Accueil | Actualités | Médias | Infographie « raciste » : subvention retirée pour Le Progrès !
Pub­lié le 4 juin 2014 | Éti­quettes : , ,

Infographie « raciste » : subvention retirée pour Le Progrès !

Le Progrès n’en finit pas de payer sa petite infographie sur la délinquance publié le 22 avril dernier, au point de s'être vu retirer une subvention de la région Rhône-Alpes.

Intitulé « Délinquance, criminalité organisée, qui fait quoi dans le Rhône ? » le dossier a fait le tour de la presse, suscitant de nombreuses indignations. L’article proposait de classer les différents secteurs de la délinquance par nationalités. Ainsi pouvait-on découvrir une prédominance des Géorgiens, Albanais et Roms dans les cambriolages ; d'Africaines et de Roumaines dans la prostitution ; ou encore de « groupes des cités » dans les braquages.

Tollé d’une partie de la presse. Plusieurs associations antiracistes sont immédiatement montées au créneau, comme SOS Racisme qui a déposé plainte pour « incitation à la haine raciale » et « fichage ethnique ». Coup de pied de l’âne, un sujet a même été consacré à cette épisode par le « Petit Journal », qui répond décidément toujours présent dès qu’il s’agit de décrédibiliser de son ton moqueur toute tentative de sortie du politiquement correct. L’équipe de Canal+, avec cette dérision qu’on lui connaît présente ainsi en fin de reportage « le nouveau jeu du progrès de Lyon : "délinquance, à chacun sa spécialité" »

Du côté de la rédaction du Progrès, on a mal vécu cet épisode. « Ils ne nous ont pas manqués, ça les a réjouis de pouvoir se faire un canard de PQR », a-t-on réagi au sujet du « Petit Journal ». Jean-Claude Lassalle, directeur délégué du journal, a considéré les retombées comme « injustes ». « Il peut y avoir une erreur, dont le rédacteur en chef s’est d’ailleurs excusé. On continue à tracer sereinement notre route, celle de l’info, du respect de la diversité, parce qu’on considère que c’est une chance. On est le seul journal à avoir lancé une opération de valorisation de la diversité », a-t-il lancé en guise de mea culpa, histoire de donner quelques gages à l'élite bien-pensante.

Manque de chance, cette « opération de valorisation de la diversité » a justement constitué le fer de lance de l'arsenal punitif déployé contre les « racistes » du Progrès. En effet, la région Rhône-Alpes, qui subventionnait à hauteur de 17 000 euros la soirée « Diversité et entreprises », événement visant à récompenser des initiatives locales en rapport avec la « promotion de la diversité », s'est aussitôt désengagée, rapporte Rue89 Lyon.

« Je ne me voyais pas cautionner cet événement après un article pareil. Pas possible », a estimé Farida Boudaoud, vice-présidente PS du conseil régional. Celle-ci avait été sollicitée par Le Progrès au titre de délégué à la lutte contre les discriminations. Las, une infographie de trop aura eu raison de ce financement. « La Région ne vient pas, que voulez-vous que je vous dise ? L’événement se tiendra quand même », a tempéré Jean-Claude Lassalle.

Au-delà de la polémique, cet épisode est un beau symbole de l’aliénation que constituent les subventions publiques, accordées en masse à certains journaux. Un moyen de pression infaillible, déguisé en aide au développement. Après ces brutales représailles financières, nul doute que dans quelques rédactions on y réfléchira désormais à deux fois avant de publier un sujet en dehors des clous...

Découvrez qui sont les journaux les plus subventionnés (et donc les plus tenus) en 2013

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This