Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
France Inter à Daniel Mermet : va voir « là-bas si j’y suis » !

30 juin 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | France Inter à Daniel Mermet : va voir « là-bas si j’y suis » !

France Inter à Daniel Mermet : va voir « là-bas si j’y suis » !

Créée en 1989, l’émission non-conformiste « Là-bas si j’y suis » de Daniel Mermet ne sera pas reconduite par France Inter.

La sta­tion, qui pour­suit la poli­tique de raje­u­nisse­ment mise en œuvre par Radio France, a ajouté qu’un nou­veau ren­dez-vous heb­do­madaire pour­rait repren­dre l’e­sprit de l’émis­sion, et serait con­fié à une équipe plus jeune.

Dans un entre­tien accordé au Monde.fr, Daniel Mer­met s’est scan­dal­isé de cette déci­sion : « Je suis con­sterné et j’estime que cette déci­sion est une grande mal­adresse ! Les raisons avancées pour cette sup­pres­sion sont fal­lac­i­euses (…) Je crois surtout que c’est une déci­sion poli­tique. Je ne suis pas pro­prié­taire de l’antenne mais je pense que der­rière cet arrêt, il y a de la revanche, prob­a­ble­ment des règle­ments de compte. »

Au sujet de la propo­si­tion de France Inter de lui con­fi­er une série de grands reportages pour l’été 2015, Mer­met estime qu’on lui pro­pose « des carottes », mais « rien pour les cinq jour­nal­istes reporters de l’émis­sion. » Et celui-ci de con­clure : « Aujourd’hui, les dirigeants de Radio France ne sont plus des jour­nal­istes mais des ges­tion­naires. »

De son côté, le cofon­da­teur de Boule­vard Voltaire (et can­di­dat Debout la République) Dominique Jamet a pris la défense de Mer­met, et ce mal­gré leurs diver­gences idéologiques. « Il y a un bon moment que Daniel Mer­met et son émis­sion “mod­este mais géniale” étaient dans le col­li­ma­teur d’une hiérar­chie qui le pous­sait insen­si­ble­ment mais inex­orable­ment vers la sor­tie », con­state-t-il avant d’es­timer que « c’était juste­ment cette voix dis­so­nante, ce dis­cours poli­tique­ment incor­rect, à con­tre-courant, à con­tre-pied d’une radio telle­ment comme il faut, aux antipodes du prêt-à-penser qui règne sans partage sur France Inter, qui déton­aient avec le chœur des béni-oui-oui qui font couler sur les ondes, du soir au matin et du matin au soir un flot d’eau tiède et par­fumée, et qui fai­saient ressor­tir par con­traste l’uniformité con­formiste de l’ensemble. »

Plus loin, il s’indigne que France Inter, radio publique financée par tous les con­tribuables, « soit con­fisquée par ses dirigeants et ses jour­nal­istes et ne reflète nulle­ment à tra­vers ses pro­grammes et ses col­lab­o­ra­teurs la réal­ité et la diver­sité du pays dont elle est cen­sée être l’émanation, qu’elle soit con­stam­ment et délibéré­ment la néga­tion même du plu­ral­isme sans lequel il n’est pas de démoc­ra­tie ».

Et Jamet de con­clure par une petite pique con­tre Mer­met : « Daniel Mer­met est aujourd’hui vic­time d’un sys­tème con­tre lequel je ne sache pas qu’il se soit élevé comme il l’aurait dû quand il en avait la pos­si­bil­ité. »

Voir notre infographie de Radio France

Crédit pho­to : Bertrand via Wiki­me­dia (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).