Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
[Rediffusion] Assassinat de Maria : la grande manipulation des médias allemands

25 décembre 2016

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Dossiers | [Rediffusion] Assassinat de Maria : la grande manipulation des médias allemands

[Rediffusion] Assassinat de Maria : la grande manipulation des médias allemands

Le viol et le meurtre d’une jeune Allemande par un immigré afghan a dans un premier temps tétanisé la presse main stream d’outre-Rhin qui s’est murée dans le silence avant d’allumer des contrefeux. Depuis une leçon tourne en boucle : ce meurtre barbare n’a rien à voir avec l’immigration. Les peuples sont-ils encore dupes ?

Maria Laden­burg­er était une belle fille de 19 ans qui avait tout pour elle : fille d’un haut fonc­tion­naire de l’Union Européenne, très priv­ilégié finan­cière­ment et sociale­ment, elle avait de nom­breux amis, était appré­ciée de tous et jouis­sait de la ten­dresse d’une famille aimante. Elle était intel­li­gente et suiv­ait une sco­lar­ité sans ombres. Elle étu­di­ait la médecine à la fac­ulté de Fri­bourg-en-Bris­gau, dans le Pays de Bade, pas très loin du pays de ses ancêtres, Laden­burg étant une petite ville du Palati­nat tout proche. Héri­tière issue d’une bonne famille, séduisante, intel­li­gente, rece­vant une bonne édu­ca­tion et une bonne for­ma­tion, Maria avait tout son avenir devant elle.

Le 15 octo­bre 2016 au soir, elle s’est ren­due à la « Big-Medi-Night », une soirée ani­mée qui avait regroupé quelques 3 000 étu­di­ants en médecine de la ville de Fri­bourg. Une soirée qu’elle a quit­té à 2h37, à vélo, comme elle était venue. Pour ren­tr­er chez elle, elle a emprun­té une piste cyclable qui longe la Dreisam, un tout petit afflu­ent non nav­i­ga­ble du Rhin. Elle y a fait une mau­vaise ren­con­tre, a été agressée, vio­lée, puis noyée dans la riv­ière. Son corps sans vie a été décou­vert le lende­main par une joggeuse. L’autopsie a fait remon­ter la mort au 16 octo­bre, vers les 3h00 du matin. En l’absence de témoins, l’affaire sem­blait dif­fi­cile à résoudre. Mais la police a vis­i­ble­ment déployé les grands moyens – pas moins de 40 enquê­teurs – sans doute du fait de la per­son­nal­ité de la vic­time, et de sa famille, et aus­si de l’émoi sus­cité dans la ville. Des cen­taines de pho­tos ont été vision­nées, ain­si que des heures d’enregistrement vidéo de toutes les caméras proches du lieu de l’agression, tramway com­pris. Le seul indice con­cret dont dis­po­sait en réal­ité la police était des cheveux de l’agresseur sur les vête­ments de Maria. De longs cheveux noirs aux pointes teintes en blond.

La police a fini par apercevoir sur l’un des enreg­istrements vidéo des pas­sagers du tram un étrange jeune homme à la coupe de cheveux très tra­vail­lée, avec des cheveux courts mais aus­si une longue nat­te noire à la pointe teinte en blond. Le 2 décem­bre, ce jeune homme a finale­ment été iden­ti­fié et appréhendé, et l’analyse de son ADN a par­lé : un fais­ceau d’indices lour­de­ment con­cor­dant laisse ain­si à penser qu’Hussein K., un jeune Afghan de 17 ans issu de la tribu des Haz­ara, une minorité chi­ite afghane, est bien l’assassin de Maria. Il avait immi­gré illé­gale­ment dans le pays en 2015 et avait été recon­nu comme mineur isolé, ce qui lui avait per­mis de béné­fici­er d’un traite­ment de faveur, sous la forme d’un tuteur et d’un héberge­ment dans une famille d’accueil. Il n’était sans doute pas à la soirée étu­di­ante et ne con­nais­sait apparem­ment pas sa vic­time.

Ampleur des faits occultés, contre-choc des médias sociaux

Pen­dant six semaines, cet hor­ri­ble fait divers a surtout agité les jour­naux locaux et régionaux du fait de la vio­lence de l’agression, de la peur qui s’était emparée des citoyens et des citoyennes de Fri­bourg-en-Bris­gau, et du désar­roi des étu­di­ants de la fac­ulté de médecine qui con­nais­saient bien la vic­time.

Puis début décem­bre, lorsque la police annonce qu’elle a très vraisem­blable­ment iden­ti­fié l’assassin de Maria, l’affaire dis­paraît des promp­teurs et des manchettes des jour­naux. Ce sont les médias soci­aux qui pren­nent le relais, l’information sur l’affaire Maria Laden­burg­er se répan­dant désor­mais comme un feu de brousse, en Alle­magne d’abord, puis rapi­de­ment dans toute l’Europe et une par­tie du monde. Remar­quons que les médias français ont été d’une dis­cré­tion de vio­lette sur ce meurtre.

Le motif de ce bas­cule­ment ? Toute une série de faits, dont la con­ver­gence ne pou­vait qu’affoler la presse offi­cielle « poli­tique­ment cor­recte », laque­lle n’hésite plus à s’affranchir des faits quand cela l’arrange, mais embras­er les réseaux soci­aux du fait même de cette occul­ta­tion :

  • La per­son­nal­ité de l’assassin sup­posé, un migrant récem­ment entré illé­gale­ment en Alle­magne en prove­nance d’un pays sûr, plutôt bien traité par le pays d’accueil – hébergé dans une famille d’accueil, alors que nom­bre de jeunes autochtones sont à la rue.
  • Celle du père de Maria, le Dr. Clemens Laden­burg­er, assis­tant juridique du Directeur Général du Ser­vice Juridique de l’Union Européenne à Brux­elles.
  • Ce dernier avait don­né des con­férences sur la crise migra­toire en Alle­magne, notam­ment l’une d’elle le 27 avril 2016 à l’Université de Ham­bourg, inti­t­ulée : « Euro­parechtliche Her­aus­forderun­gen bei der Bewäl­ti­gung der Flüchtlingskrise » (Défis juridiques posés au droit européen dans le cadre de la maîtrise de la crise migra­toire)
  • Maria con­sacrait une par­tie de son temps libre à une asso­ci­a­tion d’aide aux migrants, la Stu­den­tenini­tia­tive Weit­blick Freiburg e.V. Une asso­ci­a­tion à laque­lle le faire-part de Maria invi­tait, entre autres, à vers­er des dons au lieu d’apporter des fleurs…

Contre-feu des médias

Les faits évo­qués ci-dessus n’auraient jamais été portés à la con­nais­sance du pub­lic sans les réseaux soci­aux qui les ont iden­ti­fiés et mis en avant. Dans le même temps, leur prise de con­nais­sance par le grand pub­lic a entraîné une foule de réac­tions très divers­es, allant de la tristesse et de la com­pas­sion à un sen­ti­ment d’horreur, mais aus­si à l’expression out­rée de la colère et de la rage d’une frange man­i­feste­ment impor­tante de la pop­u­la­tion à l’encontre d’un gou­verne­ment alle­mand imposant une poli­tique migra­toire vis­i­ble­ment por­teuse d’insécurité et igno­rant totale­ment le sen­ti­ment de sa pop­u­la­tion. Mais aus­si à l’égard de l’Union Européenne qui con­fisque les droits des peu­ples et les traite avec de plus en plus de morgue.

Ces réac­tions ont été accom­pa­g­nées de com­men­taires peu amènes à l’égard du père de la vic­time, engagé directe­ment dans la poli­tique migra­toire de l’UE, voire même, çà et là, à l’expression occa­sion­nelle d’une réjouis­sance que des familles priv­ilégiées soient enfin touchées dans leur chair par les con­di­tions de vie qu’elles imposent aux class­es pop­u­laires avec d’autant plus de facil­ité qu’elles n’en sont elles-mêmes générale­ment jamais affec­tées dans leur vie quo­ti­di­enne de priv­ilégiés.

C’est le car­ac­tère déplacé, voire odieux, de cer­tains com­men­taires qui a servi de rebond à des médias (notam­ment la télévi­sion) accusés d’occultation, affolés par le tsuna­mi inin­ter­rompu des réac­tions pop­u­laires au meurtre de Maria Laden­burg­er. Une réac­tion igno­rant bien enten­du totale­ment le fond et les caus­es de cet incendie. On appelle cela un con­tre-feu.

Quelques jours après le début de l’incendie, la presse offi­cielle alle­mande a lancé un véri­ta­ble tir de bar­rage con­tre les médias soci­aux, désor­mais devenus la bête noire des dirigeants :

  • Citant à foi­son les posts les plus odieux et les plus désoblig­eants trou­vés sur les réseaux soci­aux, soigneuse­ment triés sur le volet à l’exclusion des autres, le tout accom­pa­g­né des accu­sa­tions habituelles de « haine » et de « cam­pagne de dén­i­gre­ment », comme par exem­ple « La haine ne con­naît aucune lim­ite », du Frank­furter All­ge­meine Zeitung (FAZ) du 07/12/2016.
  • Le tabloïd Bild a pub­lié de longs inter­views de migrants choqués (spon­tané­ment ou sur vive inci­ta­tion des poli­tiques et des jour­nal­istes) par le meurtre de Maria, rap­pelant « que tous les Afghans ne sont pas des crim­inels » — ce que per­son­ne n’a du reste jamais affir­mé.
  • L’hebdomadaire Focus s’est éten­du sur une man­i­fes­ta­tion de sol­i­dar­ité « spon­tanée » des migrants.

De son côté, Chris­t­ian Wal­burg, spé­cial­iste du Krim­i­nal­wis­senschaftlich­es Insti­tut der Uni Mün­ster (insti­tut des sci­ences crim­inelles de l’Université de Mün­ster), en se bas­ant sur une lec­ture expurgée (par exem­ple des élé­ments relat­ifs aux per­son­nes orig­i­naires d’Afrique du Nord ou encore du Koso­vo) d’un rap­port ad hoc du Bun­deskrim­i­nalamt (office fédéral alle­mand de la crim­i­nal­ité) et faisant fi de l’expérience empirique de mil­lions d’Européens non priv­ilégiés, avançait que les sta­tis­tiques de la crim­i­nal­ité démon­traient (prob­a­ble­ment à l’instar de celles con­cer­nant la pro­duc­tion indus­trielle dans l’URSS), qu’il n’y avait aucun lien entre la crise migra­toire et la spec­tac­u­laire mon­tée en puis­sance en Alle­magne de la délin­quance en général et de la délin­quance sex­uelle en par­ti­c­uli­er, celle-ci avérée.

Le crim­i­no­logue Chris­t­ian Pfeif­fer déclarait de son côté aux jour­naux locaux Heil­bron­ner Stimme et Mannheimer Mor­gen que « le fait que de jeunes hommes vien­nent de cul­tures machistes ne sig­nifi­ait en rien que ceux-ci tendraient fon­da­men­tale­ment à vio­l­er davan­tage que les autres » — sans autres nuances rel­a­tives à des faits cul­turels et religieux, ni référence à des exem­ples écla­tants de cer­tains pays du Moyen-Ori­ent, en temps de guerre ou de paix.

Une symbolique lourde de sens

L’affaire Maria Laden­burg­er porte en elle des élé­ments exem­plaires d’une for­mi­da­ble manip­u­la­tion des médias :

L’Europe est le seul con­ti­nent accusé en per­ma­nence du crime de racisme à l’exclusion de tous les autres où règ­nent des vio­lences eth­niques et religieuses d’une tout autre ampleur. L’Europe est en réal­ité le con­ti­nent de très loin le plus tolérant, le plus com­pas­sion­nel et le plus généreux avec les autres, sans aucune com­para­i­son pos­si­ble avec quelque autre par­tie du monde.

L’accusation per­ma­nente de racisme est une inver­sion accusatoire per­me­t­tant non seule­ment à cer­tains d’abuser de la générosité européenne, mais encore d’y répon­dre par la haine sans se sen­tir obligé à la moin­dre recon­nais­sance vis-à-vis de cette générosité, ressen­tie non seule­ment comme un dû, mais égale­ment comme insuff­isante, ouvrant le con­ti­nent à toutes les pré­da­tions.

Le meurtre d’une jeune femme (certes issue d’un milieu priv­ilégiée), belle, tolérante, généreuse et inno­cente, par un étranger qui avait été accueil­li et bien traité dans sa mai­son revêt une valeur sym­bol­ique dans l’imaginaire de tous les peu­ples du monde. Le sui­cide de Lucrèce souil­lée par Tar­quin avait été ressen­ti en son temps par tout le peu­ple out­ré comme un viol de l’âme romaine par la tyran­nie de ce dernier. Le meurtre de Maria a été ressen­ti par une grande par­tie des alle­mands comme le viol de l’Europe livrée à la vio­lence, à l’agression et à l’invasion, avec la com­plic­ité d’une grande par­tie de ses élites poli­tiques et intel­lectuelles. Que ce juste sen­ti­ment puisse être exprimé de façon par­fois out­rée par des gens sim­ples n’enlève rien à sa valeur

Sources

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.