Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Complément d’enquête de Jacques Cardoze sur France 2, haute cuisine et amalgames en série

2 novembre 2018

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Complément d’enquête de Jacques Cardoze sur France 2, haute cuisine et amalgames en série

Complément d’enquête de Jacques Cardoze sur France 2, haute cuisine et amalgames en série

Connaissez-vous Jacques Cardoze ? En plus de son métier de journaliste, le présentateur de l’émission « Complément d’enquête » est également cuisinier. Il vient de nous en donner une excellente preuve lors de l’émission du 18 octobre dernier.

Le mag­a­zine d’ac­tu­al­ité présen­té par Jacques Car­doze le jeu­di à 23h00 sur France 2 est cen­sé « appro­fondir des sujets de société aux thèmes divers au tra­vers de plusieurs reportages ». Mais il est aus­si l’occasion de don­ner des cours de cui­sine. La recette de J. Car­doze est assez sim­ple : prenez des ingré­di­ents hétérogènes (néo-fas­cistes, sur­vival­istes, pop­ulistes, émi­grés européens). Sec­ouez-les forte­ment. Vous obtenez à l’arrivée un amal­game, certes indi­geste, mais 100% poli­tique­ment cor­rect et Macron-com­pat­i­ble. Illus­tra­tion.

Menaces sur l’unité européenne, les ingrédients

J. Car­doze a choisi un fil rouge à son émis­sion con­sacrée aux « néo-fas­cistes » et aux « pop­ulistes » : présen­ter ceux qui « men­a­cent l’unité européenne », les « extrêmes qui mon­tent en Europe ».
Au pro­gramme de l’émission du 18 octo­bre, des reportages sur Mat­teo Salvi­ni, sur des français ou des belges qui par­tent en « exil patri­o­tique » en Hon­grie, sur des sur­vival­istes en France et enfin sur des « néo nazis » en Alle­magne.
S’il était dif­fi­cile de trou­ver un point com­mun entre ces dif­férents groupes de per­son­nes. J. Car­doze réus­sit l’exploit d’associer :
— un leader démoc­ra­tique­ment élu, qui n’a jamais remis en cause le sys­tème démoc­ra­tique ;
— des nos­tal­giques du 3e Reich, des déguisés bas du front, dont on se demande quel risque ils font courir à l’Europe des par­adis fis­caux et de la con­cur­rence libre et non faussée ;
— des sur­vival­istes anti-musul­mans ;
— et des citoyens qui ne sup­por­t­ent plus le cli­mat qui règne dans cer­taines par­ties du ter­ri­toire nation­al. Cette asso­ci­a­tion aboutit à créer une « mix­ture » inquié­tante dont on attend de con­naitre les com­posants. Mais avant de les présen­ter, il impor­tait pour l’équipe de J. Car­doze de mar­quer les esprits en les amal­ga­mant.

Matteo Salvini, fond de sauce

Le jour­nal­iste relate une des pre­mières mesures du nou­veau min­istre de l’intérieur ital­ien : refuser de laiss­er accoster l’Aquarius sur les côtes ital­i­ennes. Selon le jour­nal­iste, « il devient l’épouvantail de l’Europe ». La voix off inter­roge : com­ment « ce per­son­nage qui s’emploie à tout prix à don­ner l’image d’un citoyen comme les autres » est-il devenu l’idole des pop­ulistes ? (8e mn39) ? La musique funèbre qui fait suite à l’interrogation du jour­nal­iste laisse augur­er les pires révéla­tions. On retient des images qui suiv­ent que Mat­teo Salvi­ni mul­ti­plie les meet­ings et les self­ies, plutôt que de tra­vailler ses dossiers. Tout le reportage est tourné sur la per­son­ne de M. Salvi­ni et non sur ses réal­i­sa­tions. Au lieu de s’attarder par exem­ple sur l’arrêt d’un flux migra­toire qui a amené 700 000 clan­des­tins sur le sol ital­ien depuis 2010, le jour­nal­iste donne la parole à des per­son­nes qui ont côtoyé M. Salvi­ni et en ont gardé un piètre sou­venir. On y apprend que le suc­cès du « pop­uliste ital­ien » « en cam­pagne per­ma­nente » viendrait de sa « voix de bary­ton » : son tim­bre « par­le aux tripes » en descen­dant dans les graves. Elle per­me­t­trait à la Ligue de pop­u­laris­er « les idées les plus rad­i­cales ». On se dit que l’on a bien fait de veiller pour regarder cette émis­sion tar­dive, si riche en révéla­tions. Sans doute Car­doze a‑t-il pris exem­ple sur Richard Heuzé qui lynche régulière­ment Salvi­ni dans Le Figaro.

Pour com­menter le reportage, l’invité n’est autre que l’ancien chef du gou­verne­ment ital­ien Mat­teo Ren­zi, mem­bre du Par­ti démoc­rate (cen­tre gauche). J. Car­doze lui demande s’il fait bien par­tie du « camps des pro­gres­sistes ». Une angoisse nous étreint : est-il vrai­ment dans le camp de pro­grès ? Nous sommes vite ras­surés, il est du bon côté. Tan­dis que M. Salvi­ni veut détru­ire l’idée de l’Europe et don­ner un « mes­sage con­tre les intérêts nationaux ». En con­clu­sion, Mat­teo Ren­zi nous apprend qu’en par­ti­c­uli­er dans le nord de l’Italie, les entre­pris­es ont besoin de migrants. Une infor­ma­tion à don­ner rapi­de­ment aux 33% de jeunes ital­iens au chô­mage qui cherchent en vain un emploi.

