Accueil | Actualités | Médias | Malaise chez les salariés de France Télévisions
Pub­lié le 7 mai 2014 | Éti­quettes : ,

Malaise chez les salariés de France Télévisions

Selon un rapport du cabinet d'audit indépendant « Émergences » remis en mars dernier à la direction et dévoilé récemment par L'Express, il ne ferait pas bon à être salarié de France Télévisions.

L'état est critique. D'après le cabinet, « les agents sont en attente de réponses à leurs questions que ce soit sur leur situation professionnelle, sur l'avenir de leur métier ou sur les choix stratégiques de l'entreprise. Cela engendre une perte de confiance vis-à-vis de la direction, une insécurité et l'incapacité de s'engager dans un projet fédérateur, mobilisant les énergies et les compétences. Les nombreux entretiens menés nous permettent de pointer de nombreux facteurs de risques réunis chez France Télévisions (...) [et] à poser le constat d'une dégradation actuelle des conditions de travail. (...) Toutes ces situations qui sont susceptibles d''abîmer' le sens que les salariés donnent à leur travail comportent alors un risque pour les conditions de travail des salariés et leur santé. »

Outre la mauvaise ambiance, qui a été rapportée par de nombreux salariés et collaborateurs, le pire se situe sans doute dans les répercussions sur la santé mentale et physique de ces derniers : « Les rapports de la médecine du travail évoquent de manière récurrente sur l'ensemble des sites, et ce depuis des années, des difficultés des salariés à trouver leur place dans les réorganisations successives, des relations de travail conflictuelles, des missions pas toujours bien définies, un manque de communication et de transversalité, des surcharges de travail générant des souffrances psychologiques, un sentiment d'iniquité et un manque de reconnaissance, des situations de très mauvaise santé aggravées par des facteurs liés à l'organisation du travail et à la planification. »

Cela conduit à de nombreux arrêts de longue durée, et même des AVC, « que certains représentants du personnel n'hésitent pas à relier à des pressions, des mauvais traitements ou des conditions de travail stressantes avant leurs arrêts-maladie ». Le rapport indique par ailleurs que « les collaborateurs rencontrés confirment ce sentiment et font le parallèle de manière quasi systématique entre les conditions de travail et les problèmes de santé rencontrés par eux-mêmes ou leurs collègues ».

Selon l'étude, la cause principale de ce mal-être et de tout ce qui en découle n'est autre que la vaste réorganisation entreprise au sein du groupe public. « De nombreuses personnes mentionnent en entretien une dégradation des relations humaines, des tensions, des accrochages entre salariés, parfois des échanges d'insultes. Une défiance vis-à-vis du management est signalée par endroits, des cas de suicide, des problèmes de santé graves sont directement mis en lien avec des conditions de travail dégradées », conclut le cabinet.

Crédit photo : npcmedia via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This