Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
<span class="dquo">«</span> Des paroles et des actes » supprimé pour des raisons politiques ?

16 mars 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | « Des paroles et des actes » supprimé pour des raisons politiques ?

« Des paroles et des actes » supprimé pour des raisons politiques ?

Clap de fin pour « Des paroles et des actes », l’émission politique pourtant la plus regardée de France 2.

Sur Europe 1, Michel Field, directeur de l’in­for­ma­tion de France Télévi­sions, l’a annon­cé, esti­mant que c’é­tait « une émis­sion qui, à mon avis, a don­né tout son jus ». Celui-ci a con­fié être « en train de réfléchir avec David [Pujadas] à un nou­veau ren­dez-vous poli­tique l’année prochaine », soulig­nant qu’il serait « absol­u­ment sûr » qu’elle serait ani­mée par le présen­ta­teur vedette de la chaîne.

Con­cer­nant les rumeurs présageant l’ar­rivée de Léa Salamé comme co-ani­ma­trice, Field explique que cette option n’est « pas exclue » mais qu’elle « dépend beau­coup d’elle ». Lancée en 2011, l’émis­sion de David Pujadas était dev­enue un ren­dez-vous poli­tique incon­tourn­able à forte audi­ence.

Récem­ment, plusieurs polémique ont entaché le pro­gramme, notam­ment lorsque Marine Le Pen avait refusé, à la dernière minute, de s’y ren­dre, dénonçant une « mas­ca­rade » et des con­signes inac­cept­a­bles. « L’amateurisme et la ser­vil­ité de M. Pujadas ont trans­for­mé aujourd’hui l’organisation de cette émis­sion en véri­ta­ble pan­talon­nade », avait-elle déclaré. Plus récem­ment, Nico­las Sarkozy avait égale­ment pointé du doigt les con­signes don­nées afin qu’au­cun min­istre ne débat­te face à lui, et avait lui-même formelle­ment refusé de se trou­ver face à Jean-Christophe Cam­badélis, secré­taire nation­al du PS.

Pour Marc Bau­driller, dans Chal­lenges, l’ar­rêt de l’émis­sion phare de la 2 prend « des allures poli­tique et polémique ». D’après un ancien cadre de la rédac­tion de France Télévi­sions, Pujadas est sur la sel­l­ette depuis l’ar­rivée de Del­phine Ernotte à la tête du groupe. « David Pujadas est-il sur la sel­l­ette ? En tout cas, il est frag­ile. S’il n’avait pas de bons résul­tats, où serait-il ? », a‑t-il com­men­té.

Autre piste : le présen­ta­teur du JT paierait « sa prox­im­ité avec un homme clé de l’ancienne équipe de France Télévi­sions péri­ode Pflim­lin, Thier­ry Thuil­li­er ». Aus­sitôt écarté par Ernotte dès son arrivée, Thuil­li­er était proche de Pujadas, qui l’a d’ailleurs défendu ouverte­ment.

Pour un ancien de France 2, « David Pujadas n’est pas en odeur de sain­teté à l’Élysée. Son jour­nal a été con­sid­éré à plusieurs repris­es comme défa­vor­able au château ». Ain­si, le présen­ta­teur pour­rait-il être « aujourd’hui l’otage, à France 2, de l’instabilité au som­met de la chaîne et de la poli­ti­sa­tion des médias publics », con­clut Marc Bau­driller.

De son côté, dans L’Obs, François Jost juge que Pujadas a pu être écarté à cause d’un sérieux prob­lème d’au­torité. Depuis l’af­faire Le Pen et l’af­faire Sakozy, ce sont vis­i­ble­ment les poli­tiques qui dictent leurs con­di­tions à l’émis­sion. Devant la pas­siv­ité de l’an­i­ma­teur sur le plateau et en coulisse, la nou­velle direc­tion aurait ain­si décidé de stop­per l’hé­mor­ragie.

« Pour le respon­s­able de l’information, il est urgent de trou­ver une for­mule qui ne per­me­tte plus de le pren­dre en otage et qui ne le soumette plus à l’aléa des réac­tions des poli­tiques. Pour une chaîne, il n’y a en effet rien de pire qu’une dépro­gram­ma­tion », explique-t-il. Qui plus est à un an des élec­tions prési­den­tielles.

Voir notre portrait de David Pujadas

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.