Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Des journalistes couvrent la manif pour tous… avec des gardes du corps !
Des journalistes couvrent la manif pour tous… avec des gardes du corps !

6 octobre 2014

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Des journalistes couvrent la manif pour tous… avec des gardes du corps !

Des journalistes couvrent la manif pour tous… avec des gardes du corps !

Des journalistes couvrent la manif pour tous… avec des gardes du corps !

À force d’être régulièrement pris à partie, les journalistes travaillent-ils désormais avec des gardes du corps ? C’est ce que semblent indiquer plusieurs témoignages de manifestants ayant défilé hier à Paris à l’appel de la « Manif pour tous ».

Les voitures de presse avaient toutes été rassem­blées à l’avant du cortège, séparées des man­i­fes­tants par un cor­don de sécu­rité. Cer­tains jour­nal­istes étaient équipés de casques ; d’autres, donc, de gardes du corps… L’un d’eux a pris ces pho­tos éton­nantes que nous publions.

Deux journalistes de i>Télé et leurs gardes du corps

Deux jour­nal­istes de i>Télé et leurs gardes du corps (1/2).

Deux journalistes de i>Télé et leurs gardes du corps (2/2).

Deux jour­nal­istes de i>Télé et leurs gardes du corps (2/2).

L’Ojim avait déjà recueil­li des témoignages de cette curieuse pra­tique lors des man­i­fes­ta­tions pro-pales­tini­enne de cet été. Apparem­ment, la pra­tique se généralise.

Il est vrai que depuis quelques années, les jour­nal­istes ne peu­vent plus exercer leur tra­vail sans un cer­tain risque. Dès qu’ils appa­rais­sent dans un lieu où s’exprime une colère, ils sont sys­té­ma­tique­ment insultés, moqués, voire molestés, que ce soit par des mil­i­tants UMP, par des mil­i­tants du Front de Gauche, par les « Bon­nets Rouges », par la « Manif pour tous », par les man­i­fes­tants de « Jour de Colère », par des chauf­feurs de taxi en grève ou par les man­i­fes­tants du port de Rouen (liste non exhaustive).

Des gardes du corps sont certes aptes à assur­er la sécu­rité physique des jour­nal­istes mais ils ne résoudront pas un prob­lème sur lequel ces derniers ne sem­blent pas vouloir se pencher : pourquoi ce divorce et cette hos­til­ité ? Pourquoi les jour­nal­istes sont-ils mis dans le même sac que les poli­tiques ? Pourquoi sont-ils soupçon­nés de présen­ter l’information de manière par­ti­sane ? Pourquoi sont-ils accusés de relay­er les intérêts et les points de vue des pou­voirs en place ? Pourquoi ce qu’ils écrivent ou fil­ment provoque-t-il autant de colère ? Autant de ques­tions que les gardes du corps, aus­si effi­caces soient-ils, ne résoudront mal­heureuse­ment pas… En atten­dant, le sym­bole est élo­quent de cette rup­ture totale entre eux et le « peuple ».

Voir aussi  I-Télé mis en garde pour avoir montré El-Khazzani menotté

Crédit pho­to : Ojim (cc)

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.

Emmanuel Kessler

PORTRAIT — Né en 1963 à Paris, d’un père directeur de recherche au CNRS et d’une mère qui enseignait le judaïsme, Emmanuel Kessler a eu une for­ma­tion philosophique, avant de com­mencer à tra­vailler en 1986 pour la Gazette des Communes.

Patrick de Carolis

PORTRAIT — Dis­cret, fier de ses racines provençales, n’ayant jamais caché sa foi chré­ti­enne et réputé proche de la Droite (ten­dance chi­raqui­enne) mais au cen­tre des réseaux de pou­voir (Le Siè­cle), accusé de pla­giat et pro­mo­teur de la diver­sité à France Télévi­sions, Patrick de Car­o­lis est un OVNI médiatique.