Accueil | Actualités | Médias | Brut, les recettes d’une réussite
Pub­lié le 7 mars 2019 | Éti­quettes : , , , , ,

Brut, les recettes d’une réussite

En juin 2018, nous soulignions les premiers succès de Brut, le média axé sur les réseaux sociaux lancé par Renaud Le Van Kim, Laurent Lucas, Guillaume Lacroix rejoints ensuite par Rodolphe Belmer. Le succès ne s’est pas démenti depuis.

Un milliard de vues par mois

Un milliard de vidéos vues par mois, cela claque. Réparties entre la France, la Chine, l’Inde et les États-Unis. Aux États-Unis Renaud Le Van Kim (Le Figaro du 18 février 2019) revendique la deuxième place sur ce format au coude à coude avec deux grande chaînes (ABC, CBS) et loin devant deux autres (CNN, Fox) alors que Brut diffuse moins de vidéos en nombre mais plus regardées. En France le groupe revendique 300 millions de vues mensuelles et serait devenu la troisième source d’information auprès des moins de 25 ans. Globalement Brut toucherait au total 200 millions de visiteurs uniques par mois, chaque visiteur visionnant en moyenne cinq vidéos mensuellement.

Le phénomène Gilets jaunes

Rémy Buisine, journaliste de la chaîne, a obtenu un net succès auprès des gilets jaunes en pratiquant l’immersion longue sans commentaires. De même que la chaîne russe RT, Buisine a privilégié le temps long (parfois plusieurs heures). Les reportages étant brut de fonderie (sans mauvais jeu de mots), en direct et non montés, ils provoquent un engagement de ceux qui les regardent, au-delà d’un effet de simple audience. Un moyen de fidéliser les clients.

Monétisation et international

Bien que ne donnant pas de chiffres les dirigeants affirment que le média est déjà bénéficiaire en France et se donnent comme objectif l’équilibre rapide aux États-Unis et en Inde. Prudents ils ne se donnent pas de calendrier pour la Chine où ils développent des partenariats locaux. Ils prévoient aussi un développement d’ici deux ans en Allemagne, au Japon, au Brésil et certains pays du Golfe. Sollicités pour ouvrir leur capital, ils restent discrets sur les montants et les proportions. Quand la mariée est belle, elle peut choisir ses prétendants.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux