Accueil | Actualités | Médias | La LDJM de Karim Achoui attaque Charlie Hebdo
Pub­lié le 14 novembre 2013 | Éti­quettes : ,

La LDJM de Karim Achoui attaque Charlie Hebdo

L’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo a été assigné en justice pour provocation à la haine raciale par la Ligue de défense judiciaire des musulmans, dirigée par l’avocat Karim Achoui.

En cause : la une du magazine du 10 juillet dernier où l’on pouvait lire : « Le Coran c’est de la merde, ça n’arrête pas les balles. » Pour Me Richard Malka, avocat de Charlie Hebdo, il s’agit d’une « action publicitaire de Karim Achoui, qui défend bien davantage son besoin d'exister que la cause des musulmans, cause qu'il instrumentalise en s'auto-proclamant comme son défenseur, sans la moindre légitimité ».

La LDJM, lancée en septembre 2013, compte également poursuivre le journal pour « délit de blasphème », qui n’existe pas en France (hormis en Alsace-Moselle). Pour l’heure, Charlie Hebdo n’a « rien reçu ». D’autres affaires sont dans son collimateur : le magazine Valeurs Actuelles pour sa une en burqa sur l’ « invasion » des naturalisés, le site Riposte Laïque, et aussi le ministre de l’Intérieur pour ses propos sur l’islam et la démocratie.

Pour Karim Achoui, qui réfute tout caractère publicitaire, ce dossier est le « meilleur, en ce que ce n'est pas le prophète qui est visé mais les musulmans dans leur ensemble ». Il souhaite « mettre l’État dans l'obligation de réformer la loi de 1905 » et sortir l’islam de son statut de « religion sous tutelle d’État ». Bref, une offensive en règle.

Crédit photo : Charlie Hebdo / montage Ojim (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux