Accueil | Actualités | Médias | Dassault demande le retrait des enregistrements de Médiapart
Pub­lié le 10 octobre 2013 | Éti­quettes : , , , , ,

Dassault demande le retrait des enregistrements de Médiapart

Médiapart avait mis en ligne, le 15 septembre dernier, trois enregistrements clandestins qui dateraient de novembre 2012 et dans lesquels on entendait Serge Dassault, industriel, sénateur et surtout ancien maire de Corbeil-Essonnes, avouer avoir acheter des voix pour faire élire son successeur à la mairie de la ville.

Ce mardi 8 octobre, le milliardaire propriétaire du Figaro a demandé à la justice d’ordonner le retrait des enregistrements, invoquant… la protection de sa vie privée. Le tribunal de grande instance de Paris a mis sa décision en délibéré au 18 octobre.

Fabrice Arfi, journaliste à Médiapart, a déclaré à la barre être venu « avec la preuve définitive » de la « corruption électorale » à Corbeil-Essonnes, ajoutant que « le journalisme n’[était] pas un délit ». Pour l’avocat de l'industriel, Me Jean Veil, Médiapart n’a publié que « la copie servile » de l’article du Canard Enchaîné, du Parisien et de Libération, qui avaient déjà retranscrit fin 2012 des extraits de ces enregistrements. Celui-ci a également dénoncé une « campagne de déstabilisation ».

Crédit photo : UMP Photos via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This