Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
France Télévisions : Michel Field fragilisé par une motion de défiance

22 avril 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | France Télévisions : Michel Field fragilisé par une motion de défiance

France Télévisions : Michel Field fragilisé par une motion de défiance

22 avril 2016

Temps de lecture : 2 minutes

Mardi 19 avril, les rédactions de France 2, France 3 et Francetv info ont adopté une motion de défiance contre Michel Field, directeur de l’information du groupe depuis décembre 2015 et contesté dès son arrivée.

Cri­tiqué pour ses pro­jets de réforme sans aucun dia­logue, Field se voit ain­si frag­ilisé par les salariés. À la ques­tion « Faites-vous con­fi­ance à Michel Field pour diriger l’information de France Télévi­sions ? », 65,14 % des jour­nal­istes ont répon­du non, 18,26 % ont opté pour le « oui » et 16,60 % ne se sont pas pronon­cés. La par­tic­i­pa­tion s’est portée à 67 %.

Organ­isé par les sociétés des jour­nal­istes des dif­férentes chaînes, ce vote avait pour but de dénon­cer « le mépris, la dés­in­vol­ture et par­fois la grossièreté affichés par le directeur de l’info », ain­si que « l’absence de répons­es con­crètes aux mul­ti­ples inter­ro­ga­tions sus­citées par le pro­jet de chaîne d’info publique ». Autre dossier con­testé : le pro­jet de fusion des rédac­tions de France 2 et France 3.

« Chaque rédac­tion a son cheval de bataille : France 3 l’arrêt de la fusion, France 2 la défense de ses mag­a­zines, et Francetv info le nom de la future chaîne tout-info qui est aus­si une offre numérique. Mais nous avons tous en com­mun la volon­té d’offrir au pub­lic une offre diver­si­fiée », expli­quait la SDJ de France 3, ajoutant que cette posi­tion démon­trait l’u­nité des rédac­tions. « Il n’y a pas eu de dia­logue depuis l’arrivée de Michel Field », a quant à lui rap­pelé Bastien Hugues, de la SDJ de Francetv info.

Dans un entre­tien au Parisien, Michel Field avait réa­gi quelques jour avant le vote, esti­mant que lorsqu’il y a « une motion de défi­ance, c’est un sin­guli­er rap­pel à l’ordre (…) On écoute ce que cela veut dire et on y répond ». S’il assure qu’il « entend le malaise et les cri­tiques », ce dernier n’a toute­fois « pas l’in­ten­tion de démis­sion­ner ». Mal­gré tout, il recon­naît cer­taines erreurs : « Il s’agit de tiss­er un lien que je n’ai pas su tiss­er à mon arrivée. J’hérite d’une immen­sité de dossiers simultanés. »

Voir notre portrait de Michel Field

Crédit pho­to : DR

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés