Accueil | Actualités | Médias | Elkabbach/Sarkozy : le pacte secret qui fait débat
Pub­lié le 20 septembre 2014 | Éti­quettes : , ,

Elkabbach/Sarkozy : le pacte secret qui fait débat

Dans son livre « Blessures », parut ces derniers jours, Paul Amar raconte son parcours... et en profite pour régler ses comptes.

Parmi des anecdotes croustillantes, l'ancien présentateur du JT de France 2 (1992-1994) lance une bombe en affirmant que Nicolas Sarkozy aurait, au début des années 90, passé un pacte secret avec Jean-Pierre Elkabbach.

Journaliste politique, Elkabbach briguait alors la présidence de France Télévisions. Selon Paul Amar, il aurait proposé au ministre du Budget de l'époque d'user de son influence pour favoriser Balladur à la présidentielle de 1995... en échange du poste de président de France Télé.

Balladur échouera à la présidentielle mais Elkabbach sera bien nommé en 1993. Sur France Info, Amar raconte qu'alors qu'il interrogeait Nicolas Sarkozy sur les raisons de la nomination d'Elkabbach à la place de Jean-Marie Cavada, Sarkozy aurait répondu : « Avec Elkabbach, on pouvait s'entendre. » Avant d'ajouter : « Elkabbach est venu me voir et m'a proposé la chose suivante : 'Fais-moi élire président de France Télévisions, je te fais élire Balladur président'. »

Et pour appuyer son propos, Paul Amar insiste sur la partialité qu'il prête à son ancien patron. Écarté du journal de 20h en 1994, le journaliste rappelle les circonstances de la fameuse séquence dite des « gants de boxe » au cours de laquelle il avait ouvert un débat opposant Bernard Tapie à Jean-Marie Le Pen en leur proposant des gants de boxe...

« Ce débat m'était imposé. La rédaction n'avait pas été associée », a-t-il tenu à préciser au micro de France Info. Suite au scandale que cela avait provoqué, il avait alors présenté sa démission. Mais, assure-t-il, sa rédaction l'en avait dissuadé. « Les jeunes confrères me disaient : 'On a besoin de toi pour la présidentielle' », a-t-il rappelé.

Lors de son éviction, Jean-Pierre Elkabbach lui aurait lancé : « La rédaction te soutient mais je n'accepte pas que tu discutes sans cesse mes ordres. Tu dois démissionner. » Et d'ajouter : « Comment, si tu restes au 20 Heures, vas-tu te comporter vis-à-vis de Balladur et de Chirac pendant la campagne présidentielle ? »

Invité sur le plateau de « C à vous » sur France 5, Jean-Pierre Elkabbach a qualifié de « délire mensonger » les accusations portées par Paul Amar. « Pour savoir si ce délire mensonger est vrai, ce n'est pas à moi qu'il faut poser la question mais à Nicolas Sarkozy », a-t-il tout d'abord expliqué.

« Je découvre dans ce livre que Paul Amar entretenait des relations privilégiées avec Nicolas Sarkozy, qui lui faisait des confidences. Ils avaient des liens de proximité », a-t-il également répondu, comme pour rendre la monnaie de sa pièce à son confrère.

Et concernant Balladur, l'animateur d'Europe 1 de s'exclamer : « Comme si j'avais le pouvoir de faire élire Édouard Balladur ! » Et d'ajouter : « Et Balladur n'a pas été élu, c'est bien la première fois que je manque à ma parole... »

En guise de conclusion, Elkabbach lâchait en fixant la caméra : « Paul, l'aigreur est toujours mauvaise conseillère. »

Voir notre portrait de Paul Amar

Photo : © Revu et Corrigé, France 5

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux