmark), possède un réseau social (Viadeo en cours de transformation sur le modèle de Glassdoor, évaluation des entreprises). Toutes ces activités représentent 40% de l’activité. Et quelle proportion des profits ? Marc Feuillée ne le dit pas mais il est probable qu’une approximation autour de 70/80% ne serait pas loin du compte. Moralité : pour conserver et faire progresser un média il faut aussi savoir faire autre chose. Et aussi récupérer les subventions, de l’ordre de 6M€ en 2017.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This