Accueil | Actualités | Médias | Bolloré passe de la censure à l’intimidation pour promouvoir ses émissions
Pub­lié le 20 octobre 2015 | Éti­quettes : , , , ,

Bolloré passe de la censure à l’intimidation pour promouvoir ses émissions

Vincent Bolloré est un patron très dévoué. Après avoir repris en main Canal Plus en virant tous ceux qui n'étaient pas d'accord, puis mis ses médias au service de ses affaires – dans le monde de l'entreprise, on appelle cela « faire des synergies » –, il passe maintenant aux méthodes du soft power pour requinquer ses émissions.

Selon Le Canard Enchaîné du 14 octobre dernier, Bolloré et ses affidés expliquent poliment aux professionnels du cinéma et de la musique que s'ils préfèrent les émissions des concurrents aux siennes – notamment « Touche pas à mon poste » de Hanouna sur Direct 8, ils risquent de se voir retirer le soutien de Canal Plus et d'Universal Music. Bolloré détient plus de 14% des parts de cette dernière.

Encore heureux, ils ne se font pas retirer le soutien de Direct Matin ! Du reste, Bolloré aura fort à faire pour réussir à faire remonter la pente au « Grand Journal », qui tournait à la mi-octobre autour de 600 000 spectateurs, pas beaucoup mieux que les audiences « catastrophiques » de septembre.

Crédit photo : Copyleft via Wikimedia (cc)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux