Accueil | Actualités | Médias | Bompard interroge Bercy sur l’effacement de la dette de l’Huma
Pub­lié le 6 juin 2014 | Éti­quettes :

Bompard interroge Bercy sur l’effacement de la dette de l’Huma

Le 1er janvier dernier, le député non-inscrit Jacques Bompard interrogeait le gouvernement sur sa décision d'effacer purement et simplement la dette du journal L'Humanité.

Ce dernier s'était vu en effet, en décembre 2013, blanchir de ses créances auprès de l'État, d'un montant de 4,1 millions d'euros. L'Assemblée nationale avait voté cet amendement, estimant que le journal n'était plus en mesure de rembourser sa dette, et ce, afin d'éviter sa disparition.

Dans une question au ministère du Budget, le député Jacques Bompard avait estimé que, « vu la santé financière préoccupante de la presse quotidienne française, la généralisation d'un tel procédé - dans le cas présent, hautement contestable sur le plan de l'équité - aurait de très lourdes conséquences budgétaires, tout simplement inenvisageables ». Par ailleurs, il avait demandé au ministère « de bien vouloir lui indiquer d'une part, si par le passé le quotidien l'Humanité a bénéficié de faveurs comparables et pour quels montants, et, d'autre part, si d'autres titres de la presse quotidienne nationale ont profité d'abandons de créances similaires de la part de l'État, et pour quels montants. »

Dans une réponse publiée au Journal officiel le 1er avril 2014, Bercy a tenté d'expliquer cette décision : « Dans un contexte de difficultés structurelles du secteur de la presse, le quotidien l'Humanité présente en effet des résultats financiers très dégradés et ne possède plus d'actif depuis la vente de son siège historique en 2009. Dans ces conditions, le maintien de ce prêt signifiait à court terme la disparition du quotidien. »

Le ministère a justifié cet effacement de dette « au vu de l'importance de la voix et de l'histoire de l'Humanité dans le paysage médiatique national, du souci démocratique du Gouvernement de préserver la pluralité de la presse et de l'épuisement de l'ensemble des leviers existant pour viabiliser le paiement de cette créance », précisant que ce choix ne relevait « d'aucune considération partisane ».

« La publication récente par le ministère de la culture et de la communication du tableau des aides à la presse, dans un souci de transparence qu'il faut souligner, met en lumière le pluralisme des titres les plus aidés », a conclu Bercy.

Pour se remémorer l'affaire de la dette de L'Humanité, vous pouvez lire notre article sur le sujet. En parallèle, pour comprendre à quoi peuvent servir les subventions comme moyen de pression, l'affaire de l'infographie du journal Le Progrès parle d'elle-même.

Voir également notre infographie du journal L'Humanité

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This