Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Budapest : « Visegrad Post », un nouveau journal internet en français

15 avril 2016

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Budapest : « Visegrad Post », un nouveau journal internet en français

Budapest : « Visegrad Post », un nouveau journal internet en français

Visegrad Post, site web d’actualité/média, est un nouveau venu sur le web. Il a été lancé le 31 mars 2016, par une équipe francophone qui a le mérite d’accéder aux informations des pays du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, République tchèque, Slovaquie) dans leurs langues et de les restituer en français.

Son but : porter « l’in­for­ma­tion d’Eu­rope cen­trale, du groupe de Viseg­rád et des Balka­ns » et traiter « l’ac­tu­al­ité d’Eu­rope cen­trale d’un point de vue cen­tre-européen ».

Une nou­velle voix per­me­t­tant d’avoir un accès direct à des nou­velles qui jusqu’à présent étaient triées et inter­prétées par les cor­re­spon­dants des médias français dont l’an­gle d’analyse souf­fre sou­vent d’oc­ci­den­ta­lo-cen­trisme. Ce nou­veau site veut ain­si nour­rir le plu­ral­isme de l’in­for­ma­tion à pro­pos de cette Europe cen­trale si mécon­nue, et sou­vent car­i­caturée par la presse parisi­enne.

Le groupe de Visegrad

Pour situer ce nou­veau « news », qui affiche une maque­tte soignée, fruit évi­dent d’un vrai tra­vail de pro­fes­sion­nels de la presse web, il con­vient de pré­cis­er ce qu’est le « groupe de Viseg­rad », dont se réclame ce jour­nal, dans l’his­toire européenne récente.

Il s’ag­it d’un groupe informel réu­nis­sant les qua­tre pays d’Eu­rope cen­trale cités ci-dessus. Il est né lors d’un som­met des chefs d’É­tat ou de gou­verne­ment de Tché­coslo­vaquie, Hon­grie et Pologne dans la ville de Viseg­rád le 15 févri­er 1991, pour met­tre en place des coopéra­tions entre ces trois États, en vue de favoris­er le proces­sus d’in­té­gra­tion européenne. De là vient le pre­mier nom du groupe : Tri­an­gle de Viseg­rád. La par­ti­tion de la Tché­coslo­vaquie débouchant sur la créa­tion de la République tchèque et de la Slo­vaquie a porté le nom­bre d’é­tats mem­bres du groupe à qua­tre. Il traduit une con­cep­tion poli­tique de l’Eu­rope cen­trale dans le cadre de l’U­nion européenne et de l’OTAN après la dis­pari­tion de l’URSS et du « bloc de l’Est ». Il a per­mis à ses qua­tre mem­bres d’ex­is­ter mieux au sein de l’ensem­ble européen, le passé de mem­bre du « camp social­iste » n’y ayant apparem­ment pas tou­jours été pour cer­tains d’en­tre eux un atout majeur dans leur légitime quête de recon­nais­sance.

Nouvelle donne

Or, les développe­ments de la poli­tique européenne, notam­ment en faveur de l’ac­cueil des « réfugiés », a changé la donne dans ces pays où le fait nation­al et cul­turel n’est en rien une vari­able d’a­juste­ment à la mon­di­al­i­sa­tion. On rap­pellera le refus des quo­tas de réfugiés voulus à Brux­elles par les parte­naires du groupe de Viseg­rad dès le 4 sep­tem­bre 2015 et la propo­si­tion de M. Orban d’or­gan­is­er un référen­dum sur le sujet en Hon­grie.

Cette oppo­si­tion aux déci­sions de Brux­elles a poli­tique­ment don­né au groupe de Viseg­rad une impor­tance nou­velle, frag­ilisant sig­ni­fica­tive­ment la légitim­ité des déci­sions de l’UE qui, on le sait, devraient en principe être pris­es à l’u­na­nim­ité, ce qui n’a pas été le cas en l’oc­cur­rence.

L’UE à voca­tion fédéral­iste se retrou­ve donc face au fait nation­al, bran­di par des états dont la sou­veraineté et l’indépen­dance ont été foulées aux pieds par l’empire sovié­tique et qui restent très vig­i­lants sur ces sujets. Cer­tains obser­va­teurs craig­nent même que le prob­lème des réfugiés ne soit l’une des caus­es d’une pos­si­ble implo­sion de l’UE, dont le « mon­di­al­isme » à l’om­bre des États-Unis sus­cite de plus en plus de cri­tiques de la droite à la gauche de l’éven­tail poli­tique européen, sans par­ler de ce qu’il est con­venu d’ap­pel­er l’ex­trême droite, dont l’un des pre­miers soucis, quels que soient les pays, reste la reven­di­ca­tion nationale con­tre les empiéte­ments gran­dis­sants de l’UE dans la vie de ces Etats.

La nais­sance de ce nou­veau média bilingue français/anglais est un sig­nal de plus du malaise qui à présent affecte très offi­cielle­ment l’UE, alors que le futur vote aux Roy­aume Uni sur un éventuel Brex­it et le résul­tat du récent référen­dum en Hol­lande illus­trent la tem­pête qui souf­fle sur le pro­jet de con­struc­tion européenne.

La rédac­tion, qui affirme sa lib­erté, veut apporter un éclairage dif­férent sur la réal­ité poli­tique et sociale des États d’Eu­rope cen­trale qui actuelle­ment ne sont pas vrai­ment les chou­c­hous de nos grands médias. Les bases économiques (incon­nues à cette heure) de cette aven­ture seront sans doute déter­mi­nantes, mais moins que le sérieux du tra­vail accom­pli.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.