Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Franceinfo met Complorama dans vos oreilles

21 février 2021

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Franceinfo met Complorama dans vos oreilles

Franceinfo met Complorama dans vos oreilles

Les obsessionnels mono-maniaques du complotisme, qu’ils voient partout, Rudy Reichstadt, Conspiracy Watch, Tristan Mendès-France et Franceinfo lancent “Complorama”, nouvel outil de « lutte » contre les méchants complotistes – comprendre, ceux qui conçoivent le monde autrement. Cela démarre tout juste, et c’est sur un média d’État.

Rudy Reich­stadt est partout, l’OJIM le sig­nalait il y a peu. Avec Tris­tan Mendès-France, il lance donc l’émission en forme de pod­casts Com­plo­rama sur Fran­ce­in­fo. Rudy Reich­stadt et Tris­tan Mendès-France, au vu de leur pedi­gree, dif­fi­cile d’imaginer que la nou­velle émis­sion de Fran­ce­in­fo soit des­tinée à être autre chose qu’un nou­v­el out­il de mil­i­tan­tisme et de pro­pa­gande poli­tique. Le par­cours poli­tique et pro­fes­sion­nel des deux lar­rons, exposé dans les deux por­traits ci-dessus mis en liens, suf­fi­ra à se faire une idée de ce qui attend les auditeurs.

Complorama : Toto et Toto dans un bateau

Com­plo­rama a démar­ré le 22 jan­vi­er 2021. Le con­cept de l’émission est indiqué sur sa page web, hébergée par Fran­ce­in­fo : « Com­plo­rama, le pod­cast fran­ce­in­fo qui décrypte les théories du com­plot et l’activité de la com­plosphère en lien avec l’ac­tu­al­ité. Un ven­dre­di sur deux avec Rudy Reich­stadt de Con­spir­a­cy Watch, et Tris­tan Mendès‑France, maître de con­férence spé­cial­isé en cul­ture numérique. » Con­traire­ment à ce qui est annon­cé ici, il sem­ble que le rythme d’un ven­dre­di sur deux ait du mal à être tenu puisque seuls deux pod­casts ont été mis en ligne à ce jour (17 févri­er 2021). Ils sont présen­tés par Mari­na Cabiten.

Ces deux pod­casts sont :

  • « États-Unis, les com­plo­tistes et l’après Don­ald Trump »
  • « Les com­plo­tistes et le busi­ness du covid-19 »

Cha­cun de ces pod­casts dure une ving­taine de minutes.

Les pre­miers mots du pre­mier pod­cast don­nent le ton qui car­ac­téris­era l’opération poli­tique, à n’en pas douter : « Nous allons par­ler d’une page qui se tourne dans l’histoire du com­plo­tisme, l’ère Trump. Don­ald Trump, un per­son­nage essen­tiel de l’univers de la con­spir­a­tion aux Etats-Unis et déjà bien avant qu’il ne soit prési­dent. Il est donc logique que ses qua­tre années à la prési­dence aient eu l’effet d’un déto­na­teur pour la com­plosphère. Le man­dat Trump, c’est notam­ment celui de la nais­sance de QAnon. Main­tenant que c’est fini, qu’est ce qui va se pass­er pour ses par­ti­sans, qu’est-ce qui va rester de cette péri­ode dans l’Amérique de Joe Biden. Les com­plo­tistes et l’après Trump, c’est le pre­mier épisode de Complorama ». 

Le peuple américain ? Disparu…

Un véri­ta­ble con­den­sé de tout ce qui fait que le jour­nal­isme con­tem­po­rain, celui des médias de grand chemin, n’est plus du jour­nal­isme mais essen­tielle­ment de la pro­pa­gande. Le sujet porte, mais c’est sec­ondaire sem­ble-t-il, sur le 45e prési­dent des Etats-Unis, élu non par les « com­plo­tistes » améri­cains (qui sont-ils ? Com­bi­en de divi­sions élec­torales ?) mais par le peu­ple améri­cain. Pour les lar­rons de Com­plo­rama, ce n’est pas la ques­tion. Là où il a eu Trump, il y a eu com­plo­tisme. Pire : Trump serait un rouage essen­tiel de l’histoire même du com­plo­tisme. Diantre… Il se pour­rait pour­tant sans doute qu’il ait été, avant tout, en tant que prési­dent, un rouage essen­tiel de la démoc­ra­tie libérale et représen­ta­tive améri­caine. Cela ne sem­ble pas effleur­er l’esprit de Com­plo­rama, ce qui est nor­mal puisque l’objet de l’émission n’est pas de penser le monde mais de dénon­cer ceux et ce qui ne pensent pas ce même monde comme il doit être pen­sé. D’après eux.

Scoop, scoop, scoubidou et délation entre amis

Le sec­ond pod­cast va dans le même sens, à ceci prêt qu’il s’agit du dada et d’une sorte d’heure de gloire de Rudy Reich­stadt, per­suadé de détenir le rêve de tout jour­nal­iste : « l’enquête scoop ».

En l’espèce, il s’agit de son enquête sur la façon dont les com­plo­tistes tir­eraient finan­cière­ment prof­it d’un busi­ness, le covid-19. Il fal­lait y penser.

L’entrée en matière, par la voix de Mari­na Cabiten :

« Nous allons par­ler du busi­ness du covid-19 dans la com­plosphère. En com­mençant par le cas France Soir. Un homme d’affaires a fait de l’ancien jour­nal de référence un site com­plo­tiste à la faveur de l’épidémie, au point d’être aujourd’hui dans le radar du gou­verne­ment. Ce sera aus­si l’occasion de revenir sur le film Hold-Up, dont France Soir a large­ment fait la pro­mo­tion l’an dernier. Quand le soit-dis­ant doc­u­men­taire sur la face caché du covid est aus­si une source de prof­its pour ses pro­duc­teurs. Et puis, il y a les char­la­tans du covid, qu’ils soient youtu­bers ou for­ma­teurs en développe­ment per­son­nel, nom­breux sont ceux qui exploitent le filon coro­n­avirus. Le covid, c’est tout sim­ple­ment le plus gros accéléra­teur de toutes les théories con­spir­a­tionnistes sur la planète ».

N’exagérons rien… il y a déjà eu bien des « accéléra­teurs », à com­mencer par les atten­tats du 11 sep­tem­bre 2001.

Tout va très bien …avec l’argent public

Le vrai busi­ness, celui des anti « com­plo­tistes », trou­ve tou­jours un pré­ten­du nou­v­el « accéléra­teur » à dénon­cer. Et nom­breux sont ceux qui exploitent le filon com­plo­tiste, à com­mencer par Reich­stadt et Mendès-France.

Un som­maire « riche » : un petit coup de déla­tion d’un con­frère qui pense dif­férem­ment, France Soir, un petit coup ubuesque sur quelque chose de nor­mal, un doc­u­men­taire (avec lequel ils ne sont bien sûr pas d’accord) qui fait gag­n­er de l’argent à ses pro­duc­teurs – com­ment ne pas être sur­pris de l’étonnement de Com­plo­rama devant un fait aus­si sim­ple et évi­dent ? –, un petit coup final, pour la route, con­tre ceux qui font de l’argent avec le covid et les théories non officielles.

Comme Fran­ce­in­fo, en somme, quand la radio évoque, régulière­ment, ces théories non con­formistes, pour faire de l’audience et attir­er des annonceurs.

Finale­ment, Com­plo­rama appa­raît comme un arché­type de ce que devi­en­nent les médias de grand chemin en France : des organes de pen­sée unique et de déla­tion. À suiv­re : l’OJIM pren­dra le temps de décrypter le dis­cours mil­i­tant d’une émis­sion de pod­casts qui ne doit son exis­tence qu’à l’argent public.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.