Accueil | Actualités | Médias | [Rediffusion] David Pujadas reconnaît une « idéologie cachée » dans ses JT
Pub­lié le 29 décembre 2016 | Éti­quettes : , , ,

[Rediffusion] David Pujadas reconnaît une « idéologie cachée » dans ses JT

[Rediffusion - article publié initialement le 15/12/2016]

Après Bernard de la Villardière, le magazine Society vient de consacrer un long portrait à David Pujadas. Un portrait parfois étonnant, où il confie même avoir, plus jeune, « goûté à toutes les drogues ». Aujourd'hui bien sevré, il reste semble-t-il la dépendance à l'audience et aux résultats comptables... Dans cet entretien, le présentateur du JT de France 2 évoque également la manière dont était traitée l'information dans son journal.

Interrogé sur les critiques les plus fréquentes faite à son JT, celui qui a été désigné par un récent « sondage » comme étant le « journaliste le plus crédible de France » a souhaité faire son mea culpa. « Oui, le journal véhicule sans doute une vision du monde : l'idée implicite que le salut et le bonheur résident dans la consommation ou l'accumulation des richesses », a reconnu David Pujadas.

Or « la croissance non mesurée, l'attention portée aux autres, [...] c'est essentiel dans une société. Mais on ne la traite pas. En ce sens, oui, il y a une idéologie cachée », a-t-il poursuivi dans une franchise peu commune. D’autant que cette ligne axée sur la croissance et la consommation comme seuls horizons n'est pas une fatalité. Pour preuve, le journal de 13 h de Jean-Pierre Pernaut sur TF1 s'évertue souvent à promouvoir les initiatives citoyennes, les traditions, le local, le savoir-faire, etc... Et cela lui est du reste reproché par les mêmes qui dénoncent la vision « capitaliste » du JT de France 2.

Plus loin, Pujadas est revenu sur cette célèbre séquence filmée où on le voit, le 11 septembre 2001, en train de regarder sur un écran le premier avion frappant l'une des tours du World Trade Center, et de s'écrier : « Wouah, génial ! ». À l'époque, cet épisode filmé par les caméras de Canal+ avait fait scandale et le journaliste avait dû s'excuser. Aujourd'hui, il regrette ce comportement. « Honnêtement, je roulais des mécaniques à cette époque. Ça faisait même pas huit jours que j'étais arrivé sur France 2 et des caméras me suivaient. J'avais 36 ans, j'ai fait le malin, le blasé », a-t-il confié. Et le présentateur d'expliquer n'avoir « pas saisi l'ampleur de la chose à ce moment-là ».

Voir aussi : David Pujadas, la servilité tranquille

Crédit photo : DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux