Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
France Culture et son bulletin immigrationniste

3 juillet 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | France Culture et son bulletin immigrationniste

France Culture et son bulletin immigrationniste

La radio d’État France Culture aime nous rappeler ce qu’il faut penser en matière d’immigration. Le journal d’information de 8 heures du 1er juillet illustre une nouvelle fois l’important travail militant de certains de ses journalistes.

En ce 1er juil­let, le jour­nal de 8 heures de France Cul­ture con­sacre deux reportages à l’immigration clan­des­tine, l’un sur l’ile de Lampe­dusa, l’autre à Paris.

France Culture est dans un bateau…

En intro­duc­tion au reportage sur l’ile de Lampe­dusa, entre l’Afrique et l’Italie, Clara Lecocq Réale annonce que « nous étions hier avec l’Ocean Viking qui patrouille en mer au large de la Libye et de la Tunisie pour ten­ter de sauver des migrants qui ten­tent la tra­ver­sée vers l’ile de Lampe­dusa ».

Out­re le recueil en mer de clan­des­tins sur des embar­ca­tions pré­caires, la jour­nal­iste aurait égale­ment pu dire que l’Ocean Viking par­ticipe à un véri­ta­ble pont mar­itime entre la Libye et l’Italie, auquel par­ticipent les passeurs, ce qui favorise l’immigration clan­des­tine et l’enrichissement des passeurs. Mais on a com­pris que ce n’est pas la ligne édi­to­ri­ale retenue.

Le reportage de Bruce de Galzain à Lampe­dusa per­met de don­ner la parole à un marin qui héberge des migrants. Puis le maire de Lampe­dusa est présen­té comme « gérant seul l’arrivée des migrants ».

Troisième per­son­ne inter­viewée, une mil­i­tante d’une asso­ci­a­tion d’aide aux migrants affirme « qu’elle en veut beau­coup à l’Europe » pour ne pas mieux organ­is­er leur accueil sur l’île. Le jour­nal­iste insiste sur le fait que les migrants arrivés sur l’ile sont « invis­i­bles » car con­finés. Seule réserve au sujet de l’arrivée des migrants : « Mais ici tous ne sont pas d’accord, des bar­ques de migrants ont été incendiées ».

Alors que France Cul­ture donne la parole à 3 habi­tants de Lampe­dusa pro-migrants, les habi­tants opposés à l’arrivée de migrants ne sont évo­qués que par le fait que cer­tains d’entre eux ont brulé des bar­ques de migrants.

D’un côté de bons samar­i­tains, de l’autre des bar­bares qui détru­isent : le sym­bole est fort. La radio publique se garde bien de men­tion­ner qu’un référen­dum spon­tané a été organ­isé très récem­ment dans l’ile au sujet de l’accueil des clan­des­tins, le terme con­sacré pour les per­son­nes qui arrivent et se main­ti­en­nent sans autori­sa­tion sur un ter­ri­toire. Les médias français étant très dis­crets sur cette ini­tia­tive citoyenne et démoc­ra­tique, c’est Bre­it­bart qui nous informe du résul­tat du vote :

« 988 votes pour la fer­me­ture du cen­tre de migrants, 4 voix con­tre ».

Le site d’information donne le lien vers d’autres infor­ma­tions que France Cul­ture aurait utile­ment pu don­ner :

« 28 migrants ont été testés posi­tifs au coro­n­avirus après avoir été amené en Ital­ie par des ONG ».

« Selon un rap­port de l’ONU, près de 650 000 migrants atten­dent en Libye pour gag­n­er l’Europe ».

On aura com­pris à par­tir des infor­ma­tions don­nées par France Cul­ture que les arrivées de clan­des­tins en Europe, avec une pre­mière étape à Lampe­dusa, sont non seule­ment à con­sid­ér­er comme nor­males mais doivent être mieux organ­isées. Cette opin­ion relayée par France Cul­ture est à la mesure de la déter­mi­na­tion de la cap­i­taine alle­mande du navire de sauve­tage civ­il Sea-Watch 3, Car­o­la Rack­ete. Elle affirme lors d’une récente cam­pagne d’opinion relayée notam­ment par Info migrants :

« Nous devons abat­tre la forter­esse Europe ».

Une for­mule sans doute un peu trop guer­rière pour être men­tion­née par France Cul­ture.

