Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
De quoi vivent les journalistes ? L’enquête de la Scam
Publié le 

16 novembre 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | De quoi vivent les journalistes ? L’enquête de la Scam

De quoi vivent les journalistes ? L’enquête de la Scam

3400 journalistes ont répondu à cette enquête lancée par la Scam, société des auteurs multimédia. Les résultats viennent d’être publiés, et pour la profession, ils ne sont pas brillants.

« La Scam souhaite alert­er non seule­ment la pro­fes­sion, les édi­teurs, les pro­duc­teurs, les dif­fuseurs et l’ensem­ble des employeurs des jour­nal­istes, mais égale­ment les pou­voirs publics de la détéri­o­ra­tion des con­di­tions d’ex­er­ci­ce du méti­er de jour­nal­iste », souligne Lise Blanchet, vice-prési­dente de la Scam, dans son pro­pos intro­duc­tif.

62% des per­son­nes ayant répon­du à cette enquête sont salariés et 28% sont pigistes (37% dans la presse écrite). Un statut de plus en plus dif­fi­cile à tenir, puisqu’il « transparait une réelle dif­fi­culté à se faire rémunér­er en pige salariée pour une activ­ité jour­nal­is­tique ». Désor­mais, les jour­nal­istes sont payés en droit d’au­teur, ou fac­turent des presta­tions de com­mu­ni­ca­tion, via une auto-entre­prise. Pour les pigistes, il devient donc de plus en plus dif­fi­cile d’obtenir ou de con­serv­er une carte de presse.

Mais même salariés, pour les pigistes, « la sit­u­a­tion est égale­ment ten­due » : « pré­car­ité, isole­ment, absence de recon­nais­sance ». L’un d’en­tre eux témoigne : « le faible tarif au feuil­let dans la plu­part des titres de la presse nationale (80 € la page pour Les Inrocks, 60 € le feuil­let à Mar­i­anne…). Impos­si­ble de boss­er pour ces titres si on a un loy­er à pay­er ». D’autres dénon­cent « la réduc­tion des for­mats des sujets : tou­jours autant d’en­quête, mais pour écrire des papiers de moins en moins rémunéra­teur », ou encore l’ab­sence de prise en charge des frais.

Au final, 30% des jour­nal­istes gag­nent moins de 20 000 euros nets par an et 46% entre 20 000 et 40 000 euros. Résul­tat, « près d’un jour­nal­iste sur trois a recours à une activ­ité extra-jour­nal­is­tique ».

En bref, « d’une manière générale, l’évo­lu­tion du méti­er est jugée de façon très néga­tive, avec un secteur en grande fragilité, des pra­tiques qui se détéri­orent, une perte de sens et une pro­fes­sion dis­créditée ».

Source : scam.fr

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision