Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Frédéric Taddéï arrive sur Russia Today

22 juillet 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Frédéric Taddéï arrive sur Russia Today

Frédéric Taddéï arrive sur Russia Today

Frédéric Taddéï dont vous trouverez le portrait ici (en cours d’actualisation) est un inclassable passé par Actuel, Radio Nova, Paris Première, Canal+, Europe 1, Le Figaro Magazine, France 2, France 3, France Culture, Lui, nous devons en oublier certains.

Ce soir ou jamais, dix ans de succès

Entre 2006 et 2016 Tad­déï a ani­mé avec tal­ent et une forte écoute l’émission cul­turelle du ser­vice pub­lic à une heure de grande écoute. Tout d’abord sur France 3 l’émission était dev­enue heb­do­madaire (le ven­dre­di soir) sur France 2 à par­tir de 2013. Sup­primée en 2016, l’émission qui devait la rem­plac­er était dif­fusée après minu­it (un enter­re­ment de pre­mière classe) et n’a tenu que quelques mois.

Tad­déï ani­mait égale­ment un for­mat court quo­ti­di­en sur les arts plas­tiques sur France 2, il y sera rem­placé manu mil­i­tari (après avoir été prévenu trois semaines avant) par Adède van Reeth, qui offi­cie déjà sur France Cul­ture. Sans doute dans le cadre de la poli­tique de « chas­se à l’homme blanc de plus de cinquante ans » chère à la prési­dente de France Télévi­sions Del­phine Ernotte et à sa min­istre de tutelle Françoise Nyssen.

RT se réjouit

Dans un com­mu­niqué la chaine russe jubile de cette arrivée « Nous sommes heureux d’ac­cueil­lir Frédéric Tad­deï dans l’équipe RT France ! Sa per­son­nal­ité à part, son ouver­ture d’esprit, son engage­ment pour la lib­erté d’expression cor­re­spon­dent au style de RT et à notre mis­sion prin­ci­pale : Osez Ques­tion­ner », déclare Xenia Fedoro­va, Prési­dente et direc­trice de l’information de RT France.

Dans le même com­mu­niqué Tad­déï salue la lib­erté de ton de RT tant cri­tiquée à l’extérieur :

« Je suis ravi d’être sur RT France à la ren­trée. Dans un paysage télévi­suel sin­istré, où les intel­lectuels, les chercheurs, les savants, les con­tes­tataires n’ont plus la parole et où les vrais débats ont totale­ment dis­paru, c’est la seule chaîne de télévi­sion qui m’ait don­né carte blanche pour faire ce que je fai­sais dans “Ce soir ou jamais” : des émis­sions intel­li­gentes, sans par­ti pris, dans lesquelles on pour­ra dis­cuter de tout, entre gens qui savent de quoi ils par­lent, qu’on ne voit pas ailleurs, et qui ne sont pas d’ac­cord entre eux ».

Taddéï prend un risque assumé

Dans un entre­tien avec Paul Géli dans Le Parisien du 18 juil­let 2018, Frédéric Tad­déï assume son choix. Inter­rogé sur les prob­lèmes de tra­vailler pour une chaine financée par le Krem­lin il répond :

« Je ne suis pas le pre­mier. Lar­ry King, l’ex-intervieweur vedette de CNN, est sur RT Amer­i­ca depuis cinq ans. De célèbres jour­nal­istes améri­cains de gauche y ani­ment des talk-shows, comme Chris Hedges, lau­réat du prix Pulitzer 2002, qui est très anti-Trump. Sur RT France, il y a déjà Jean-Marc Sylvestre. Et Jean-Luc Hees, l’ancien prési­dent de Radio France, est prési­dent du comité d’éthique. Ils m’ont dit qu’il n’y avait pas de prob­lème, que je pou­vais venir. Les gens qui me reprochent d’aller ani­mer des débats sur RT sont ceux qui aimeraient bien qu’il n’y ait plus de débats du tout. J’aurai une totale lib­erté sur le choix des sujets et des invités, comme je l’ai tou­jours eue. Le jour où il y aura un débat sur la Russie, j’inviterai des pro-Pou­tine, ce que j’ai tou­jours fait et que mes con­frères ne font pas, et, bien enten­du, des anti-Pou­tine. »

Tad­déï ani­mera égale­ment une émis­sion heb­do­madaire sur Europe 1 chaque dimanche matin où il rem­place Nikos Alia­gas qui prend la mati­nale à la place de Patrick Cohen, l’homme qui fait la « chas­se aux cerveaux malades ».

Crédit pho­to : Siren-Com via Wiki­me­dia (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.