Les Français et belges identitaires qui s’installent en Hongrie, cuisson à feu vif

L’équipe de Com­plé­ment d’enquête nous invite ensuite à décou­vrir « ces français qui par­tent pour la Hon­grie et qui quit­tent la France qu’ils trou­vent trop com­mu­nau­tariste ». Par­mi eux, Steve et Priscil­la. Pour Steve, « il y a un prob­lème avec l’immigration, claire­ment ». Le jour­nal­iste a besoin d’éléments tan­gi­bles et demande s’il y a un prob­lème à Ver­dun, ville où le cou­ple vivait. Steve évoque l’agression d’une jeune femme par un migrant. Le jour­nal­iste nous pré­cise que celui-ci n’a pas fait l’objet de pour­suites judi­ci­aires. Est-ce pour autant que les faits n’ont pas eu lieu ? Nous ne le saurons pas. Le jour­nal­iste ne s’attarde par con­tre pas quand Priscil­la se plaint des klax­ons et des sif­fle­ments qu’elle subis­sait à Ver­dun. Trop dif­fi­cile à objecter peut être.

Vient le tour de présen­ter Frédéric et ses 3 enfants. Il a acheté un apparte­ment dans une HLM en Hon­grie. Il explique ses moti­va­tions : « je me sen­tais étranger chez moi ». Car­doze com­mente : « Frédéric n’est pas à un amal­game près : immi­gra­tion = insécu­rité ». On voit Frédéric qui con­state l’absence de jeunes qui trainent et dealent dans la « cité ». On voit égale­ment qu’il n’y a pas de graf­fi­tis et que les rues sem­blent pro­pres. Des détails sans doute pour Car­doze.

Puis on passe à Elsa « qui a trou­vé une terre clé­mente en Hon­grie ». Si elle est venue en Hon­grie après sa 3ème agres­sion, c’est aus­si parce qu’elle a le « fan­tasme d’une France envahie par les étrangers ». La recherche de sécu­rité physique et cul­turelle sem­ble réduite pour J. Car­doze à un prob­lème unique : elle libèr­erait la parole raciste. Il s’en émeut auprès d’un Min­istre hon­grois, qui bal­aie ces allé­ga­tions.

Pour mieux appuy­er son argu­men­ta­tion, le jour­nal­iste nous fait décou­vrir Mau­rice et Chris­tiane. Cette dernière « débor­de de haine », elle affirme ain­si « je suis dev­enue raciste à 200% ». J. Car­doze ne cache pas que Chris­tiane est un tan­ti­net brouil­lée non seule­ment avec les étrangers, mais égale­ment avec ses enfants et son voisin. Comme pour mieux accentuer la car­i­ca­ture de ces exilés « iden­ti­taires », son chien est zoomé mon­trant les crocs.

Des méchants et un gentil, nappage final

Dans la con­ti­nu­ité du reportage con­sacré aux « émi­grés iden­ti­taires », on con­tin­ue crescen­do et sans tran­si­tion avec… des sur­vival­istes qui se pré­par­ent à la guerre civile. Cer­tains mem­bres de l’organisation qui nous est présen­tée ont été inter­pel­lés pour port d’armes. On pense à J. Car­doze qui accuse Frédéric de faire des amal­games.

Pour com­menter la séquence aux deux sujets forts dif­férents, un « marin sauveteur » de l’Aquarius » est invité. On com­mence à com­pren­dre : les mau­vais sont présen­tés dans les reportages, les bons sont là pour les com­menter. Après quelques échanges de pro­pos policés, J. Car­doze remer­cie son invité de « cette human­ité que l’on voit à tra­vers vous ». Il serait mal­venu à ce stade de par­ler du véri­ta­ble pont mar­itime organ­isé à par­tir de la Libye avec l’aide d’ONG et du busi­ness cynique des passeurs, comme nous vous en par­lions fin octo­bre 2018.

On se dit que l’insécurité cul­turelle (voir les arti­cles du poli­to­logue Dominique Reynié sur le sujet) de nom­breux français n’a pas bonne presse à France 2. Sans doute pour mieux car­i­ca­tur­er les pop­ulistes, le dernier reportage est con­sacré à des mou­ve­ments néo nazis en Alle­magne. La boucle est bouclée. Mat­teo Salvi­ni et les pop­ulistes sont annon­ci­a­teurs des années 30.

Car­doze devient téméraire avec son dernier invité, un « spé­cial­iste de l’extrême droite», Nico­las Lebourg. Une infor­ma­tion sérieuse don­née par N. Lebourg : les pris­ons français­es comptent 18 néo nazis et… 505 dji­hadistes. On a les épou­van­tails que l’on se choisit. Puis, il se lance : « Per­son­ne n’ose faire la com­para­i­son avec les années 30 ». On se dit qu’il devrait lire l’OJIM pour mieux s’imprégner des élé­ments de lan­gage de ses con­frères con­formistes. À l’image d’un récent clip gou­verne­men­tal pour les élec­tions européennes, présen­tant M. Salvi­ni comme un épou­van­tail, on ne sait plus si l’on a affaire à des émis­sions du ser­vice pub­lic de télévi­sion ou à de la pro­pa­gande grossière. Ou plutôt si, on ne le sait que trop. Et trop sou­vent.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo Com­plé­ment d’En­quête (DR)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).