Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Disclose, nouveau magazine d’investigation, fait appel au mécénat

13 novembre 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Disclose, nouveau magazine d’investigation, fait appel au mécénat

Disclose, nouveau magazine d’investigation, fait appel au mécénat

Un buzz chasse l’autre, l’affaire Pétain succède à l’affaire Benalla qui succédait à l’affaire… laquelle au fait ? La prégnance des chaînes en continu, l’effervescence des réseaux sociaux, tout contribue à enfermer l’information dans un temps court. C’est l’ambition de Disclose de rompre le cycle.

Journalisme d’intérêt général

Deux jour­nal­istes ont donc lancé début novem­bre 2018 Dis­close, nou­veau média d’investigation qui veut per­me­t­tre aux jour­nal­istes d’enquêter si besoin plusieurs mois sur un unique sujet, seuls ou en équipe. Math­ias Destal (ex Mar­i­anne) et Goef­froy Livosi (ex Médi­a­part, France inter, L’Express) con­sta­tent que « La plu­part des rédac­tions n’ont pas les moyens de mobilis­er un jour­nal­iste à plein temps sur une enquête ».

Les sujets seraient déter­minés par un comité édi­to­r­i­al bénév­ole qui choisira les jour­nal­istes spé­cial­isés en fonc­tion des sujets : jus­tice, envi­ron­nement, indus­trie, fis­cal­ité etc. Un mode de fonc­tion­nement qui paraît à pre­mière vue un peu com­plexe.

Disclose annonce être en négociation avec des mécènes européens et américains dont la fondation Open Society de George Soros.

Financement participatif

Le mod­èle économique retenu est celui du finance­ment par­tic­i­patif, de la dona­tion et du mécé­nat, un mod­èle frag­ile que con­naît bien l’Observatoire du jour­nal­isme puisque c’est le sien. Si l’Observatoire ne réalise que peu d’enquêtes au long cours, c’est bien faute de moyens. L’investigation menée en 2018 sur le rachat des médias des Balka­ns par le général Petraeus, ancien respon­s­able des bom­barde­ments en Ser­bie est une excep­tion. Elle a duré plus de six mois et nous a coûté plusieurs mil­liers d’euros. Nous n’avons pas pu la répli­quer sur d’autres sujets par manque de moyens.

Dis­close annonce être en négo­ci­a­tion avec des mécènes européens et améri­cains dont la fon­da­tion Open Soci­ety de George Soros, ce qui augure mal de l’indépendance du média même si celui ci assure que les mécènes n’auront pas droit de regard sur le choix des sujets et sur les bud­gets.

Diclose — L’in­for­ma­tion est un bien pub­lic

Lance­ment de Dis­close, pre­mier média d’in­ves­ti­ga­tion à but non lucratif Devenez lanceur d’en­quêtes ! Soutenez-nous sur KissKiss­BankBank : http://bit.ly/KKBB-Disclose

Pub­liée par Disclose.ngo sur Jeu­di 8 novem­bre 2018

Tonalité de gauche

Dis­close prend la forme d’une asso­ci­a­tion à but non lucratif (tout comme l’Ojim). Il annonce avoir con­clu des accords de dif­fu­sions avec d’autres médias venant de la gauche (Médi­a­part, Rue 89 main­tenant inté­gré à L’Obs, Mars­ac­tu) ou du monde libéral lib­er­taire le plus con­formiste (Radio France, Kon­bi­ni). La nais­sance d’un média de temps long ne peut être qu’une bonne nou­velle si le nou­veau né sait échap­per aux pesan­teurs de la pro­fes­sion. Il pour­ra répon­dre ain­si à Emile Zola dans la présen­ta­tion de “La Morasse” chez Mar­pon et Flam­mar­i­on, à la demande des secré­taires de rédac­tion des jour­naux parisiens en 1888 :

Mon inquié­tude unique, devant le jour­nal­isme actuel, c’est l’é­tat de surex­ci­ta­tion nerveuse dans lequel il tient la nation. […] Aujour­d’hui, remar­quez quelle impor­tance démesurée prend le moin­dre fait. […]Quand une affaire est finie, une nou­velle com­mence, car les jour­naux ne peu­vent vivre sans cette exis­tence de casse-cou. Si des sujets d’é­mo­tion man­quent, ils en inven­tent.”

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).