Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Front national : la revanche des médias ?

26 septembre 2017

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | not_global | Front national : la revanche des médias ?

Front national : la revanche des médias ?

Les dissensions entre Marine Le Pen et Florian Philippot réjouissent le Directeur de la rédaction de France Inter. Dans un billet daté du 22 septembre (la Mécanique médiatique) consacré au « Riffifi au FN », Jean-Marc Four développe l’argument selon lequel l’opposition entre Marine Le Pen et Florian Philippot serait une forme de revanche.

Morceaux choisis

« C’est aus­si une forme de revanche pour la presse. Oui, la gour­man­dise jour­nal­is­tique sur le sujet trou­ve aus­si sa source dans une sorte de “match retour”.

D’abord, pen­dant la récente cam­pagne prési­den­tielle, les jour­nal­istes sont nom­breux à avoir souf­fert du traite­ment que leur a imposé le Front Nation­al. Accès inter­dits aux meet­ings pour quelques organes de presse, refus de Marine Le Pen de se ren­dre sur plusieurs grands médias, tri entre les jour­nal­istes pour cou­vrir cer­tains déplace­ments de cam­pagne. Dans l’entre-deux tours, les 30 prin­ci­paux médias français avaient d’ailleurs formelle­ment protesté con­tre les méth­odes du FN. Il s’y ajoute un doute plus struc­turel qui taraude la presse : c’est la ques­tion de la respon­s­abil­ité jour­nal­is­tique dans la mon­tée du Front Nation­al depuis 20 ans.

Faute d’avoir su enray­er cette pro­gres­sion de l’extrême droite, il y a donc une ten­ta­tion de vouloir pré­cip­iter son recul, en don­nant un large écho à ces dis­sen­sions ».

Présen­ter cer­tains jour­nal­istes comme des vic­times du Front nation­al alors que nom­bre de médias ont osten­si­ble­ment « roulé » pour Macron pen­dant la cam­pagne élec­torale, voilà qui ne manque pas de piquant… Pen­dant ce temps, les langues se délient : « com ver­rouil­lée, médias cri­tiqués, Macron force les jour­nal­istes à avaler leur cha­peau », selon LCI. Pas de « revanche » à pren­dre dans ce cas ?

Le lance­ment de l’association « Les Patri­otes », présidée par Flo­ri­an Philip­pot, au lende­main des élec­tions a signé le début de pris­es de posi­tion diver­gentes entre Marine Le Pen et Flo­ri­an Philip­pot. Jusqu’en sep­tem­bre, la cou­ver­ture médi­a­tique de ce débat a prin­ci­pale­ment porté sur l’euro et l’Europe. La ren­trée a quant à elle été mar­quée par une cou­ver­ture des lead­ers du Front nation­al réduite à l’opposition de sa Prési­dente au rôle de F. Philip­pot au sein des Patri­otes.

Cette cou­ver­ture a pris deux formes : dans un pre­mier temps, ne par­ler que des doutes pou­vant exis­ter après la défaite de la Prési­den­tielle (et surtout pas du score inédit, 10,6 mil­lions de voix au 2nd tour). Puis ne retenir des inter­ven­tions des deux prin­ci­paux lead­ers du FN dans les médias que les pro­pos les met­tant en oppo­si­tion.

Le parti en plein doute et des interviews dont il ne ressort que des oppositions entre personnes

Pour 20 Min­utes le 17 mai, « le Front nation­al sem­ble tanguer », une expres­sion reprise par Le Parisien. Paris Match donne le 30 mai la parole à un poli­to­logue qui déclare « Le FN joue sa survie aux lég­isla­tives », Libéra­tion nous indique le 7 sep­tem­bre qu’au Front nation­al : c’est le désor­dre après le KO », etc…

Il y a là un cas d’école qui pour­rait être enseigné dans les écoles de jour­nal­isme : depuis la ren­trée de sep­tem­bre, chaque pas­sage dans un média de Marine Le Pen et de Flo­ri­an Philip­pot n’est relayé dans les autres médias que sur un seul sujet : les diver­gences entre les deux per­son­nes. On assiste à une « démul­ti­pli­ca­tion » sys­té­ma­tique­ment néga­tive des inter­ven­tions des deux lead­ers et sa réduc­tion au plus petit dénom­i­na­teur com­mun : leur oppo­si­tion.

Ain­si, Le Figaro relate le 15 sep­tem­bre une inter­view de M. Le Pen au Parisien : « Marine Le Pen demande à Flo­ri­an Philip­pot de clar­i­fi­er sa sit­u­a­tion ». RTL estime que « Marine Le Pen souhaite que Flo­ri­an Philip­pot soit plus clair sur ses inten­tions ». Le Point titre un arti­cle sur « Marine Le Pen-Flo­ri­an Philip­pot : règle­ment de comptes par médias inter­posés ». À l’unisson, Le Figaro et L’Express esti­ment que « Le Pen et Philip­pot s’échar­p­ent par médias inter­posés ». Pour RFI, on assiste à un « échange d’am­a­bil­ités entre Marine Le Pen et Flo­ri­an Philip­pot ». On pour­rait ain­si mul­ti­pli­er les exem­ples.

Ce très large écho accordé aux dis­sen­sions au sein du Front Nation­al, au point de devenir l’angle qua­si exclusif de la cou­ver­ture médi­a­tique de ce par­ti poli­tique, est-il un hasard ?

Crédit pho­to : Emer­ic Fol­hen via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision