Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Bolloré passe de la censure à l’intimidation pour promouvoir ses émissions

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

20 octobre 2015

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Bolloré passe de la censure à l’intimidation pour promouvoir ses émissions

Bolloré passe de la censure à l’intimidation pour promouvoir ses émissions

Temps de lecture : < 1 minute

Vincent Bolloré est un patron très dévoué. Après avoir repris en main Canal Plus en virant tous ceux qui n’étaient pas d’accord, puis mis ses médias au service de ses affaires – dans le monde de l’entreprise, on appelle cela « faire des synergies » –, il passe maintenant aux méthodes du soft power pour requinquer ses émissions.

Selon Le Canard Enchaîné du 14 octo­bre dernier, Bol­loré et ses affidés expliquent poli­ment aux pro­fes­sion­nels du ciné­ma et de la musique que s’ils préfèrent les émis­sions des con­cur­rents aux siennes – notam­ment « Touche pas à mon poste » de Hanouna sur Direct 8, ils risquent de se voir retir­er le sou­tien de Canal Plus et d’U­ni­ver­sal Music. Bol­loré détient plus de 14% des parts de cette dernière.

Encore heureux, ils ne se font pas retir­er le sou­tien de Direct Matin ! Du reste, Bol­loré aura fort à faire pour réus­sir à faire remon­ter la pente au « Grand Jour­nal », qui tour­nait à la mi-octo­bre autour de 600 000 spec­ta­teurs, pas beau­coup mieux que les audi­ences « cat­a­strophiques » de sep­tem­bre.

Crédit pho­to : Copy­left via Wiki­me­dia (cc)