Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Du Parisien d’Arnault à Libération de Drahi, on chante la laïcité et loue le reconfinement

5 novembre 2020

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Du Parisien d’Arnault à Libération de Drahi, on chante la laïcité et loue le reconfinement

Du Parisien d’Arnault à Libération de Drahi, on chante la laïcité et loue le reconfinement

Accueil | Veille médias | Du Parisien d’Arnault à Libération de Drahi, on chante la laïcité et loue le reconfinement

Du Parisien d’Arnault à Libération de Drahi, on chante la laïcité et loue le reconfinement

5 novembre 2020

Entre les attentats islamistes de Samuel Paty et de Nice, et la crise sanitaire, la rentrée scolaire qui s’est déroulée le 2 novembre 2020 était particulière. Particulière par le contexte, mais finalement assez classique dans la manière d’être abordée par les médias de grand chemin. Chez Aujourd’hui en France / Le Parisien, détenu par Bernard Arnault, on se félicitait de la discipline des Français ayant la “sagesse” de respecter les consignes gouvernementales. Et chez Libération de Patrick Drahi, l’heure était à toujours plus de laïcité pour lutter contre l’islamisme. Respect des ordres gouvernementaux et laïcité, voilà le programme.

Reconfinement, “le commencement de la sagesse”

Dans l’édito de l’édition du 2 novem­bre d’Aujourd’hui en France, Jean-Michel Sal­va­tor se félicite de voir un niveau d’acceptation du recon­fine­ment, “très élevé”, une véri­ta­ble “bonne nou­velle”, car selon lui, “nous con­nais­sons tous un proche qui a con­trac­té le virus”.

Il va jusqu’à citer François Mau­ri­ac qui dis­ait que “la peur est le com­mence­ment de la sagesse”. Cela ne fonc­tionne bien évidem­ment que pour la peur du coro­n­avirus, si vous avez peur des dérives gou­verne­men­tales ou de l’islamisme, ce n’est pas sage du tout. Mais qu’importe, les Français plus­soient à l’hystérie san­i­taire, c’est le plus impor­tant pour Le Parisien !

Face à l’islamisme, laïcité, laïcité et laïcité

Du côté de Libéra­tion, dans l’édition du 2 novem­bre, on par­lait covid mais aus­si abon­dam­ment de laïc­ité à l’école. “Com­ment, pour les pro­fesseurs, par­ler de laïc­ité à l’école ?” Com­ment faire, lorsque ces derniers font face à des “cas dif­fi­ciles” ? Vaste ques­tion à laque­lle le Redis­co (reli­gions, dis­crim­i­na­tions et racisme en milieu sco­laire) est là pour aider à trou­ver des solu­tions. Mais avant les solu­tions, l’organisme se con­tente d’observer et recenser les cas prob­lé­ma­tiques où la reli­gion s’est heurtée à l’enseignement.

Par­mi les cas recen­sés par Redis­co, l’islam est la reli­gion la plus représen­tée” mais peu importe, seule la laïc­ité inté­grale pour toutes les reli­gions peut nous sauver. De toute façon, si l’islam est actuelle­ment sur­représen­té, c’est à cause d’un sim­ple fac­teur con­jonc­turel, il y a un “faible nom­bre d’établissements privés musul­mans : les enfants de familles très pra­ti­quantes fréquentent donc l’école publique, là où juifs ou catholiques vont dans le privé. En revanche, d’une reli­gion à l’autre, les deman­des ou les con­tes­ta­tions relèvent glob­ale­ment des mêmes motifs”. Oui oui, pour Libéra­tion, sans les écoles privées, on serait débor­dé de prob­lèmes créés par les catholiques sco­lar­isés à l’école publique. Un seul remède mir­a­cle, la laïc­ité pour tous dès le plus jeune âge.

La ges­tion qui est faite des deux grandes men­aces actuelles de la France devrait inter­roger plus d’un, mais avec les grands médias soutenus par le grand patronat, on con­tin­ue comme avant, on écoute Mon­sieur Le Prési­dent et surtout, on se lave bien les mains, Covid poli­tique oblige.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés