Accueil | Actualités | Médias | France Télévisions, « un bateau échoué au bord de la Seine » ?
Pub­lié le 27 février 2013 | Éti­quettes : , , , , , , , ,

France Télévisions, « un bateau échoué au bord de la Seine » ?

L'hebdomadaire Challenges présente cette semaine un très intéressant comparatif entre la gestion de la BBC et celle de France Télévisions. Une chose est sûre : la comparaison n'est pas à l'avantage du groupe public français !

En effet, nos deux enquêteurs, Marc Baudriller, chef de rubrique médias, et Jean-Baptiste Diebold, mettent ainsi côte à côte « la cure d'austérité martiale de la Beeb » (-20% du budget annuel d'ici à 2007) et « l'incroyable gabegie qui mine France Télévisions ». Et de dénoncer les rapports alarmants restés sans suite, les plans d'économie qui n'aboutissent pas, les « mesurettes », le « saupoudrage » etc.

A France Télévisions, la masse salariale est un poids considérable pour les finances du groupe. Elle « représente 17% du budget de France 2, 27% de celui de France 3, et 60 à 80% du budget de France O », la chaîne d'outre-mer. Alors que deux coûteux plans de départ à la retraite ont été mis en place, on constate, paradoxalement, « une augmentation globale des effectifs » et un trop grand nombre de cadres ! En cause, parmi d'autres, la « culture du placard […] ancienne à France Télévision ». Un exemple est même donné, par un délégué syndical SNJ : au service des sports « on compte 33 reporters pour 26 cadres » !

A cela, il faut ajouter des investissements hasardeux. Et nos journalistes d'illustrer leurs propos par le magazine "Avant-premières", « poussé par le lobby de la diversité », qui a « battu un double record de coût – 200 000 euros par épisode – et de faible audience ».

Pour les enquêteurs, la cause de ces difficultés est à chercher notamment dans le « manque de courage au plus haut niveau », c'est à dire dans les sphères politiques.

Source : Challenges - Crédit photo : capture d'écran www.challenges.fr

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux