Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’éternelle complainte de L’Humanité

12 juillet 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | L’éternelle complainte de L’Humanité

L’éternelle complainte de L’Humanité

Fidèle à son goût marqué pour les subventions et les dons, le quotidien communiste continue de tendre la main vers l’État et ses lecteurs. Sans jamais se remettre en cause.

Les électeurs com­mu­nistes ont beau être de moins en moins nom­breux, ils ont encore don­né plus de trois mil­lions d’eu­ros à L’Hu­man­ité dans le cadre de sa souscrip­tion lancée en 2015. Le cru 2016 s’an­nonce du même ton­neau, voire meilleur. Près d’1,5 mil­lion d’eu­ros seraient déjà entrés en six mois dans les caiss­es du jour­nal. Le nou­veau dis­posi­tif d’en­tre­prise sol­idaire de presse, qui per­met la défis­cal­i­sa­tion des dons aux titres d’in­for­ma­tion poli­tique et générale, est une aubaine que L’Hu­ma s’est empressé de saisir en juin.

Patrick Le Hyaric, le directeur, qui présen­tait en juin les comptes 2015 dans les colonnes de L’Hu­ma, a expliqué que sans la manne des lecteurs, le titre était men­acé de fail­lite. Son déficit ramené à 300 000 euros en 2015, se serait sans elle élevé à près de sept mil­lions d’eu­ros. Car aux recettes excep­tion­nelles provenant des lecteurs de L’Hu­ma, s’a­joute chaque année le coup de pouce éta­tique. Toutes aides con­fon­dues, le titre a encore touché trois autres mil­lions en 2015.

L’é­tat prov­i­dence, que L’Hu­man­ité appelle en per­ma­nence à la rescousse au nom de la défense du plu­ral­isme et de l’indépen­dance de la presse, per­met au jour­nal d’éviter une remise en cause struc­turelle de son mod­èle économique. Dif­fu­sant moins de 37 000 exem­plaires, le quo­ti­di­en com­mu­niste con­tin­ue à financer une masse salar­i­ale pléthorique : 175 per­son­nes ! A titre d’ex­em­ple, le pure play­er Medi­a­part (120 000 exem­plaires en 2015) ou encore le quo­ti­di­en libéral L’Opin­ion (35 000 exem­plaires en 2015) emploient trois ou qua­tre fois moins de per­son­nel.

L’ab­sence de capac­ité d’in­vestisse­ment- due en par­tie à ces charges salar­i­ales- empêche par ailleurs L’Hu­man­ité de se dot­er d’un dis­posi­tif dig­i­tal effi­cace et surtout rémunéra­teur. Les recettes dig­i­tales du groupe restent mar­ginales dans le chiffre d’af­faires total. Les dirigeants de L’Hu­man­ité restent égale­ment per­suadés que l’avenir du quo­ti­di­en se situe encore essen­tielle­ment dans la ver­sion imprimée, ven­due en kiosques. La phy­s­ionomie du lec­torat- plutôt âgée- les con­forte dans cette voie. Une vision à court ou moyen terme, peu por­teuse pour l’avenir du jour­nal créé par Jean Jau­rès en 1904.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.