Accueil | Actualités | Médias | De quoi vivent les journalistes ? L’enquête de la Scam
Pub­lié le 16 novembre 2013 | Éti­quettes : ,

De quoi vivent les journalistes ? L’enquête de la Scam

3400 journalistes ont répondu à cette enquête lancée par la Scam, société des auteurs multimédia. Les résultats viennent d'être publiés, et pour la profession, ils ne sont pas brillants.

« La Scam souhaite alerter non seulement la profession, les éditeurs, les producteurs, les diffuseurs et l'ensemble des employeurs des journalistes, mais également les pouvoirs publics de la détérioration des conditions d'exercice du métier de journaliste », souligne Lise Blanchet, vice-présidente de la Scam, dans son propos introductif.

62% des personnes ayant répondu à cette enquête sont salariés et 28% sont pigistes (37% dans la presse écrite). Un statut de plus en plus difficile à tenir, puisqu'il « transparait une réelle difficulté à se faire rémunérer en pige salariée pour une activité journalistique ». Désormais, les journalistes sont payés en droit d'auteur, ou facturent des prestations de communication, via une auto-entreprise. Pour les pigistes, il devient donc de plus en plus difficile d'obtenir ou de conserver une carte de presse.

Mais même salariés, pour les pigistes, « la situation est également tendue » : « précarité, isolement, absence de reconnaissance ». L'un d'entre eux témoigne : « le faible tarif au feuillet dans la plupart des titres de la presse nationale (80 € la page pour Les Inrocks, 60 € le feuillet à Marianne...). Impossible de bosser pour ces titres si on a un loyer à payer ». D'autres dénoncent « la réduction des formats des sujets : toujours autant d'enquête, mais pour écrire des papiers de moins en moins rémunérateur », ou encore l'absence de prise en charge des frais.

Au final, 30% des journalistes gagnent moins de 20 000 euros nets par an et 46% entre 20 000 et 40 000 euros. Résultat, « près d'un journaliste sur trois a recours à une activité extra-journalistique ».

En bref, « d'une manière générale, l'évolution du métier est jugée de façon très négative, avec un secteur en grande fragilité, des pratiques qui se détériorent, une perte de sens et une profession discréditée ».

Source : scam.fr

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This