Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
François Morel et Jean-Michel Salvator : Les journalistes sont formidables

18 mai 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | François Morel et Jean-Michel Salvator : Les journalistes sont formidables

François Morel et Jean-Michel Salvator : Les journalistes sont formidables

C’est sous ce titre provocateur et (trop ?) sympathique pour leurs confrères que deux journalistes publient un livre stimulant sur l’avenir des médias. François Morel, patron de presse à la longue carrière (Figaro, Les Échos, Le Parisien) et Jean-Michel Salvator (Europe 1, Figaro, BFM) ont uni leurs efforts pour analyser le passage du plomb au digital, et l’accélération du temps, compressé jusqu’à l’immédiateté.

Plus de changements en 60 ans qu’en 600 ans.

Dans un entre­tien (Le Figaro, 4 mai 2019) avec Marie-Laeti­tia Bonavi­ta, Sal­va­tor con­state l’accélération con­tin­ue : les sites inter­net appa­rais­sent en 1996, les appli­ca­tions de l’iPhone débar­quent en 2007, puis la 4G.

« Tout est désor­mais disponible partout et pour tout le monde ».

Cette immé­di­ateté impose le rap­proche­ment de tous les styles de presse aupar­a­vant com­par­ti­men­tés : « le texte, la pho­to et la vidéo sont désor­mais disponibles sur le même sup­port ». Les algo­rithmes, les réseaux soci­aux et l’intelligence arti­fi­cielle ren­for­cent encore la vitesse des dif­férents processus.

La presse papier pas morte

Qui aurait imag­iné dans les années 80 la dis­pari­tion de France-Soir ? Qui se sou­vient de Com­bat ? Qui aurait pen­sé que Libéra­tion passerait du gauchisme chevelu à la défense du monde libéral-lib­er­taire à la suite de rachats par les grandes for­tunes, Rot­shchild ou Drahi ? Qui aurait imag­iné que Bernard Arnault injecterait 400 mil­lions d’euros dans Le Parisien ? Et pourquoi ? Des ques­tions que le livre n’approfondit pas vrai­ment. A con­trario et à juste titre, les auteurs con­sta­tent que la qual­ité paie, don­nant l’exemple du New York Times, rede­venu prof­itable, en par­tie grâce à la mobil­i­sa­tion du camp anti-Trump mais aus­si par une poli­tique du payant. On pour­rait citer égale­ment le Guardian anglais qui a réus­si à fédér­er une com­mu­nauté de lecteurs donateurs/abonnés autour d’une vision libérale.

Réseaux sociaux et populisme

« Les réseaux soci­aux, c’est le meilleur et le pire », comme la langue d’Esope. Le mou­ve­ment des gilets jaunes est par­ti d’une sim­ple vidéo d’une anonyme inter­pel­lant Emmanuel Macron sur l’augmentation des car­bu­rants. Une manière de rétablir une sorte de démoc­ra­tie directe. On regret­tera que le phénomène des fake news/infox ne soit pas analysé sous un angle plus critique.

La con­clu­sion est en forme de vœu pieux :

« Face aux dérives des réseaux soci­aux, les bons jour­nal­istes ont un mérite : aller à la source de l’information et la véri­fi­er. Rien de plus, rien de moins ».

C’est vrai pour les bons jour­nal­istes. L’est-ce encore pour ceux qui veu­lent réé­du­quer le pub­lic plus que l’informer ?

François Morel, Jean-Michel Sal­va­tor, Les jour­nal­istes sont for­mi­da­bles, Cal­mann-Lévy, 2019, 484p, 19 €.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.

Marine Turchi

PORTRAIT — Née en 1984, Marine Turchi s’est illus­trée par des débuts promet­teurs dans le jour­nal­isme, avec plusieurs récom­pens­es à la clé. Suite à cette brève ascen­sion, elle a rejoint Médi­a­part, le site fondé par Edwy Plenel en 2008, lors de son lancement.