Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
[Dossier] Les médias dominants et la manif pour tous

22 mai 2013

Temps de lecture : 9 minutes
Accueil | Dossiers | [Dossier] Les médias dominants et la manif pour tous

[Dossier] Les médias dominants et la manif pour tous

Du mépris à la matraque – Les médias dominants et la manif pour tous

Après le phénomène inédit de la « Manif pour tous », retour sur son traitement médiatique, ou comment les médias bien-pensants sont passés du mépris à la matraque.

Il y a les bonnes man­i­fs et les mau­vais­es man­i­fs. Celles que les médias exal­tent, celles que les médias con­damnent. La « Manif pour tous » appar­tient bien sûr à la sec­onde caté­gorie. Dès le début du mou­ve­ment, celui-ci a été glob­ale­ment traité avec le plus par­fait dédain par les médias offi­ciels. Une poignée de vieux réacs allaient râler con­tre une nou­velle vic­toire du Pro­grès en marche. La Loi passerait, le meilleur des mon­des aurait une pierre de plus à son édi­fice et les ron­chons s’habitueraient, comme ils se sont partout habitués. À quoi bon épi­loguer davan­tage ? Voilà, en somme, quel était le par­ti pris. Pour­tant, on aurait pu aisé­ment objecter que les ques­tions soulevées par les man­i­fes­tants anti-« Mariage pour tous » méri­taient davan­tage qu’un tel revers de main, qu’elles touchaient à des choses essen­tielles et par­ti­c­ulière­ment actuelles : la bioéthique, la fil­i­a­tion, la struc­ture d’une civil­i­sa­tion, les muta­tions de la famille mononu­cléaire occi­den­tale, la dif­férence sex­uelle comme fonde­ment anthro­pologique, etc. Quelle que soit sa pro­pre posi­tion sur la ques­tion, il aurait pu paraître impor­tant de creuser un peu le dossier, de faire débat­tre des psy­chi­a­tres (plus de la moitié sont opposés à la loi), d’interroger des his­to­riens, d’entendre les raisons des autorités religieuses (puisque toutes les con­fes­sions sont con­tre) et de deman­der aux par­ti­sans d’étayer un rien leurs argu­ments, au-delà d’une vision dog­ma­tique et tau­tologique du « Pro­grès » (« Le Pro­grès, c’est nous, donc nous suiv­re, c’est le Pro­grès. »), ou d’un sen­ti­men­tal­isme aus­si flou que péremp­toire (« L’amour, c’est bien, donc tout ce qui est fait par amour est bien. » — ce que démon­trent évidem­ment toutes les tragédies et romans jamais écrits en ce bas monde…) Mais non. Ques­tion­ner cette réforme, et sim­ple­ment la ques­tion­ner, parais­sait déjà sus­pect, et l’on pen­sait régler le prob­lème, à France Inter et ailleurs, en employ­ant ses comiques à faire du « réac-bash­ing ».

« Manif de droite »

Cette mobil­i­sa­tion, devait-on penser dans cer­taines salles de rédac­tion, ne comp­tait donc pour rien, ce qu’elle défendait n’avait aucun sens, mais au moins allait-elle don­ner de la matière aux pro­fes­sion­nels de la vanne, c’était tou­jours ça de pris. D’une manière générale, le ton était gogue­nard, con­de­scen­dant, on rail­lait les familles nom­breuses, les jupes plis­sées, les « Marie-Chan­tal »… La man­i­fes­ta­tion est une pra­tique telle­ment con­notée à gauche que l’on ne pou­vait qu’imaginer la droite mal­ha­bile, emprun­tée, grotesque, dans un tel exer­ci­ce. Dans l’imaginaire des médias dom­i­nants, une manif qui n’est pas de gauche ne pou­vait que ressem­bler à cette farce de cra­vatés cyniques telle que mise en scène avec suc­cès par « Action Dis­crète » sur Canal+. Pour­tant, la caté­gorie car­i­cat­u­rale évo­quée ain­si, si elle existe, ne représente pas, dans le pays, un demi-mil­lion de per­son­nes, le nom­bre de par­tic­i­pants revendiqué par Frigide Bar­jot, l’organisatrice de la « Manif pour tous », le same­di 17 novem­bre 2012. À vrai dire, la soci­olo­gie prin­ci­pale de cette man­i­fes­ta­tion cor­re­spondait surtout à cette « majorité silen­cieuse » rarement encar­tée et beau­coup moins nantie que ceux des jour­nal­istes parisiens qui font la pluie et le beau temps médi­a­tique.

