Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Capturé par les rebelles syriens, un photographe raconte
Publié le 

30 août 2013

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Capturé par les rebelles syriens, un photographe raconte

Capturé par les rebelles syriens, un photographe raconte

Le photographe indépendant américain Matthew Schrier, qui s’est rendu en Syrie et a été capturé par les rebelles islamistes, a raconté son calvaire dans les médias la semaine dernière.

Matthew Schri­er a été enlevé le 31 décem­bre 2012 par le groupe Front al-Nos­ra, proche d’Al-Qaïda. Tout d’abord très polis et cour­tois avec lui, allant même jusqu’à lui pro­pos­er du thé, les rebelles ont ensuite brusque­ment changé de com­porte­ment. Enfer­mé dans une prison où il pou­vait enten­dre les autres détenus crier sous les coups, le pho­tographe s’est rapi­de­ment vu deman­der ses codes de carte de crédit et celui de sa boîte mail. Ses ravis­seurs vont s’en servir pour pass­er des com­man­des sur inter­net (ordi­na­teurs porta­bles, tablettes, pièces détachées de Mer­cedes Benz…) et envoy­er des cour­riels ras­sur­ants à sa mère.

Fin jan­vi­er, il est trans­féré dans une autre prison et tombe sur un autre améri­cain « qui sem­blait être là depuis cent ans ». Après la décou­verte d’un trou dans les cel­lules des deux hommes, les ravis­seurs vont sévir : 115 coups sur la plante des pieds avec un câble épais. S’en suiv­ra une série d’interrogatoires et de tor­ture pour savoir s’il est de la CIA. Épuisé, Matthew Schri­er fini­ra par l’avouer pour que les coups s’arrêtent.

Con­ver­ti de force à l’islam, ses con­di­tions vont alors s’améliorer. Le 29 jan­vi­er, il parvient à s’échapper à tra­vers une petite lucarne. Son cama­rade, trop cor­pu­lent, a du rester sur place. « C’est la chose la plus dure que j’ai eue à faire. (…) C’est dur de pass­er à autre chose parce qu’il est tou­jours là-bas », a‑t-il con­fié à CNN.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision