Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Attentat de Lyon : des médias très peu curieux
Attentat de Lyon : des médias très peu curieux

2 juin 2019

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Attentat de Lyon : des médias très peu curieux

Attentat de Lyon : des médias très peu curieux

Attentat de Lyon : des médias très peu curieux

À la veille des élections européennes du 26 mai 2019, une bombe éclatait au centre de Lyon faisant une quinzaine de blessés, sans revendication. Une rapide enquête menée grâce aux caméras de vidéo-surveillance aboutissait à l’arrestation de Mohamed Hichem M., 24 ans, dont les prénoms seuls étaient connus et dont le patronyme restait inconnu au jeudi 30 mai, et même dans nombre de cas connu seulement sous les dénominations euphémisantes de « suspect » ou « d’étudiant ». Revue de presse.

Un anonymat parfait

Pour Le Figaro du 28 mai, on sig­nale « un étu­di­ant algérien de 24 ans, ancien étu­di­ant en infor­ma­tique. » Le terme « sus­pect » est employé six fois, on par­le de « jeune homme » mais on n’en saura pas plus ce jour là. Pour Le Point édi­tion dig­i­tale du 27 mai et du 28 mai, on en restera à « l’étudiant algérien », tout en assur­ant qu’ « aucun élé­ment ne le relie à la mou­vance islamiste rad­i­cale ». Tou­jours dans le même heb­do­madaire et tou­jours sous la sig­na­ture d’Aziz Zemouri le 29 mai « le prin­ci­pal sus­pect est passé aux aveux » mais « l’étudiant » demeur­era com­plète­ment anonyme. Même pudeur char­mante pour Ouest-France édi­tion papi­er du 29 mai qui ne con­sacre que quelques lignes à un « sus­pect peu loquace » dont on ne saura que fort peu de choses sinon qu’il s’agit d’un « algérien de 24 ans » alors que ses deux prénoms sont con­nus depuis plus de 48h.

Un demi-anonymat et un gamin sympathique

Libéra­tion du 27 mai titre « fin de traque pour le sus­pect, qui reste muet ». L’article par­le ensuite d’un étu­di­ant de 24 ans, Mohamed Hichem M. arrivé en France au sec­ond semes­tre 2017. Le Pro­grès de Lyon du 30 mai à beau se deman­der « qui est Mohamed Hichem M ? », nul ne con­naî­tra son patronyme, mais on appren­dra que ses par­ents et son frère, tous en sit­u­a­tion irrégulière, ont été enten­dus. Le Parisien du 28 mai a retrou­vé Islaam, un cama­rade d’Oran de Mohamed Hichem. Sans sur­prise ce dernier est un garçon adorable : « Hichem est comme mon frère. Il n’a jamais été vio­lent, tout le monde l’adore ici. Il est musul­man, fait la prière et le ramadan, mais n’est pas du tout un extrémiste… il ne ferait jamais de mal à quelqu’un ». On appren­dra toute­fois qu’il est en sit­u­a­tion irrégulière et vit de cours d’informatique don­nés sur internet.

Voir aussi  L’ONU via Le Monde : « une migration bien gérée est à l’avantage de tout le monde »

Pour La Croix édi­tion dig­i­tale du 30 mai, on en restera à Mohamed Hichem M. un algérien de 24 ans mais on peut appren­dre que l’enquête « a mis en évi­dence des recherch­es sur inter­net rel­a­tives au dji­had et à la fab­ri­ca­tion d’engins explosifs ». Le Monde dig­i­tal du 29 mai à 10h41 ne par­le que « d’un homme de 24 ans » et il fau­dra atten­dre le 30 mai à 8h39 pour con­naître ses deux prénoms et l’initiale de son nom de famille, un garçon « plutôt agréable, servi­able, qui fai­sait du sport ». L’article pré­cise qu’il n’a jamais fréquen­té d’école infor­ma­tique en France, sans visa étu­di­ant et prof­i­tant de visas de court séjour.

Les prin­ci­paux médias analysés n’emploient que les prénoms alors que le nom de famille M. devrait être facile à iden­ti­fi­er avec une enquête rapi­de. Mieux (ou pire), cer­tains préfèrent éviter un trau­ma­tisme à leurs lecteurs en ne par­lant très vague­ment que d’un étu­di­ant ou bien d’un jeune homme. De mau­vais esprits ver­raient là une volon­té de cacher cer­taines infor­ma­tions pour de bonnes raisons (ou de mau­vais­es) demeurées cachées, un peu trop soigneusement.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Élie Guckert

Né le 25 sep­tem­bre 1992 à Lax­ou, fils et petit-fils d’ingénieurs, Élie Guck­ert est le reje­ton d’une famille engagée à gauche dans un départe­ment, la Meuse, tra­di­tion­nelle­ment ancré à droite.

Natacha Polony

PORTRAIT — Nat­acha Polony est née le 15 avril 1975. D’origine polon­aise, elle enseigne de 1999 à 2000 dans un lycée d’Epinay-sur-Seine avant d’en démis­sion­ner. Elle n’a pas accep­té les réformes de Jack Lang trans­for­mant « l’enseignement de la lit­téra­ture en une démarche utilitariste ».

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.