Accueil | Actualités | Médias | Aymeric Caron « meurtri » par les accusations d’antisémitisme
Pub­lié le 6 mai 2014 | Éti­quettes : , ,

Aymeric Caron « meurtri » par les accusations d’antisémitisme

À la suite de son altercation (coupée au montage) avec le réalisateur Alexandre Arcady, Aymeric Caron s'est expliqué sur les accusations d'antisémitisme qui planent sur sa personne.

Il y a 10 jours, dans l'émission « On n'est pas couché » sur France 2, ce dernier avait, selon les dires d'Arcady, réalisateur du film sur la mort d'Ilan Halimi, justifié l'antisémitisme par les « meurtres d'enfants » commis par l'armée israélienne à Gaza. Des accusations auxquelles le principal intéressé a réagi chez Ardisson ce samedi.

« Le film parle de l'affaire Halimi. Ensuite Arcady a parlé de l'affaire Merah. On a donc eu une discussion sur cette affaire Merah qui a ensuite dérivé sur le conflit israélo-palestinien. Natacha (Polony, NDLR) a parlé du conflit, des conséquences que ce conflit pouvait avoir sur la montée de certains phénomènes, d'antisémitisme, de racisme en général. Bon, c'est vrai qu'on s'est rendu compte qu'à un moment, peut-être, on s'éloignait du sujet de départ », a-t-il regretté.

Et Caron de poursuivre : « Je tiens à être extrêmement clair là-dessus. Contrairement à ce qu'Arcady a pu entendre ou vouloir comprendre, à aucun moment, à aucun moment dans cette séquence, je ne justifie l'injustifiable, l'innommable à savoir le meurtre d'un juif, la torture, le meurtre d'Ilan Halimi, qui est inexcusable. » « Je n'ai fait que souligner quelque chose que je regrettais, que je dénonçais, à savoir que le conflit israélo-palestinien, la mort d'enfants palestiniens, étaient utilisés, récupérés par certaines personnes pour aller justifier l'injustifiable. C'est exactement ça que j'ai dit », a-t-il poursuivi.

Le chroniqueur de Laurent Ruquier s'est dit « meurtri » par les accusations d'antisémitisme qui ont pu lui être faites. « Être accusé, moi, d'antisémitisme, moi qui me bats depuis des années, que ce soit dans mon métier ou dans ma vie personnelle, contre ça. Mon dernier livre, c'est justement un cri contre la montée du racisme, que ce soit l'antisémitisme, l'islamophobie », a-t-il plaidé avant de conclure en confiant vivre « très mal » cette affaire. Mais le paradoxe est que Caron, victime d’une accusation infâmante, n’a jamais lui-même hésité à qualifier ceux qui ne pensent pas comme lui de « néo-cons », « néo-réacs » ou « néo-fachos » dont son livre récemment publié fourmille (Incorrect. Pire que la gauche bobo, la droite bobards). Il ne s’est visiblement pas posé la question de savoir si les destinataires de ces insultes n’allaient pas être « meurtris » et vivre « très mal » d’être ainsi qualifiés.

D’autre part, face à l’ampleur de la controverse, Laurent Ruquier est sorti de son silence et a exprimé sur Twitter son soutien à Aymeric Caron. Selon lui, Alexandre Arcady aurait « déformé » les propos du chroniqueur. « C’est Alexandre Arcady qui a été choqué et souhaitait couper cette séquence ! Pour finalement aller la raconter à sa façon ensuite ! », a-t-il écrit sur son compte.

Votre notre portrait d'Aymeric Caron

Crédit photo : On n’est pas couché, émission du 8 septembre 2012

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This