Manifestants orchestrés

Lors de cette pre­mière mobil­i­sa­tion, l’ambiance avait été fes­tive, con­viviale, et la per­son­nal­ité de Frigide Bar­jot avait per­mis, en out­re, de con­tourn­er les clichés véhiculés par les médias. Devant ce suc­cès man­i­feste et dénué du moin­dre « déra­page », ne restait aux médias qu’à en atténuer l’impact. Ain­si la soci­o­logue Irène Théry allait juger auprès de l’AFP qu’il ne fal­lait pas « sures­timer l’ampleur des man­i­fes­ta­tions de same­di, qui se sont présen­tées comme spon­tanées mais qui sont orchestrées en sous-main par la droite et les Églis­es ». La phrase est assez extra­or­di­naire. Les man­i­fes­ta­tions étaient organ­isées par un col­lec­tif, aus­si ne se sont-elles jamais pré­ten­dues « spon­tanées », et elles n’étaient pas davan­tage « orchestrées en sous-main par la droite et les Églis­es » que les man­i­fes­ta­tions con­tre la réforme des retraites étaient orchestrées en sous-main par la gauche et les syn­di­cats. Ce non-argu­ment représen­tait bien en soi, un aveu d’impuissance et un recours à l’irrationnel typ­ique de la Bien Pen­sance : non, les gens n’étaient pas si nom­breux qu’ils l’étaient, ils étaient sim­ple­ment nom­breux à être manip­ulés par des forces obscures. Ain­si, de même qu’ils ne voient pas ce qu’ils voient, il faut croire que les gens ne pensent pas ce qu’ils pensent.

Les Femen entrent en piste

À côté de ceux qui rail­laient un mou­ve­ment pré­ten­du­ment inutile et absurde, la jour­nal­iste Car­o­line Fourest, elle, choisit une autre option : créer une rampe de lance­ment pour ses amies des FEMEN. L’occasion était idéale et ne se représen­terait pas de si tôt. En effet, le lende­main de la man­i­fes­ta­tion offi­cielle, les mem­bres de CIVITAS menaient leur pro­pre man­i­fes­ta­tion anti- « Mariage pour tous » en drainant avec eux la dernière cen­taine de Skin Heads qui survit en France. Il fal­lait créer des images pour la machine médi­a­tique afin de réalis­er la fic­tion suiv­ante : que les FEMEN étaient sub­ver­sives, que les FEMEN com­bat­taient une oppres­sion réelle, que les FEMEN étaient mar­tyrisées par les mâles blancs et catholiques, et que les opposants au mariage homo étaient des brutes fas­cistes. La stratégie était certes grossière mais la con­jonc­ture idéale. Bien sûr, il aurait été aisé de pro­duire de telles images n’importe quand en tra­ver­sant le périphérique, mais les oppresseurs n’auraient prob­a­ble­ment pas eu la bonne couleur de peau et les fémin­istes ukraini­ennes n’eussent peut-être pas survécu. L’opération réus­sit par­faite­ment : les FEMEN et la jour­nal­iste qui, comme par hasard, réal­i­sait sur elles un doc­u­men­taire pré­cisé­ment à cette péri­ode, reçurent les quelques gifles qu’elles étaient venues chercher, suff­isam­ment pour pos­er en mar­tyre mais pas trop pour être en état d’aller se plain­dre le lende­main même sur les plateaux de télévi­sion. Voilà com­ment une dizaine de mil­i­tantes organ­isées parv­in­rent à faire dire aux médias ce que ceux-ci désir­aient enten­dre dès le départ au lieu de relay­er l’inquiétude d’un demi-mil­lion de per­son­nes : que ce qui menaçait la dig­nité des femmes de nos jours n’était pas la pos­si­ble marchan­di­s­a­tion de leur corps et de leur progéni­ture par le régime libéral-lib­er­taire, mais la vio­lence et l’oppression du patri­ar­cat et du catholi­cisme.

13 janvier : Une manif sous contrôle… médiatique

Le 13 jan­vi­er se déroule à Paris une man­i­fes­ta­tion dont le record d’affluence va don­ner lieu à une pre­mière polémique de chiffres. 340 000 selon la police, de 800 000 à un mil­lion selon les organ­isa­teurs… À 16h10, sur BFMTV, Car­o­line Fourest avait annon­cé qu’à la fin de la Manif pour tous : « Ils seront à peine plus que la Gay Pride chaque année. » Il est tou­jours dan­gereux, surtout lorsqu’on se pré­tend jour­nal­iste, de pren­dre ses désirs pour des réal­ités. La bataille des chiffres pos­sède en vérité un enjeu sym­bol­ique car­di­nal : la barre des « 850 000 man­i­fes­tants selon la police », score réal­isé lors de la grande mobil­i­sa­tion de 1984 pour défendre l’École libre, si elle n’était pas franchie, sem­blait autoris­er la gauche à par­ler d’échec, quand bien même la mobil­i­sa­tion serait énorme. Le 16 jan­vi­er, le général Bruno Dary, ancien gou­verneur mil­i­taire de Paris, remet­tra en cause les chiffres don­nés par la pré­fec­ture, affir­mant qu’au moins 800 000 per­son­nes avaient défilé. Dans Valeurs actuelles, on par­lera d’une « source très sûre » affir­mant que le préfet de police avait, vers 13 heures, don­né « la con­signe ver­bale à ses ser­vices de fix­er à 340 000 le nom­bre de man­i­fes­tants. »

Ces con­tes­ta­tions par­ti­c­ulière­ment crédi­bles ne trou­veront pour­tant pas d’écho par­ti­c­uli­er dans la presse dom­i­nante. En l’occurrence, le par­ti pris anti-« Manif pour tous » se trou­vera explicite même sur une chaîne cen­sée être plus neu­tre qu’aucune autre : France Info, où l’on put enten­dre : « Entre un tube de Shaki­ra et un de Zeb­da, les défenseurs du mariage tel que décrit dans le code civ­il de l’ère napoléoni­enne, ont chan­té leur hymne pro­pre sur le pavé » On igno­rait que la famille mononu­cléaire occi­den­tale se résumait à une arbi­traire inven­tion lég­isla­tive du pre­mier empire… Mais c’est sur un autre plan que l’on réalise égale­ment que la plu­part des médias se trou­vent être les alliés objec­tifs du gou­verne­ment con­tre cette mobil­i­sa­tion. En effet, nom­breux vont être les jour­nal­istes à reprocher à la man­i­fes­ta­tion son encadrement trop strict, son absence de spon­tanéité ou les répons­es trop for­matées des man­i­fes­tants inter­rogés.

Or, d’un autre côté, on voit les mêmes obsédés par une seule mis­sion : tra­quer le « déra­page » homo­phobe et expos­er, quand ils y parvi­en­nent, leur mai­gre butin (une pan­car­te d’un goût dou­teux, une réponse mal­adroite…) Ain­si les organ­isa­teurs savent-ils que pour lut­ter con­tre la loi défendue par le gou­verne­ment, il leur faut égale­ment lut­ter con­tre un autre enne­mi, le pou­voir médi­a­tique, qui passera les cortèges au crible dans l’espoir d’extraire l’image ou la phrase par lesquelles pour­ra être ruinée la crédi­bil­ité de plusieurs cen­taines de mil­liers de per­son­nes. Cela revient à se bat­tre les poings liés. Et comme les médias, en effet, ne décou­vrent rien qui puisse réelle­ment leur per­me­t­tre d’attaquer la man­i­fes­ta­tion sur sa pré­ten­due homo­pho­bie, on déclare qu’elle est trop pro­pre pour être hon­nête… Face : homo­phobes décom­plexés. Pile : homo­phobes com­plexés, fachos muselés par leurs guides.

24 mars : de 1984…

Lors de la nou­velle grande man­i­fes­ta­tion du 24 mars, la bataille des chiffres fran­chit un nou­veau cap. En inter­dis­ant quelques jours aupar­a­vant aux man­i­fes­tants d’occuper les Champs Élysées, le gou­verne­ment avait désor­gan­isé de fait la mobil­i­sa­tion avant qu’elle ait lieu et sem­blait tout met­tre en œuvre pour com­pli­quer la déli­cate ques­tion du comp­tage. Quand celui-ci est effec­tué, l’écart entre le chiffre des organ­isa­teurs et celui de la police s’est encore accru depuis la précé­dente occur­rence. On passe en effet car­ré­ment d’1,4 mil­lions de man­i­fes­tants à 300 000… Le gou­verne­ment oppose aux cri­tiques des clichés aériens. Mais les images s’avèrent truquées. C’est du moins ce que prou­ve le jour­nal­iste indépen­dant Pierre Barniéras dont la vidéo fait un tabac sur le Net. L’attitude de ses con­frères le scan­dalise. En effet, la presse, cen­sé­ment con­tre-pou­voir, cen­sé­ment crible cri­tique, paraît dans cette affaire com­plète­ment à la botte du gou­verne­ment. A tel point que la pré­fec­ture de Police n’a aucun mal à pro­pos­er, pour sa défense, aux jour­nal­istes qui le souhait­eraient, de vision­ner les films incrim­inés. Aucun mal, puisque les jour­nal­istes, majori­taire­ment anti-« Manif pour tous », ne le fer­ont pas. Et quand cer­tains osent pren­dre la propo­si­tion au mot, comme Pas­cal Bories de Tech­nikart, le résul­tat est élo­quent. La pré­fec­ture de Police ne pos­sède en réal­ité aucune con­tre-preuve tan­gi­ble !

… à 1934

Cette man­i­fes­ta­tion, pour la pre­mière fois, est émail­lée de vio­lences : les plus téméraires des man­i­fes­tants ten­tent de pass­er en force pour rejoin­dre les Champs Élysées et les CRS font usage des gaz lacry­mogènes. Ulcérés, des man­i­fes­tants et des députés évo­quent des gaza­ges d’enfants. Bien sûr, l’expression est out­ran­cière. Mais, mir­a­cle : la presse bien-pen­sante décou­vre alors le « Point God­win » et accuse les anti-« Mariage pour tous » de l’atteindre. Certes. Mais en l’occurrence : c’est la paille et la poutre. D’autant qu’avec le dur­cisse­ment du mou­ve­ment et la nais­sance du « Print­emps français », les médias ne vont cess­er de col­lec­tion­ner les points God­win (leur prin­ci­pale con­tri­bu­tion au débat pub­lic), dur­cis­sant quant à eux la répres­sion sym­bol­ique con­tre un mou­ve­ment dont ils n’auraient jamais pu devin­er l’ampleur. Ce n’est plus la grande man­i­fes­ta­tion pour l’École libre de 1984 qui est évo­quée comme référence his­torique mais celle des liguards de févri­er 34.

10 000 points Godwin

« Ce cli­mat démoc­ra­tique ten­du rap­pelle les années 1930 quand les ligues d’extrême droite man­i­fes­taient sans cesse pour désta­bilis­er la IIIe République », lâche Car­o­line Fourest, harcelée par les anti-« Mariage pour tous », his­to­ri­enne impro­visée entre deux débats per­tur­bés. « Vers un retour des liguards ? » s’interroge-t-on égale­ment sur Canal+. « C’étaient les années 30, sont-elles de retour ? » titre en une le Nou­v­el Obser­va­teur. Main­tenant le pou­voir médi­a­tique panique. Ce ne sont plus les quoli­bets, le dédain, la rail­lerie des débuts, mais suées d’angoisse et bouf­fées de haine. La con­tre-attaque se met en place selon cette ligne : la République est en dan­ger, les ligues fas­cistes s’apprêtent à vio­l­er Mar­i­anne.

Homophobie ? Trop gentil…

Ain­si, lorsque la gauche man­i­feste et s’oppose aux forces de l’ordre sous un gou­verne­ment de droite, il faut y voir la ver­tu de désobéis­sance civile héritée des révo­lu­tion­naires et des résis­tants, con­tre la tyran­nie d’un pou­voir inique et cryp­to-pétain­iste. Mais lorsque la « droite » est dans la rue et s’oppose aux forces de l’ordre sous un gou­verne­ment de gauche, il faut cette fois-ci con­sid­ér­er que des liguards assoif­fés de sang men­a­cent le pou­voir légitime de la démoc­ra­tie représen­ta­tive. D’un côté, les man­i­fes­ta­tions se font régulières, les har­cèle­ments de min­istres sys­té­ma­tiques, les con­fronta­tions avec les CRS fréquentes, de l’autre, les jour­nal­istes mul­ti­plient les attaques les plus frontales : l’inénarrable Bourmeau con­sid­ère « qu’Homophobie est un mot gen­til. Trop gen­til » pour désign­er les opposants au mariage pour tous. Alors quoi ? Tout anti-mariage gay est un chien ? Pour Lau­rent Jof­frin, dans le Nou­v­el Obs : « Les répub­li­cains n’é­couteront pas ces arti­sans de l’in­tolérance et de la régres­sion française. » Si les man­i­fes­tants sont, de fait, opposés aux « répub­li­cains », doit-on en con­clure qu’ils sont par con­séquent… pha­langistes ? fas­cistes ? nazis ? Quant à Frigide Bar­jot, l’égérie du mou­ve­ment, quand elle n’est pas humil­iée chez Ruquier, chez Fogiel, ou chez Moran­di­ni, elle craque car­ré­ment sur Direct 8, seule con­tre toutes.

A l’ombre des CRS

Aus­si, com­ment s’étonner qu’un petit groupe de man­i­fes­tants finisse, le 23 avril, par s’en pren­dre directe­ment aux jour­nal­istes au cri de « Médias col­la­bos ! ». Yann Barthès s’en offusque dans Le Petit Jour­nal de Canal+ avec des tré­mo­los dans la voix. L’icône bobo omet cepen­dant deux paramètres essen­tiels. Le pre­mier, c’est que s’il veut s’indigner du sort réservé aux jour­nal­istes, il devrait rel­a­tivis­er cette incar­tade somme toute bénigne si on l’a com­pare aux tabas­sages réguliers que subis­sent les jour­nal­istes en ban­lieue. Enfin, qu’à la suite de cette agres­sion, les jour­nal­istes, qui se tenaient à l’écart entre man­i­fes­tants et CRS, se sont retrou­vés der­rière les rangées de boucliers. Or, n’était-ce pas une sit­u­a­tion plus appro­priée ? Une per­spec­tive davan­tage en adéqua­tion avec le réel ? Leur juste place dans le con­flit ? Parce que lorsqu’on com­pare les man­i­fes­tants à des liguards menaçant la République, qu’implique-t-on au bout du pro­pos ? Quel traite­ment encour­age-t-on à infliger à ceux qui men­ac­eraient physique­ment la démoc­ra­tie ? La matraque évidem­ment. « Crosse CRS ! Crosse ! Mâte l’insurrection ! » N’est-ce pas le sous-enten­du per­ma­nent qu’ont martelé les médias dom­i­nants au cours du mois précé­dent la pro­mul­ga­tion de la loi ? Ain­si, lorsque l’objectif de l’appareil pho­to s’élevait au-dessus des rangées de casques, que cette ligne d’horizon soulig­nait l’image des révoltés, le spec­ta­teur, enfin, pou­vait du moins con­sid­ér­er claire­ment de quel lieu prove­nait l’information, de quel point de vue et de quel par­ti pris. Et la matraque rhé­torique, naturelle­ment, s’alliait à la matraque con­crète pour mâter la dis­si­dence, sans pou­voir se tar­guer encore, par on ne sait quel mytholo­gie figée, d’incarner un quel­conque « con­tre-pou­voir ».

M.D.

Crédit pho­to : ANFAD via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.