Accueil | Actualités | Médias | La nomination de Michel Field divise au sein de France Télévisions
Pub­lié le 11 décembre 2015 | Éti­quettes : , , , ,

La nomination de Michel Field divise au sein de France Télévisions

Lundi 7 décembre, le groupe public a annoncé la nomination de Michel Field à la direction exécutive de l'information de France Télévisions, en remplacement de Pascal Golomer, qui avait lui-même succédé à Thierry Thuillier en juin dernier.

Après seulement 4 mois à la tête de France 5, Michel Field sera donc chargé de « donner un nouveau souffle à l'information de France Télévisions ».

Une nomination surprise qui n'a pas laissé les rédactions du groupe public indifférentes. « Stupéfaite » par l'éviction de Pascal Golomer, la Société des journalistes de France a dénoncé, le jour même, « la brutalité de la méthode en pleine période électorale ». Et de regretter la « déstabilisation qu'une telle décision entraîne sur l'ensemble des journalistes de France 2 ».

Ne voyant pas l'urgence de ce « nouveau souffle », la SDJ souligne que « la couverture des attentats de Paris et de ses conséquences sur la société ont montré (notre) vitalité, (notre) motivation et la qualité de notre travail ».

Du côté de France 3, le son de cloche est différent. Pour la SDJ de la chaîne, le départ de l'ancienne direction de l'information, qu'elle a souvent accusée de privilégier France 2, est au contraire une bonne nouvelle. « J'ai dit à Delphine Ernotte que la rédaction nationale de France 3 ne pouvait que nourrir espoir de ce changement, rappelant que l'équipe précédente directement nommée par le pouvoir et Thierry Thuillier en particulier n'avait pas satisfait la rédaction nationale », a ainsi expliqué la représentante de la SDJ.

Pour cette dernière, Michel Field doit impérativement « avoir les mains libres pour insuffler un nouveau cap et préserver le pluralisme de l'info à France Télévisions ».

Voir notre portrait de Michel Field.

Crédit photo : capture d'écran vidéo ONPC/France 2 via Youtube

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux