Accueil | Actualités | Médias | Bataclan : un journaliste des Inrocks parmi les victimes
Pub­lié le 16 novembre 2015 | Éti­quettes :

Bataclan : un journaliste des Inrocks parmi les victimes

Guillaume B. Decherf, journaliste aux Inrockuptibles, était présent au concert d'Eagles of Death Metal, vendredi soir, au Bataclan. Il est mort, comme beaucoup de personnes du public, suite à l'attaque terroriste.

« En deuil », la rédaction des Inrocks rappelle que son journaliste était âgé de 43 ans, père de deux enfants, et qu'il écrivait sur la musique, en particulier sur le rock et le métal. Dans sa dernière chronique pour l'hebdomadaire, il chroniquait justement « Zipper down », dernier disque du groupe de rock, et annonçait leur concert du vendredi soir, à Paris.

Il collaborait aux Inrockuptibles depuis 2008, avait fait ses études à l'ESJ de Lille, et était passé auparavant par Libération et Rolling Stone. En 2012, il avait coordonné l'édition des Inrocks consacrée au métal.

« Toute la rédaction du journal est bouleversée par sa disparition. Nos pensées vont à sa famille et à ses proches », a réagi l'hebdomadaire.

Crédit photo : DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux