Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
De quoi vivent les journalistes ? L’enquête de la Scam

16 novembre 2013

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | De quoi vivent les journalistes ? L’enquête de la Scam

De quoi vivent les journalistes ? L’enquête de la Scam

De quoi vivent les journalistes ? L’enquête de la Scam

Accueil | Veille médias | De quoi vivent les journalistes ? L’enquête de la Scam

16 novembre 2013

3400 journalistes ont répondu à cette enquête lancée par la Scam, société des auteurs multimédia. Les résultats viennent d’être publiés, et pour la profession, ils ne sont pas brillants.

« La Scam souhaite alert­er non seule­ment la pro­fes­sion, les édi­teurs, les pro­duc­teurs, les dif­fuseurs et l’ensem­ble des employeurs des jour­nal­istes, mais égale­ment les pou­voirs publics de la détéri­o­ra­tion des con­di­tions d’ex­er­ci­ce du méti­er de jour­nal­iste », souligne Lise Blanchet, vice-prési­dente de la Scam, dans son pro­pos introductif.

62% des per­son­nes ayant répon­du à cette enquête sont salariés et 28% sont pigistes (37% dans la presse écrite). Un statut de plus en plus dif­fi­cile à tenir, puisqu’il « transparait une réelle dif­fi­culté à se faire rémunér­er en pige salariée pour une activ­ité jour­nal­is­tique ». Désor­mais, les jour­nal­istes sont payés en droit d’au­teur, ou fac­turent des presta­tions de com­mu­ni­ca­tion, via une auto-entre­prise. Pour les pigistes, il devient donc de plus en plus dif­fi­cile d’obtenir ou de con­serv­er une carte de presse.

Mais même salariés, pour les pigistes, « la sit­u­a­tion est égale­ment ten­due » : « pré­car­ité, isole­ment, absence de recon­nais­sance ». L’un d’en­tre eux témoigne : « le faible tarif au feuil­let dans la plu­part des titres de la presse nationale (80 € la page pour Les Inrocks, 60 € le feuil­let à Mar­i­anne…). Impos­si­ble de boss­er pour ces titres si on a un loy­er à pay­er ». D’autres dénon­cent « la réduc­tion des for­mats des sujets : tou­jours autant d’en­quête, mais pour écrire des papiers de moins en moins rémunéra­teur », ou encore l’ab­sence de prise en charge des frais.

Au final, 30% des jour­nal­istes gag­nent moins de 20 000 euros nets par an et 46% entre 20 000 et 40 000 euros. Résul­tat, « près d’un jour­nal­iste sur trois a recours à une activ­ité extra-jour­nal­is­tique ».

En bref, « d’une manière générale, l’évo­lu­tion du méti­er est jugée de façon très néga­tive, avec un secteur en grande fragilité, des pra­tiques qui se détéri­orent, une perte de sens et une pro­fes­sion dis­créditée ».

Source : scam.fr

Rediffusion estivale

Cet article gratuit vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € pour un article, 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Patrick Cohen

PORTRAIT — Patrick Cohen est né en août 1962 à Mon­treuil. Il est l’un des chefs d’orchestre de l’information. Se cam­ou­flant der­rière une neu­tral­ité de façade, Patrick Cohen s’est longtemps fait le chantre de la lib­erté d’expression tant qu’elle demeu­rait dans les lim­ites du poli­tique­ment correct.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux sociaux.

Hervé Gattegno

PORTRAIT — Né le 28 juil­let 1964, Hervé Gat­teg­no a été rédac­teur en chef de l’édition française de Van­i­ty Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédac­tion du JDD. Il est mar­ié et a trois enfants avec Anne-Cécile Sar­fati, rédac­trice en chef du mag­a­zine féminin Elle.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Sonia Dev­illers s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos ».