Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Fichiers d’adresses utilisés à fin électorale : Macron comme Cambridge Analytica

26 mai 2018

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | not_global | Fichiers d’adresses utilisés à fin électorale : Macron comme Cambridge Analytica

Fichiers d’adresses utilisés à fin électorale : Macron comme Cambridge Analytica

L’utilisation par la société Cambridge Analytica de données personnelles récupérées via Facebook (avec le consentement de ce dernier, implicite ou explicite ?) a déjà été analysée ici. Mais la pratique d’achats de fichiers ciblés avait été largement utilisée par les campagnes Obama comme par la campagne Macron en 2017. La Lettre A du 21 mai 2018 a bien analysé le phénomène.

Un premier tour incertain

Les sondages de début de cam­pagne indi­quaient tous Marine Le Pen en tête et soit Fil­lon soit Macron en deux­ième posi­tion. Fil­lon a alors recours aux ser­vices d’Arthur Media Group (AMG) via sa fil­iale Optin Machine. Des adress­es obtenues auprès de fichiers de lecteurs du Figaro, L’Obs, La Croix, et… Météo France sont achetées et util­isées.

Du côté Macron on s’inquiète. Mal­gré les cam­pagnes autour de Péné­lope Fil­lon, leur can­di­dat n’est pas cer­tain de fig­ur­er au sec­ond tour, Fil­lon étant alors cer­tain d’être élu en cas de duel avec Marine Le Pen. L’équipe achète alors des fichiers de com­merçants et arti­sans à La Poste.

Self Contact rentre en jeu

L’incertitude demeure, il faut frap­per plus fort. La société Self Con­tact revendique un fichi­er qual­i­fié de 19 mil­lions d’adresses obtenues via les Pages Blanch­es et l’Insee. Après un test posi­tif sur Mar­seille, un bud­get de 240.000 euros est négo­cié. Il per­me­t­tra une opéra­tion de mar­ket­ing télé­phonique auprès d’un peu plus de six mil­lions de per­son­nes, employ­ant 5000 lignes télé­phoniques.

Moral­ité : en péri­ode élec­torale tous ceux qui en ont les moyens louent des fichiers quelle que soit leur prove­nance. La nou­velle direc­tive RGPD (règle­ment général sur la pro­tec­tion des don­nées) pro­tègera par­tielle­ment le pub­lic sur l’utilisation de ces fichiers mais en cas de score sup­posé ser­ré, la ten­ta­tion d’utilisation mas­sive de vos don­nées per­son­nelles restera grande.

Crédit pho­to : Wiki­me­dia (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : la première audience a eu lieu

La première audience s’est déroulée le 7 octobre 2020 au nouveau Palais de Justice de Paris devant la 17ème chambre qui suit les délits de presse. Notre avocat Maître Benoît Derieux a choisi de plaider la nullité pour vice de forme. Si l’avocat de la partie adverse était présent, Monsieur Ramzi Khiroun ne s’est pas présenté. Compte-rendu dans notre article du 12 octobre.

Derniers portraits ajoutés

Éric Brunet

PORTRAIT — Né en juil­let 1964 à Chi­non (Indre et Loire) d’un père ingénieur à EDF et d’une mère compt­able, Éric Brunet est un chroniqueur, ani­ma­teur radio et essay­iste français con­nu pour son engage­ment à droite et son sou­tien incon­di­tion­nel à Nico­las Sarkozy.

Salhia Brakhlia

PORTRAIT — Sal­hia Brakhlia a apporté, avec suc­cès, les méth­odes con­tro­ver­sées du Petit Jour­nal sur BFMTV. Le mélange détonne.

Caroline Monnot

PORTRAIT — Car­o­line Mon­not est une jour­nal­iste aimant se représen­ter sur les réseaux soci­aux avec une tête d’autruche, libre à cha­cun d’en faire sa pro­pre inter­pré­ta­tion. Elle tra­vaille au jour­nal Le Monde depuis 25 ans, chef adjointe du ser­vice poli­tique, elle se con­cen­tre prin­ci­pale­ment sur les rad­i­cal­ités poli­tiques.

Tristan Mendès France

PORTRAIT — Petit-fils de Pierre Mendès France et neveu de Frantz Fanon, l’homme pense marcher dans les pas du pre­mier, pas peu fier d’avoir hérité d’un cos­tume trop grand pour lui.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.