Accueil | Actualités | Médias | Bolloré passe de la censure à l’intimidation pour promouvoir ses émissions
Pub­lié le 20 octobre 2015 | Éti­quettes : , , , ,

Bolloré passe de la censure à l’intimidation pour promouvoir ses émissions

Vincent Bolloré est un patron très dévoué. Après avoir repris en main Canal Plus en virant tous ceux qui n'étaient pas d'accord, puis mis ses médias au service de ses affaires – dans le monde de l'entreprise, on appelle cela « faire des synergies » –, il passe maintenant aux méthodes du soft power pour requinquer ses émissions.

Selon Le Canard Enchaîné du 14 octobre dernier, Bolloré et ses affidés expliquent poliment aux professionnels du cinéma et de la musique que s'ils préfèrent les émissions des concurrents aux siennes – notamment « Touche pas à mon poste » de Hanouna sur Direct 8, ils risquent de se voir retirer le soutien de Canal Plus et d'Universal Music. Bolloré détient plus de 14% des parts de cette dernière.

Encore heureux, ils ne se font pas retirer le soutien de Direct Matin ! Du reste, Bolloré aura fort à faire pour réussir à faire remonter la pente au « Grand Journal », qui tournait à la mi-octobre autour de 600 000 spectateurs, pas beaucoup mieux que les audiences « catastrophiques » de septembre.

Crédit photo : Copyleft via Wikimedia (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This