L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Coronavirus dans les médias, instrumentalisation et éléments de langage

29 août 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Coronavirus dans les médias, instrumentalisation et éléments de langage

Coronavirus dans les médias, instrumentalisation et éléments de langage

29 août 2020

Temps de lecture : 4 minutes

Il y a eu la première vague du printemps et son confinement sévère, puis sa prolongation au début de l’été. S’ensuivit le long feuilleton de la deuxième vague. Viendra ? Viendra pas ? Plus sévère ? Moins sévère ? Les pronostics obéissent ils à un souci scientifique ou à un programme (conscient ou inconscient) d’ingénierie sociale ?

Des chiffres, mais quels chiffres ?

Plusieurs médecins ont fait mi-août 200 des déc­la­ra­tions qui sem­blent remet­tre en doute l’efficacité des mesures poli­tiques con­tre le coro­n­avirus. Par­mi eux, le Pr Tou­s­saint inter­rogé sur CNews le 18 août 2020 a tenu des pro­pos qui ont éton­né jusqu’au jour­nal­iste présent avec lui. Il a rap­pelé que dans les qua­tre chiffres évo­qués par les médias, les plus impor­tants ne sont pas le nom­bre de nou­veaux cas par jour mais bien les hos­pi­tal­i­sa­tions dues au virus ain­si que les entrées en réan­i­ma­tion et les décès.

« Nous sommes actuelle­ment dans une util­i­sa­tion des indi­ca­teurs, un change­ment, une instru­men­tal­i­sa­tion qui fait que nous allons avoir, pour les semaines à venir, des change­ments de com­porte­ments, des ori­en­ta­tions qui sont décidées par un con­seil sci­en­tifique qui ne regarde plus la réal­ité du risque, mais qui souhaite prob­a­ble­ment impos­er d’autres sché­mas de pen­sée. »

Sachant cela, on pour­rait se deman­der quels motifs gou­ver­nent les pou­voirs publics et les médias quand ils imposent de nou­velles règles pour endiguer l’épidémie.

« Le con­seil sci­en­tifique, lorsqu’il nous annonce la énième deux­ième vague la semaine dernière, un cer­tain nom­bre de ses mem­bres sont sur leur site de vacances, si je le dis c’est parce qu’ils l’annoncent publique­ment sur les radios publiques. »

Ce con­seil sem­ble donc pren­dre l’épidémie à la légère. Selon le Pr Tou­s­saint, M. Fer­gu­son qui avait fait des sim­u­la­tions pes­simistes de 500 000 morts en France qui ont con­duit au con­fine­ment de la moitié de la pop­u­la­tion mon­di­ale ne respec­tait pas les règles du con­fine­ment. Ces gens « ne croient pas aux recom­man­da­tions qu’ils trans­met­tent. » Le risque actuel du coro­n­avirus n’est plus le même que lors du print­emps dernier. Grâce à une courbe qui retrace l’évolution de la pandémie depuis févri­er, il mon­tre que le pic a été atteint mi-avril. Depuis, le nom­bre de décès dimin­u­ent. Il en est de même pour le nom­bre d’hospitalisations et d’entrées en réanimation.

Deuxième vague problématique

Ain­si, la deux­ième vague qui nous était annon­cée pour fin août n’a pas eu lieu. Le Pr Tou­s­saint l’a red­it égale­ment sur LCI le 20 août « Il faut revenir à la réal­ité, regardez les chiffres et vous ver­rez qu’il n’y a pas d’épidémie, pas de fonde­ment sci­en­tifique au port du masque en espace ouvert. Est-ce que vous de votre côté vous vous ren­dez compte du drame psy­chologique que vous générez ? » Le Pr Toubiana accuse les médias de faire peur à la pop­u­la­tion inutile­ment. Le port du masque peut avoir selon lui plus d’impacts négat­ifs que posi­tifs car per­son­ne ne con­trôle s’ils sont lavés et donc effi­caces. Ce sont donc des choix poli­tiques et non sci­en­tifiques. Il affirme que si le virus rede­vient plus meur­tri­er en automne, ce ne sera pas dû au com­porte­ment des Français, mais à la muta­tion pos­si­ble du virus. L’hiver, la con­t­a­m­i­na­tion peut égale­ment aug­menter car la pop­u­la­tion vit davan­tage en milieux con­finés que l’été. Le Pr Tou­s­saint n’affirme pas que la deux­ième vague n’aura pas lieu, mais il dit que ce n’est pas à l’ordre du jour comme l’avaient affir­mé cer­tains sci­en­tifiques et médias en juin.

Importance du nombre de personnes testées

Le nom­bre de nou­veaux cas par jour n’est pas un indi­ca­teur fon­da­men­tal pour juger de l’état de l’épidémie. En effet, il dépend évidem­ment du nom­bre de per­son­nes testées par jour. Il est impor­tant de rap­pel­er que beau­coup d’enfants et de jeunes peu­vent être por­teurs sans avoir de symp­tômes. Le Lux­em­bourg n’a comp­té qu’une cen­taine de morts du virus depuis le début de la pandémie. Ayant lancé une cam­pagne mas­sive de tests en invi­tant toute la pop­u­la­tion rapi­de­ment à réalis­er un test, leur nom­bre de nou­veaux cas déclarés a forte­ment aug­men­té. Les pays frontal­iers comme l’Allemagne se sont mis à exiger un test Covid inférieur à 48 heures pour per­me­t­tre de pass­er la fron­tière. Cepen­dant si l’on rap­porte le nom­bre de cas testés posi­tifs au Covid à l’ensemble de la pop­u­la­tion et surtout au nom­bre de cas hos­pi­tal­isés, le Lux­em­bourg n’est pas au-dessus des autres pays européens.

Masque ou pas masque ?

Le Pr Toubiana a égale­ment cri­tiqué le port du masque sys­té­ma­tique. Plusieurs sci­en­tifiques s’unissent pour dire que le virus étant plus petit que les mailles des masques, le virus peut pass­er à tra­vers. En out­re, porter le masque ne va bien sûr pas sans se laver les mains très régulière­ment et garder une cer­taine dis­tan­ci­a­tion dès que pos­si­ble. Le Pr Éric Raoult dis­ait que pour que la pop­u­la­tion acquière une immu­nité col­lec­tive, il fal­lait que le virus puisse cir­culer. Il est même jusqu’à affirmer qu’on ne sait pas si le con­fine­ment a été aus­si effi­cace que ce qu’on nous a asséné.

La vidéo récente de l’épidémiologiste Éric Saint-Ger­main a dépassé le mil­lion de vues sur Face­book. En colère, il y explique l’absurdité du port du masque et son effi­cac­ité. Selon lui, on se moque des gens, on leur fait croire des choses pour les ras­sur­er. « C’est incroy­able toutes les salades qu’on nous sert, c’est incroy­able qu’on nous prenne pour des crétins à ce point-là. » Il mon­tre, grâce à des chiffres qu’au Québec il y a eu plus de morts qu’en Chine et le même nom­bre de morts qu’en Suède où il n’y a pas eu de con­fine­ment strict et où le port du masque n’est pas oblig­a­toire. « Les médias mentent telle­ment à tour de bras. ». Comme d’habitude per­si­fleront les mau­vais esprits ?

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés