Accueil | Actualités | Médias | Charlie Hebdo a-t-il « détourné les fonds » jadis promis aux familles des victimes ?
Pub­lié le 24 juin 2016 | Éti­quettes : ,

Charlie Hebdo a-t-il « détourné les fonds » jadis promis aux familles des victimes ?

Mais où sont passés les millions de Charlie Hebdo ? Collectés après l'attaque du 7 janvier 2015, ils devaient être reversés aux familles des victimes.

Philippe Val, ancien directeur de Charlie, s'était même engagé à verser l'intégralité des recettes du numéro des « survivants », le premier publié après les attentats, aux familles. Un joli pactole, puisque la vente de ce numéro a rapporté 12 millions d'euros et les dons 4,3 millions d'euros. Mais tout ne s'est, semble-t-il, pas passé comme prévu...

18 mois après la mort de son mari, la veuve de Michel Renaud a décidé d'attaquer la nouvelle direction du journal en justice, parlant d'abus de confiance et de « trahison ». Dans le courrier de cinq pages transmis au procureur de la République de Paris, Gala Renaud dénonce une « volte-face ». Selon elle, la nouvelle direction de l'hebdomadaire satirique a décidé de conserver ces bénéfices colossaux. « Quant aux dons, tout ou partie de ceux-ci aurait été reversé sur le compte de l’association “Les Amis de Charlie” », peut-on lire.

Ainsi, « les acheteurs du journal comme les victimes de l’attentat et leurs ayants droit ont été dupés par la direction […] qui est délibérément et unilatéralement revenue sur ses engagements », poursuit Mme Renaud. Ce revirement montre une « intention de détourner les fonds promis initialement aux familles », estime-t-elle. Pour son avocat, Me Portejoie, la démarche de sa cliente « est fondée sur le plan moral, mais surtout juridique. En tant que victime, elle a un droit de regard légitime sur l’affectation des sommes collectées après la tuerie. Son statut l’autorise à demander des comptes. »

Face à ces accusations et à cette plainte, Éric Portheault, directeur général de Charlie, s'est dit « étonné et choqué ». « Nous avons toujours déclaré que le produit de la vente du journal serait consacré à assurer sa pérennité. Ce choix légitime ne saurait être remis en cause par cette initiative sans aucun fondement juridique ou moral. Nous ne comprenons pas la démarche de la plaignante », explique-t-il, jugeant celle-ci « inutile et déplacée ».

« Je ne fais pas ça pour l’argent, mais pour la mémoire de mon mari. Avant la tuerie, Charlie était dans une situation financière catastrophique. C’est désormais le journal le plus riche de France. Je ressens ce déséquilibre comme une injustice profonde. Michel n’est pas mort pour ça », conclut Gala Renaud. Il y a trois mois déjà, elle dénonçait l'opacité des aides financières prévues pour elle et sa fille. Aujourd'hui, elle a choisi de porter sa colère en justice et de mettre en lumière les agissements d'un journal qui se sert de son martyr pour rebondir, aux dépens de ceux qui l'ont payé de leurs vies.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux