Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | [Rediffusion] David Pujadas reconnaît une « idéologie cachée » dans ses JT
[Rediffusion] David Pujadas reconnaît une « idéologie cachée » dans ses JT

29 décembre 2016

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | [Rediffusion] David Pujadas reconnaît une « idéologie cachée » dans ses JT

[Rediffusion] David Pujadas reconnaît une « idéologie cachée » dans ses JT

[Rediffusion] David Pujadas reconnaît une « idéologie cachée » dans ses JT

[Red­if­fu­sion — arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 15/12/2016]

Après Bernard de la Villardière, le magazine Society vient de consacrer un long portrait à David Pujadas. Un portrait parfois étonnant, où il confie même avoir, plus jeune, « goûté à toutes les drogues ». Aujourd’hui bien sevré, il reste semble-t-il la dépendance à l’audience et aux résultats comptables… Dans cet entretien, le présentateur du JT de France 2 évoque également la manière dont était traitée l’information dans son journal.

Inter­rogé sur les cri­tiques les plus fréquentes faite à son JT, celui qui a été désigné par un récent « sondage » comme étant le « jour­nal­iste le plus crédi­ble de France » a souhaité faire son mea cul­pa. « Oui, le jour­nal véhicule sans doute une vision du monde : l’idée implicite que le salut et le bon­heur rési­dent dans la con­som­ma­tion ou l’ac­cu­mu­la­tion des richess­es », a recon­nu David Pujadas.

Or « la crois­sance non mesurée, l’at­ten­tion portée aux autres, […] c’est essen­tiel dans une société. Mais on ne la traite pas. En ce sens, oui, il y a une idéolo­gie cachée », a‑t-il pour­suivi dans une fran­chise peu com­mune. D’autant que cette ligne axée sur la crois­sance et la con­som­ma­tion comme seuls hori­zons n’est pas une fatal­ité. Pour preuve, le jour­nal de 13 h de Jean-Pierre Per­naut sur TF1 s’évertue sou­vent à pro­mou­voir les ini­tia­tives citoyennes, les tra­di­tions, le local, le savoir-faire, etc… Et cela lui est du reste reproché par les mêmes qui dénon­cent la vision « cap­i­tal­iste » du JT de France 2.

Plus loin, Pujadas est revenu sur cette célèbre séquence filmée où on le voit, le 11 sep­tem­bre 2001, en train de regarder sur un écran le pre­mier avion frap­pant l’une des tours du World Trade Cen­ter, et de s’écrier : « Wouah, génial ! ». À l’époque, cet épisode filmé par les caméras de Canal+ avait fait scan­dale et le jour­nal­iste avait dû s’ex­cuser. Aujour­d’hui, il regrette ce com­porte­ment. « Hon­nête­ment, je roulais des mécaniques à cette époque. Ça fai­sait même pas huit jours que j’é­tais arrivé sur France 2 et des caméras me suiv­aient. J’avais 36 ans, j’ai fait le malin, le blasé », a‑t-il con­fié. Et le présen­ta­teur d’ex­pli­quer n’avoir « pas saisi l’am­pleur de la chose à ce moment-là ».

Voir aussi : David Pujadas, la servilité tranquille

Crédit pho­to : DR

Voir aussi  Qui sont les « Décodeurs » ? Entre GAFAM, argent et influence. Deuxième partie

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.

Emmanuel Kessler

PORTRAIT — Né en 1963 à Paris, d’un père directeur de recherche au CNRS et d’une mère qui enseignait le judaïsme, Emmanuel Kessler a eu une for­ma­tion philosophique, avant de com­mencer à tra­vailler en 1986 pour la Gazette des Communes.

Patrick de Carolis

PORTRAIT — Dis­cret, fier de ses racines provençales, n’ayant jamais caché sa foi chré­ti­enne et réputé proche de la Droite (ten­dance chi­raqui­enne) mais au cen­tre des réseaux de pou­voir (Le Siè­cle), accusé de pla­giat et pro­mo­teur de la diver­sité à France Télévi­sions, Patrick de Car­o­lis est un OVNI médiatique.