Accueil | Actualités | Médias | Charlie Hebdo devant la justice alsacienne pour « blasphème »
Pub­lié le 6 décembre 2013 | Éti­quettes :

Charlie Hebdo devant la justice alsacienne pour « blasphème »

La ligue de défense judiciaire des musulmans (LDJM) de l’ancien avocat Karim Achoui a profité de la juridiction de l’Alsace-Moselle pour emmener Charlie Hebdo devant les tribunaux pour « blasphème ».

C’est l’avocat du journal satirique, Richard Malka, qui a annoncé avoir reçu cette citation directe devant le tribunal correctionnel de Strasbourg. L’Alsace-Moselle bénéficie en effet d’un code pénal particulier, dont l’article 166 punit d'une peine maximum de trois ans d'emprisonnement le délit de blasphème. Ces poursuites visent la une de Charlie Hebdo du 10 juillet dernier, qui titrait : « Le Coran c'est de la merde, ça n'arrête pas les balles ».

« Au moins là, on appelle un chat un chat » avec cette « répression du délit de blasphème », a ironisé Me Malka, qui trouve cela « merveilleux ». De son côté, Charb, le directeur de Charlie Hebdo, s’est étonné d’être poursuivi à la fois pour blasphème et racisme (en référence à une autre plainte déposée à Paris par la LDJM contre l’hebdomadaire). Karim Achoui « va nous faire perdre notre temps et notre argent », a estimé le dessinateur car, selon lui, M. Achoui « sait très bien que le blasphème ne va pas être reconnu et que Charlie Hebdo n'est pas un journal raciste ».

Charb a répété que le célèbre avocat faisait cela uniquement « pour se faire de la pub ». Mais celui-ci, qui réfute ces accusations, a une autre idée derrière la tête puisqu’il espère ainsi « mettre l’État dans l'obligation de réformer la loi de 1905 ».

Crédit photo : Charlie Hebdo / montage Ojim (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux