Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Alessandra Sublet, l’inconnue qui a fait décoller « C à vous »

1 juillet 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Alessandra Sublet, l’inconnue qui a fait décoller « C à vous »

Alessandra Sublet, l’inconnue qui a fait décoller « C à vous »

Quatre ans qu’elle animait « C à vous » sur France 5. Alessandra Sublet a raccroché ses crampons vendredi 28 juin 2013, après avoir accompli l’une des plus fulgurantes réussites télévisées de ces dernières années.

Cet ovni du PAF a réus­si l’exploit de s’imposer en « acces prime-time » face aux poids lourds des chaînes con­cur­rentes, et sin­gulière­ment du « Grand Jour­nal » de Michel Denisot. Pierre-Antoine Cap­ton, le pro­duc­teur de « C à vous », cher­chait « une fille, plus jeune, plus fraîche et pétil­lante ». Il n’a sans doute pas regret­té son choix. « Alessan­dra est la per­son­ne qui dégage le plus à la télé », se réjouit ce dernier.

Loin des strass et des pail­lettes de Canal et du canapé rouge de Druck­er, Alessan­dra Sub­let est passé du statut de som­bre incon­nue à celui d’animatrice incon­tourn­able de sa tranche horaire avec une banale salle à manger meublée chez Ikéa où elle reçoit ses invités autour d’un repas. Avec sa bonne humeur com­mu­nica­tive, son opti­misme et son énergie débor­dante, elle a fait décoller l’audience de son émis­sion. Celle-ci est passée de 150 000 à 845 000 téléspec­ta­teurs entre sep­tem­bre 2012 et avril 2013.

Mal­gré quelques boulettes, pro­pres à cette fausse naïveté qui est sa mar­que de fab­rique, rien n’a su arrêter son ascen­sion. C’est une « machine de guerre », avance Le Figaro. « Sa grande force, Alessan­dra Sub­let la tire prob­a­ble­ment, aus­si, de son côté ter­ri­ble­ment nature. De cette espèce d’empathie qu’elle sus­cite. La dame ne fait pas sem­blant d’être ce qu’elle n’est pas. Elle ne joue pas aux femmes savantes. Ne se pose pas en bobo branchée », ajoute le quotidien.

Pour­tant, l’animatrice vient de loin. Élevée dans la ban­lieue lyon­naise par des par­ents qui vendaient et louaient des car­a­vanes, sa ren­con­tre avec Decha­vanne l’a propul­sée sur le petit écran dans « Com­bi­en ça coûte ? » sur TF1, après des pro­jets tués dans l’œuf dans le milieu de la danse et un pas­sage à la radio.

Après 4 ans de bons et loy­aux ser­vices, Alessan­dra Sub­let a décidé d’arrêter son émis­sion quo­ti­di­enne sur France 5, vic­time, comme elle l’écrit dans son livre, d’un « baby blues » à la nais­sance de sa fille à laque­lle elle souhaite désor­mais con­sacr­er plus de temps.

Voir aussi : Alessandra Sublet : un salaire de +227% en deux ans ?

Crédi­ti pho­to : cap­ture d’écran France 5 via Youtube

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.