Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Tysol.fr, la déclinaison française du site d’information de l’hebdomadaire de Solidarnosc

14 mars 2021

Temps de lecture : 4 minutes

Accueil | Veille médias | Tysol.fr, la déclinaison française du site d’information de l’hebdomadaire de Solidarnosc

Tysol.fr, la déclinaison française du site d’information de l’hebdomadaire de Solidarnosc

Accueil | Veille médias | Tysol.fr, la déclinaison française du site d’information de l’hebdomadaire de Solidarnosc

Tysol.fr, la déclinaison française du site d’information de l’hebdomadaire de Solidarnosc

14 mars 2021

Depuis le 28 février, le paysage médiatique français s’est enrichi d’un nouveau site d’information et d’opinion appartenant au légendaire syndicat polonais Solidarité, ou Solidarnosc (en réalité Solidarność, si l’on respecte l’alphabet polonais).

Tysol.pl, un site modeste mais influent

Le syn­di­cat de tra­vailleurs polon­ais a son pro­pre média depuis fort longtemps. Il s’agit d’un heb­do­madaire, Tygod­nik Sol­i­darność (Heb­do­madaire Sol­i­dar­ité), qui avait d’abord été créé en 1981 en tant que pre­mier organe de presse indépen­dant autorisé dans l’ancien bloc de l’Est. La reprise en main par le général Jaruzel­s­ki avait rapi­de­ment mis fin à l’aventure, mais les gens de Sol­i­darność se sont remis au jour­nal­isme indépen­dant à la chute du com­mu­nisme en Pologne en 1989. Une chute dont ils étaient large­ment responsables.

Aujourd’hui, l’hebdomadaire s’accompagne d’un site d’information, Tysol.pl. Ce sont des médias rel­a­tive­ment mod­estes. En 2019, la société Tysol, pro­prié­taire de l’hebdomadaire et du site, a réal­isé un chiffre d’affaires de 2,73 mil­lions de zlo­tys, soit l’équivalent d’un peu plus de 0,6 mil­lions d’euros. Leurs arti­cles sont mal­gré tout régulière­ment cités par d’autres médias polon­ais et l’on peut donc dire sans hésiter que Tygod­nik Sol­i­darność, qui ne donne pas d’information sur son tirage mais qui était dans les années 1990 une sorte de con­tre­poids face au jour­nal Gaze­ta Wybor­cza, et le site Tysol.pl, avec entre 3 et 4 mil­lions de pages affichées par mois selon son rédac­teur en chef, sont des médias bien instal­lés dans le paysage médi­a­tique polon­ais. Ils appar­ti­en­nent certes à un syn­di­cat de tra­vailleurs, mais comme il s’agit du syn­di­cat polon­ais qui a ren­ver­sé le com­mu­nisme en Pologne en puisant son courage dans les dis­cours du pape Jean-Paul II, ces médias ont une ligne édi­to­ri­ale sociale-con­ser­va­trice et catholique, proche de la doc­trine sociale de l’Église, ain­si que le recon­naît volon­tiers Cezary Krysz­topa, rédac­teur en chef du site Tysol.pl et rédac­teur en chef adjoint de l’hebdomadaire Tygod­nik Sol­i­darność.

Déclinaison francophone

C’est donc la même ligne édi­to­ri­ale que l’on doit atten­dre du site d’information Tysol.fr, la décli­nai­son française de Tysol.pl qui est en ligne depuis le 28 févri­er. Dans un entre­tien pub­lié le 5 mars sur le Viseg­rád Post, Patrick Édery, rédac­teur en chef du site Tysol.fr, explique : « C’est un site à l’image du syn­di­cat Sol­i­dar­ité qui est à la fois un syn­di­cat d’ouvriers, et donc pop­u­laire, et effec­tive­ment catholique et anti­com­mu­niste, anti-marx­iste : anti-lénin­iste, anti-stal­in­iste, anti-maoïste et anti-trot­skiste. Je pense que c’est la meilleure déf­i­ni­tion, surtout pour la France où l’on voit que le pro­gres­sisme au pou­voir est l’enfant du marx­isme. Chez Tygod­nik Sol­i­darność, nous con­sid­érons que le pro­gres­sisme est un néo-marx­isme et que, comme le com­mu­nisme, nous fer­ons tomber le pro­gres­sisme. »

On peut trou­ver cette ambi­tion démesurée, quoi que per­son­ne en 1981 n’aurait imag­iné que Lech Wale­sa (Wałęsa en polon­ais), le leader de Sol­i­darnosc, serait élu pre­mier prési­dent de la Pologne démoc­ra­tique neuf ans plus tard et que l’Union sovié­tique n’avait plus que dix ans devant elle. Mais même si le pro­gres­sisme ne s’effondre pas sous les coups de boutoir des arti­cles pub­liés sur le site Tysol.fr, sa con­tri­bu­tion au plu­ral­isme médi­a­tique ne peut qu’être la bien­v­enue dans notre pays qui en manque cru­elle­ment. Patrick Édery et Cezary Krysz­topa, tous deux con­tac­tés par l’Obser­va­toire du Jour­nal­isme, fix­ent deux objec­tifs immé­di­at au site Tysol.fr : apporter un éclairage libéré de l’idéologie progressiste/libertaire sur l’actualité française et ali­menter une rubrique de style « dés­in­tox » face aux nom­breux bobards et manip­u­la­tions de l’information con­cer­nant en par­ti­c­uli­er, mais pas seule­ment, la Pologne. Cette rubrique aura eu l’occasion de démar­rer au quart de tour avec la vis­ite en Pologne du secré­taire d’État aux Affaires européennes du gou­verne­ment Cas­tex, avec un arti­cle inti­t­ulé : « Un secré­taire d’É­tat de Macron dif­fuse des fake news et déclenche un scan­dale en Pologne ». À ce train-là, on se doute que Tysol.fr ne va pas se faire que des amis, et l’Obser­va­toire du Jour­nal­isme est bien placé pour le savoir.

« Par le peuple et pour le peuple »

Moins de deux semaines après son démar­rage, le site Tysol.fr compte déjà des arti­cles de qual­ité, avec un regard indu­bitable­ment de droite sur le plan socié­tal. C’est un site que l’on peut class­er sans hésiter dans ce qu’on appelle com­muné­ment la « réin­fos­phère » et que cer­tains grands médias et respon­s­ables poli­tiques de gauche appel­lent « fachos­phère » pour mieux décrédi­bilis­er les voix dis­si­dentes. Mais se faire tax­er de « fas­cistes » en France ne sera sans doute pas de nature à impres­sion­ner les gens de Sol­i­darnosc : ils ont déjà vécu cela avec la pro­pa­gande d’État à l’époque de la dic­tature com­mu­niste. « En tant que média appar­tenant au plus gros syn­di­cat polon­ais de tra­vailleurs, nous sommes un média par le peu­ple et pour le peu­ple », expli­quait Patrick Édery dans son entre­tien avec le Viseg­rád Post.

Patrick Édery est un Français instal­lé en Pologne depuis 1999. Il pub­lie des arti­cles entre autres sur le site Tysol.pl et a pub­lié plusieurs fois des arti­cles sur la Pologne dans le Figaro Vox. Son compte Twit­ter est suivi par plus de 29 000 per­son­nes. Il assure que son tra­vail pour Tysol est bénév­ole comme le sont les con­tri­bu­tions pub­liées sur le site Tysol.fr. Son homo­logue polon­ais, Cezary Krysz­topa, sou­tient que le site Tysol.fr a été créé pour la bonne cause, sans moti­va­tion com­mer­ciale. Il s’agit, à en croire son édi­to­r­i­al de bien­v­enue pub­lié sur Tysol.fr le jour de sa mise en ligne, d’apporter un « sou­tien à la lib­erté d’expression des Français ». Con­tac­té par l’Obser­va­toire du Jour­nal­isme, il explique que « nous avons les mêmes prob­lèmes » et que, face aux attaques con­tre la lib­erté d’expression, il ne suf­fit pas de se défendre à l’intérieur de ses pro­pres frontières.

On note encore quelques faib­less­es tech­niques sur le site Tysol.fr : cer­tains bou­tons de nav­i­ga­tion ne fonc­tion­nent tou­jours pas et il faut pass­er par le site en polon­ais Tysol.pl pour accéder à la fonc­tion de recherche sur le site, ce qui doit être réglé prochaine­ment, nous assure Patrick Édery. On peut égale­ment lire sur le site polon­ais con­sacré aux médias Wirtu­alne Media que le site français du média de Sol­i­darnosc se dévelop­pera à mesure qu’il obtien­dra des finance­ments. La présen­ta­tion et surtout le con­tenu sem­blent déjà de qualité.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés