Accueil | Actualités | Médias | Climat de fin de règne à France Télévisions
Pub­lié le 21 mai 2014 | Éti­quettes : , , , , ,

Climat de fin de règne à France Télévisions

Réagissant au départ de Martin Adjari, secrétaire général de France Télévisions, vers le cabinet d'Aurélie Filippetti, Renaud Revel a déploré, sur son blog L'Express, une « fuite des cerveaux ».

En effet, le groupe public a perdu, en dix jours à peine, trois de ses cadres : Martin Ajdari qui s'envole au gouvernement, le directeur des programmes démissionnaire de France 3 Thierry Langlois, ainsi que Claude Esclatine qui s'en va prendre la direction de France Bleu.

S'il explique cette « hémorragie » par la fin proche du mandat de Rémy Pflimlin, Renaud Revel s'interroge : « qui en voudrait à Martin Ajdari de quitter une entreprise, dont il fut un grand argentier sans marges de manœuvres, ni réels moyens ou leviers face un Bercy intransigeant et une Aurélie Filippetti pas plus solidaire ? » Et celui-ci de rebondir sur l'affaire Carolis/Bygmalion et de constater l'absence de remise en question du PDG de France Télé face à « l’effondrement des comptes d’une entreprise, dont les finances sont subclaquantes ».

Aussi, il ne faut pas oublier le récent rapport qui alerte sur les conditions de travail déplorables au sein du groupe public... Pendant ce temps, l'État actionnaire et le CSA, « ne pipent mot » et « attendent que le fruit tombe ». Un cocktail explosif qui laisse présager un bien triste spectacle dans la course à la succession de Pflimlin. « Pincez-vous : nous sommes bien au royaume d’Ubu. Et on n’a pas encore tout vu... », conclut en beauté Revel.

Crédit photo : marsupilami92 via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This