Cet été, coro­n­avirus oblige, les améri­cains ne vien­dront pas vis­iter notre pays. Les clan­des­tins sont par con­tre les bien­venus pour le ser­vice pub­lic de l’information : France Inter, Fran­ce­In­fo ont relayé en ce 1er juil­let les mêmes mes­sages pro-immi­gra­tion clan­des­tine.

Les clandestins se disent majeurs

Sans tran­si­tion, France Cul­ture nous grat­i­fie d’un autre reportage sur ceux « qui ont réus­si à gag­n­er la France ». « Ils se retrou­vent à dormir sous des tentes, 70 alignées square Jules Fer­ry à Paris. Ils dis­ent avoir 15, 16, 17 ans mais leur minorité n’a pas été recon­nue. »

Bien que France Cul­ture ne le pré­cise pas, « ils », ce sont des extra-européens qui sont arrivés clan­des­tine­ment en France.
Les asso­ci­a­tions qui les sou­ti­en­nent inter­pel­lent l’État et les con­seils départe­men­taux d’Ile de France pour qu’ils pren­nent en charge ces jeunes « comme le prévoit la loi ».
Une jour­nal­iste de France Cul­ture inter­viewe un « jeune », André, venu de Côte d’ivoire, qui potasse des cours de cui­sine dans sa tente :

« Quand je suis arrivé en France, je suis par­ti voir la Croix rouge, j’ai fait un test. Ils m’ont dit que j’avais une matu­rité, je ne savais pas de quoi il s’agissait. Ils m’ont dit de faire un recours ».

Une respon­s­able asso­cia­tive affirme qu’il est impor­tant que ces jeunes soient vis­i­bles car l’État se défausse sur les asso­ci­a­tions qui les pren­nent en charge. On apprend en con­clu­sion que la ville de Paris a annon­cé vouloir cofi­nancer un cen­tre d’hébergement pour les jeunes clan­des­tins qui sont dans cette sit­u­a­tion.

D’autres infor­ma­tions nous appren­nent plus pré­cisé­ment que les jeunes ont vu leur prise en charge au titre de l’Aide sociale à l’enfance refusée, car ils n’ont pas été recon­nus mineurs. Les asso­ci­a­tions don­nent donc de la vis­i­bil­ité aux jeunes clan­des­tins en les instal­lant dans des tentes en plein cœur de Paris. Une pra­tique courante, comme le men­tionne notam­ment un arti­cle du site d’opinion Polémia, qui aboutit imman­quable­ment à une prise en charge rapi­de.

Des informations militantes et non contradictoires

À Lampe­dusa comme en France, la radio publique ne présente qu’un aspect du prob­lème. Il est tout à fait révéla­teur que le jeune André inter­viewé, comme les autres per­son­nes présentes Square Jules Fer­ry, n’a pas été recon­nu mineur, ce qui lui aurait per­mis une prise en charge inté­grale par le con­seil départe­men­tal, une prise en charge éval­uée à 50 000 euros par jeune et par an selon Libéra­tion.
Il est aus­si révéla­teur que le jeune affirme s’être fait con­seiller par une asso­ci­a­tion de faire un recours con­tre la déci­sion de non recon­nais­sance de sa minorité. C’est tout un écosys­tème qui per­met à des jeunes clan­des­tins de se main­tenir sur le ter­ri­toire, à grand frais pour la col­lec­tiv­ité. Peu importe que la prise en charge des mineurs non accom­pa­g­nés coûte près de 2 mil­liards par an aux con­seils départe­men­taux selon Valeurs actuelles, peu importe que le Prési­dent du départe­ment du Nord au micro de RMC, affir­mait il y a trois ans ne plus avoir les moyens d’accueillir de jeunes nordistes « car pri­or­ité est don­née aux mineurs non accom­pa­g­nés étrangers (…) qui arrivent à rai­son de 100 par semaine ».

Sans aucun rap­port, c’est une avalanche de plans soci­aux, Air­bus, Air France, Renault, etc. qui sont annon­cés dans les médias dans la péri­ode, avec des dizaines, voire des cen­taines de mil­liers de licen­ciements à la clef. Mais quel que soit le con­texte, les arrivées mas­sives et l’accueil incon­di­tion­nel de clan­des­tins en Europe et en France en par­ti­c­uli­er restent des impérat­ifs moraux pour France Cul­ture. S’il n’en reste qu’un…

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).