Accueil | Actualités | Médias | Charlie Hebdo ouvre timidement son capital
Pub­lié le 28 juin 2019 | Éti­quettes :

Charlie Hebdo ouvre timidement son capital

À la suite de l’attentat de janvier 2015, un mouvement de solidarité avait permis au journal de se renflouer financièrement mais aussi d’engranger de nombreux abonnements. Dans des circonstances controversées, deux rédacteurs s’étaient retrouvés co-actionnaires de la totalité du capital.

Un actionnariat fermé et qui le reste largement

Riss (67%) et Portheault (33%) étaient les seuls actionnaires de la société solidaire de presse crée après l’attentat. Ils avaient pour cela racheté les parts de Charb, assassiné par les islamistes, au dépit d’autres rédacteurs. Trois journalistes vont symboliquement disposer d’une action  : Yann Diener, Gilles Raveaud et le dessinateur Patrick Juin.

Le directeur et actionnaire majoritaire ne semble pas pressé d’aller plus loin et précise que leurs parts seront augmentés « dans quelque temps » et qu’il ne veut pas de mouvement « dans l’urgence et à l’improviste ». Autrement dit il entend rester maître à bord encore longtemps.

Une diffusion qui s’est effondrée en quatre ans

Le mouvement de solidarité après l’attentat avait permis d’augmenter les ventes en kiosque à plus de 100.000 exemplaires et de compter sur plus de 200.000 abonnés. L’émotion passée, les ventes sont inférieures à 30.000 exemplaires avec des abonnements du même ordre, les deux s’effritant régulièrement.

Voir aussi

Charlie Hebdo a-t-il « détourné les fonds » jadis promis aux familles des victimes ?

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This