Accueil | Actualités | Médias | Capturé par les rebelles syriens, un photographe raconte
Pub­lié le 30 août 2013 | Éti­quettes : ,

Capturé par les rebelles syriens, un photographe raconte

Le photographe indépendant américain Matthew Schrier, qui s’est rendu en Syrie et a été capturé par les rebelles islamistes, a raconté son calvaire dans les médias la semaine dernière.

Matthew Schrier a été enlevé le 31 décembre 2012 par le groupe Front al-Nosra, proche d’Al-Qaïda. Tout d’abord très polis et courtois avec lui, allant même jusqu’à lui proposer du thé, les rebelles ont ensuite brusquement changé de comportement. Enfermé dans une prison où il pouvait entendre les autres détenus crier sous les coups, le photographe s’est rapidement vu demander ses codes de carte de crédit et celui de sa boîte mail. Ses ravisseurs vont s’en servir pour passer des commandes sur internet (ordinateurs portables, tablettes, pièces détachées de Mercedes Benz…) et envoyer des courriels rassurants à sa mère.

Fin janvier, il est transféré dans une autre prison et tombe sur un autre américain « qui semblait être là depuis cent ans ». Après la découverte d’un trou dans les cellules des deux hommes, les ravisseurs vont sévir : 115 coups sur la plante des pieds avec un câble épais. S’en suivra une série d’interrogatoires et de torture pour savoir s’il est de la CIA. Épuisé, Matthew Schrier finira par l’avouer pour que les coups s’arrêtent.

Converti de force à l’islam, ses conditions vont alors s’améliorer. Le 29 janvier, il parvient à s’échapper à travers une petite lucarne. Son camarade, trop corpulent, a du rester sur place. « C'est la chose la plus dure que j'ai eue à faire. (...) C'est dur de passer à autre chose parce qu'il est toujours là-bas », a-t-il confié à CNN.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux