Accueil | Actualités | Médias | Des journalistes couvrent la manif pour tous… avec des gardes du corps !
Pub­lié le 6 octobre 2014 | Éti­quettes :

Des journalistes couvrent la manif pour tous… avec des gardes du corps !

À force d’être régulièrement pris à partie, les journalistes travaillent-ils désormais avec des gardes du corps ? C’est ce que semblent indiquer plusieurs témoignages de manifestants ayant défilé hier à Paris à l’appel de la « Manif pour tous ».

Les voitures de presse avaient toutes été rassemblées à l’avant du cortège, séparées des manifestants par un cordon de sécurité. Certains journalistes étaient équipés de casques ; d’autres, donc, de gardes du corps… L’un d’eux a pris ces photos étonnantes que nous publions.

Deux journalistes de i>Télé et leurs gardes du corps

Deux journalistes de i>Télé et leurs gardes du corps (1/2).

Deux journalistes de i>Télé et leurs gardes du corps (2/2).

Deux journalistes de i>Télé et leurs gardes du corps (2/2).

L’Ojim avait déjà recueilli des témoignages de cette curieuse pratique lors des manifestations pro-palestinienne de cet été. Apparemment, la pratique se généralise.

Il est vrai que depuis quelques années, les journalistes ne peuvent plus exercer leur travail sans un certain risque. Dès qu’ils apparaissent dans un lieu où s’exprime une colère, ils sont systématiquement insultés, moqués, voire molestés, que ce soit par des militants UMP, par des militants du Front de Gauche, par les « Bonnets Rouges », par la « Manif pour tous », par les manifestants de « Jour de Colère », par des chauffeurs de taxi en grève ou par les manifestants du port de Rouen (liste non exhaustive).

Des gardes du corps sont certes aptes à assurer la sécurité physique des journalistes mais ils ne résoudront pas un problème sur lequel ces derniers ne semblent pas vouloir se pencher : pourquoi ce divorce et cette hostilité ? Pourquoi les journalistes sont-ils mis dans le même sac que les politiques ? Pourquoi sont-ils soupçonnés de présenter l’information de manière partisane ? Pourquoi sont-ils accusés de relayer les intérêts et les points de vue des pouvoirs en place ? Pourquoi ce qu’ils écrivent ou filment provoque-t-il autant de colère ? Autant de questions que les gardes du corps, aussi efficaces soient-ils, ne résoudront malheureusement pas… En attendant, le symbole est éloquent de cette rupture totale entre eux et le « peuple ».

Crédit photo : Ojim (cc)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.