Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Retour sur le calendrier médiatico-judiciaire de la campagne électorale

9 juillet 2017

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Pascal Houzelot | Retour sur le calendrier médiatico-judiciaire de la campagne électorale

Retour sur le calendrier médiatico-judiciaire de la campagne électorale

La couverture médiatique de la campagne électorale de ce printemps 2017 a pris des airs de chronique judiciaire. Un retour sur le calendrier des événements qui ont rythmé l’élection présidentielle et les élections législatives peut y apporter un éclairage. Ce que nous faisons au travers d’une revue de presse.

28 jan­vi­er 2015 : sor­tie du livre de Corinne Lep­age, Les mains pro­pres (édi­tions Autrement). L’ancienne Min­istre y dénonce des emplois fic­tifs au MoDem. Le livre et les faits allégués ren­con­trent peu d’écho dans la presse. Le sujet ne sera plus évo­qué avant fin févri­er et dans un seul heb­do­madaire.

20 mars 2015 : le prési­dent social­iste du Par­lement européen, Mar­tin Schulz, sig­nale à l’Office européen de la lutte anti-fraude (Olaf) et au par­quet de Paris que 20 assis­tants du Front Nation­al au Par­lement européen occu­peraient des postes à respon­s­abil­ité au sein du par­ti dans l’Hexagone, rap­porte Europe 1.

15 décem­bre 2016 : Le Monde nous informe de l’ouverture d’une enquête judi­ci­aire con­cer­nant des soupçons d’emplois fic­tifs d’assistants d’élus du Front nation­al au Par­lement européen. La con­vo­ca­tion de Marine Le Pen devant la Police judi­ci­aire et la procé­dure de lev­ée de son immu­nité par­lemen­taire font l’objet d’une « sto­ry­telling », une cou­ver­ture médi­a­tique qui dur­era jusqu’au pre­mier tour de l’élection prési­den­tielle.

25 jan­vi­er : pre­mières révéla­tions du Canard enchaîné sur des assis­tants par­lemen­taires de François Fil­lon, can­di­dat des Répub­li­cains. Les faits auraient eu lieu de 1988 à 2013. D’autres faits allégués seront livrés dans les numéros suiv­ants du jour­nal. L’« affaire Fil­lon » est lancée. De nom­breux médias s’en empar­ent à un point tel que cela devient un sujet cen­tral de la cam­pagne élec­torale. Le même jour, selon Le Monde, le Par­quet nation­al financier ouvre une enquête prélim­i­naire des chefs de « détourne­ment de fonds publics, abus de biens soci­aux et recel de ces dél­its ».

24 févri­er : Le par­quet nation­al financier décide l’ou­ver­ture d’une enquête judi­ci­aire dans le cadre de l’« affaire Fil­lon », nous informe Le Parisien.

28 févri­er : En pleine affaire Fil­lon, l’hebdomadaire Valeurs actuelles rap­pelle que Corinne Lep­age, ex-députée européenne, évo­quait dans son livre paru en 2015 les “nom­breux emplois fic­tifs” du MoDem. L’information n’est pas reprise.

8 mars : Le Canard enchaîné s’interroge sur une soirée organ­isée à Las Vegas et financée par le Min­istère de l’Économie, alors que son min­istre était E. Macron. Celle-ci aurait couté 381 000 euros et « aurait été mon­tée dans l’urgence, sans appel d’offres ». Après un léger buzz médi­a­tique, la révéla­tion passe au sec­ond plan.

13 mars : Le Monde nous informe de l’ouverture d’une « enquête prélim­i­naire pour favoritisme con­cer­nant les con­di­tions d’organisation d’un déplace­ment min­istériel de Macron à Las Vegas » le 6 jan­vi­er 2016.

14 mars : Valeurs actuelles nous informe que « l’eu­rodéputée Front nation­al Sophie Mon­tel s’est adressée au pro­cureur de la République de Paris et au patron de l’Office européen de lutte antifraude (Olaf) au motif que plusieurs élus français au Par­lement européen auraient recours à des assis­tants par­lemen­taires qui occu­paient d’autres fonc­tions ». Le même jour, selon Sud Ouest, François Fil­lon est mis en exa­m­en pour “détourne­ment de fonds publics”.

2 avril : Pub­li­ca­tion d’une tri­bune d’un ancien assis­tant par­lemen­taire du Modem sur inter­net, avec la médi­ati­sa­tion que l’on con­nait, comme relaté dans un précé­dent arti­cle de l’OJIM. L’information n’est pas reprise.

23 avril : pre­mier tour de l’élection prési­den­tielle.

7 mai : deux­ième tour de l’élection prési­den­tielle.

24 mai : Le Canard enchainé pub­lie un arti­cle sur « Richard Fer­rand piégé par une affaire immo­bil­ière ». La Dépêche nous informe que les faits auraient eu lieu en 2011. Le min­istre de la Cohé­sion des ter­ri­toires et secré­taire général de La République en Marche était alors Directeur général des Mutuelles de Bre­tagne.

1er juin : LCI nous informe de l’ou­ver­ture d’une enquête prélim­i­naire dans l’af­faire immo­bil­ière impli­quant l’élu bre­ton.

11 juin : pre­mier tour des élec­tions lég­isla­tives.

18 juin : deux­ième tour des élec­tions lég­isla­tives.

9 juin 2017 : Le Figaro nous informe que « le par­quet de Paris a annon­cé le 9 juin l’ou­ver­ture d’une enquête prélim­i­naire, cher­chant à savoir si le par­ti cen­triste a salarié des employés en les faisant pass­er pour des assis­tants par­lemen­taires européens ».

20 juin : Con­cer­nant la soirée organ­isée à Las Vegas « l’enquête prélim­i­naire se pour­suit. Mar­di 20 juin, les policiers de l’Office cen­tral de lutte con­tre la cor­rup­tion et les infrac­tions (OCLCIFF) ont procédé à des perqui­si­tions simul­tanées au siège du groupe pub­lic­i­taire Havas et de l’agence publique Busi­ness France, selon des sources proches de l’enquête », selon Le Monde.

22 juin 2017 : le SNJ CGT pub­lie un com­mu­niqué de presse qui indique que, con­cer­nant l’affaire Fer­rand, « beau­coup d’infos sen­si­bles (ont été, à l’Agence France Presse, NDR) étouf­fées en quelques jours ».

Les faits, rien que les faits. Et au-delà du cal­en­dri­er, une inten­sité médi­a­tique à plus cou­vrir cer­tains événe­ments judi­ci­aires que d’autres, qu’il fau­dra un jour quan­ti­fi­er et analyser.

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

Claude Chollet et l’Observatoire du journalisme (OJIM) ont été mis en examen par le procureur de la République à la demande de Monsieur Ramzi Khiroun, ancien chauffeur et garde du corps de DSK et maintenant porte-parole du groupe Lagardère. La mise en examen porte sur le délit d’injures publiques, susceptible d’une amende de 12.000 € et de dommages et intérêts supplémentaires. La première audience a lieu le 7 octobre. Pour nous aider à nous défendre et à nous développer, rejoignez nos donateurs.

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.