Accueil | Actualités | Médias | France Télévisions, « un bateau échoué au bord de la Seine » ?
Pub­lié le 27 février 2013 | Éti­quettes : , , , , , , , ,

France Télévisions, « un bateau échoué au bord de la Seine » ?

L'hebdomadaire Challenges présente cette semaine un très intéressant comparatif entre la gestion de la BBC et celle de France Télévisions. Une chose est sûre : la comparaison n'est pas à l'avantage du groupe public français !

En effet, nos deux enquêteurs, Marc Baudriller, chef de rubrique médias, et Jean-Baptiste Diebold, mettent ainsi côte à côte « la cure d'austérité martiale de la Beeb » (-20% du budget annuel d'ici à 2007) et « l'incroyable gabegie qui mine France Télévisions ». Et de dénoncer les rapports alarmants restés sans suite, les plans d'économie qui n'aboutissent pas, les « mesurettes », le « saupoudrage » etc.

A France Télévisions, la masse salariale est un poids considérable pour les finances du groupe. Elle « représente 17% du budget de France 2, 27% de celui de France 3, et 60 à 80% du budget de France O », la chaîne d'outre-mer. Alors que deux coûteux plans de départ à la retraite ont été mis en place, on constate, paradoxalement, « une augmentation globale des effectifs » et un trop grand nombre de cadres ! En cause, parmi d'autres, la « culture du placard […] ancienne à France Télévision ». Un exemple est même donné, par un délégué syndical SNJ : au service des sports « on compte 33 reporters pour 26 cadres » !

A cela, il faut ajouter des investissements hasardeux. Et nos journalistes d'illustrer leurs propos par le magazine "Avant-premières", « poussé par le lobby de la diversité », qui a « battu un double record de coût – 200 000 euros par épisode – et de faible audience ».

Pour les enquêteurs, la cause de ces difficultés est à chercher notamment dans le « manque de courage au plus haut niveau », c'est à dire dans les sphères politiques.

Source : Challenges - Crédit photo : capture d'écran www.challenges.fr

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This