Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Aude Lancelin : « Tous les médias sont sous la coupe du Cac 40 ! »

15 octobre 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Aude Lancelin : « Tous les médias sont sous la coupe du Cac 40 ! »

Aude Lancelin : « Tous les médias sont sous la coupe du Cac 40 ! »

Licenciée en mai dernier de son poste de directrice-adjointe de la rédaction de L’Obs, Aude Lancelin a déjà eu l’occasion de s’exprimer sur les raisons, très politiques selon elle, de son renvoi.

La jour­nal­iste estime en effet que celui-ci est directe­ment imputable à François Hol­lande, un prési­dent qui, nous dit-elle dans son dernier livre (Le monde libre, aux édi­tions Les liens qui libèrent), s’oc­cupe « énor­mé­ment » des jour­nal­istes. Lun­di dernier, dans Bour­din Direct sur RMC/BFMTV, elle a affir­mé : « Je pen­sais que François Hol­lande s’oc­cu­pait de la Syrie, du chô­mage de masse, mais il sem­blerait qu’il s’oc­cupe énor­mé­ment des jour­nal­istes, de leur vie, de leur car­rière, et de ce qu’il appelle ‘sa presse’, dont L’Obs fait par­tie. » À l’époque, « ce qui se pas­sait dans ce jour­nal ne lui con­ve­nait pas, et il s’en est ouvert aux action­naires », rap­porte la jour­nal­iste. Et d’a­jouter : « On nous avait promis une prési­dence nor­male (…), mais ce dérè­gle­ment qui con­siste à con­tac­ter en per­ma­nence les jour­nal­istes a été pour­suivi pen­dant ces cinq ans. »

Dans un entre­tien accordé au Point, Aude Lancelin va plus loin : « François Hol­lande fait par­tie de cette généra­tion de poli­tiques qui se préoc­cupe encore énor­mé­ment de ce qui se passe dans les rédac­tions. Il passe sa vie à recevoir des aréopages de jour­nal­istes, à échang­er des SMS avec eux… Et puis le PS et François Hol­lande vont si mal, sont si impop­u­laires que, oui, même un petit poumon malade comme L’Obs leur est encore très néces­saire… Ce jour­nal a encore un porte­feuille de plus de 300 000 abon­nés, dont énor­mé­ment d’en­seignants, et il jouit tou­jours d’un cer­tain pres­tige dans quelques milieux. »

Mais le con­trôle des médias ne s’ar­rête plus, comme au temps de l’ORTF, à un strict con­trôle de la part du pou­voir poli­tique. Car au-delà des pres­sions exer­cées par Hol­lande, « les puis­sances d’ar­gent n’ont jamais été aus­si présentes qu’en ce moment. L’ensem­ble des médias sont sous la coupe du Cac 40. La sit­u­a­tion dans les médias est inquié­tante », con­clut-elle. En ces temps de con­cen­tra­tion des médias au sein de quelques grands groupes, ce con­stat ne saurait que trou­ver de l’écho…

Voir aussi

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.