Accueil | Actualités | Médias | De quoi vivent les journalistes ? L’enquête de la Scam
Pub­lié le 16 novembre 2013 | Éti­quettes : ,

De quoi vivent les journalistes ? L’enquête de la Scam

3400 journalistes ont répondu à cette enquête lancée par la Scam, société des auteurs multimédia. Les résultats viennent d'être publiés, et pour la profession, ils ne sont pas brillants.

« La Scam souhaite alerter non seulement la profession, les éditeurs, les producteurs, les diffuseurs et l'ensemble des employeurs des journalistes, mais également les pouvoirs publics de la détérioration des conditions d'exercice du métier de journaliste », souligne Lise Blanchet, vice-présidente de la Scam, dans son propos introductif.

62% des personnes ayant répondu à cette enquête sont salariés et 28% sont pigistes (37% dans la presse écrite). Un statut de plus en plus difficile à tenir, puisqu'il « transparait une réelle difficulté à se faire rémunérer en pige salariée pour une activité journalistique ». Désormais, les journalistes sont payés en droit d'auteur, ou facturent des prestations de communication, via une auto-entreprise. Pour les pigistes, il devient donc de plus en plus difficile d'obtenir ou de conserver une carte de presse.

Mais même salariés, pour les pigistes, « la situation est également tendue » : « précarité, isolement, absence de reconnaissance ». L'un d'entre eux témoigne : « le faible tarif au feuillet dans la plupart des titres de la presse nationale (80 € la page pour Les Inrocks, 60 € le feuillet à Marianne...). Impossible de bosser pour ces titres si on a un loyer à payer ». D'autres dénoncent « la réduction des formats des sujets : toujours autant d'enquête, mais pour écrire des papiers de moins en moins rémunérateur », ou encore l'absence de prise en charge des frais.

Au final, 30% des journalistes gagnent moins de 20 000 euros nets par an et 46% entre 20 000 et 40 000 euros. Résultat, « près d'un journaliste sur trois a recours à une activité extra-journalistique ».

En bref, « d'une manière générale, l'évolution du métier est jugée de façon très négative, avec un secteur en grande fragilité, des pratiques qui se détériorent, une perte de sens et une profession discréditée ».

Source : scam.fr

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux