Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Agression homophobe en Vendée : Pierre Plottu et le journalisme militant

12 août 2019

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Agression homophobe en Vendée : Pierre Plottu et le journalisme militant

Agression homophobe en Vendée : Pierre Plottu et le journalisme militant

Pre­mière dif­fu­sion le 24/05/2019

Comme l’ont relaté divers journaux avec vidéo à l’appui, des étudiants ont manifesté contre un stand LGBT lors de la “journée de lutte contre l’homophobie et la transphobie” à La Roche-sur-Yon (Vendée). Cet incident très mineur, quelques ballons arc en ciel éclatés et des slogans « homofolie ça suffit », a été monté en épingle par les cercles LGBT et certains médias.

Des étu­di­ants de l’Institut Catholique de Vendée (ICES) seraient impliqués dans les faits. Élé­ment que Pierre Plot­tu, le directeur de la rédac­tion (depuis sep­tem­bre 2017) de France Soir n’a pas loupé et qui l’a poussé à ten­ter de dress­er un por­trait de l’un d’en­tre eux dans un exer­ci­ce qui est plus proche de la police de prox­im­ité que du jour­nal­isme. Mais d’où par­le Pierre Plottu ?

Pierre Plottu, spécialiste des “Droites extrêmes et radicales / fachosphère”

Jour­nal­iste à France Soir, il sem­ble très intéressé par les “droites extrêmes et rad­i­cales” comme il le men­tionne sur son pro­fil Twit­ter. Ses dif­férents tweets le con­fir­ment car il ne par­le qua­si­ment que de cela.Tout comme les arti­cles qu’il écrit pour France Soir, toutes ses pub­li­ca­tions sont dignes d’un col­lab­o­ra­teur du défunt gauchiste Fafwatch, ce qui est tout à fait curieux lorsque l’on dirige la rédac­tion d’un quo­ti­di­en général­iste classique.

Mais le prob­lème est, qu’en plus d’être obsédé par “l’ex­trême droite”, ce dernier adopte un ton plus mil­i­tant que jour­nal­is­tique. Quel jour­nal­iste sérieux oserait utilis­er le terme de “facho” dans le titre de l’un de ces arti­cles, comme il l’a fait il y a deux mois ? Et que dire de ce tweet d’il y a seule­ment quelques jours où il utilise le terme de “pseu­do” pour par­ler de “l’in­térêt supérieur de l’en­fant”, à la manière d’un opposant de la pre­mière date à la mou­vance de la Manif pour tous.

Pierre Plot­tu a d’ailleurs déjà été pointé du doigt pour son côté mil­i­tant. En 2018, le site Les Crises avait pub­lié un long bil­let dénonçant le traite­ment qu’il accor­dait à Jean-Luc Mélen­chon dans l’un de ses articles.

En même temps, pour quelqu’un qui a été can­di­dat social­iste pour les munic­i­pales de 2014, il faut peut-être ne pas s’attendre à ce que l’objectivité soit au rendez-vous…

Pour attaquer un étudiant, une liste d’arguments peu solides

Revenons-en au cas plus pré­cis de l’article qui dresse le por­trait de l’é­tu­di­ant le plus en pointe dans ce chahut. Plot­tu use abon­dam­ment d’arguments, plus que bancals.

Dans cet arti­cle, Pierre Plot­tu s’attaque au BDE (bureau des élèves), nom­mé Politeia, en soulig­nant le fait que ce dernier a invité le LR Bruno Retail­leau pour une con­férence. La con­nivence sous-enten­due tombe vite à l’eau car le député et vice-prési­dent du groupe LREM Sacha Houlié, y a aus­si été récem­ment invité.

Un autre argu­ment pour­rait défini­tive­ment prou­ver la prox­im­ité entre le BDE et Bruno Retail­leau. Le BDE a le même nom qu’un insti­tut créé en jan­vi­er 2019 par “Force répub­li­caine” que pré­side Bruno Retail­leau. Mais ce terme (politeia) n’est rien d’autre qu’un con­cept de philoso­phie poli­tique que d’autres ont aus­si util­isé, comme le Par­ti de Gauche, pour une ren­con­tre en 2013.

Politeia a aus­si organ­isé des soirées, dont une sur le thème “fran­chouil­lard” que Pierre Plot­tu s’empresse de brandir comme une autre preuve évi­dente du tour­nant rad­i­cal don­né au BDE. Argu­ment très super­fi­ciel dès lors que l’on sait que les soirées à thème jouant sur les clichés nationaux sont un clas­sique des BDE mais aus­si qu’une soirée cubaine a été organ­isée fin 2018. Le BDE serait donc à la fois d’ex­trême droite et nos­tal­gique de la révo­lu­tion cubaine ? Il est défini­tive­ment com­pliqué d’être jour­nal­iste et de faire du militantisme…

Échantillon

francesoir.fr/politique-france/montpellier-des-identitaires-de-la-ligue-du-midi-saccagent-le-local-une-association-aide-mineurs-isoles-extreme-droite-dissolution-herault

francesoir.fr/societe-faits-divers/les-brigandes-la-secte-responsable-un-meurtre

francesoir.fr/politique-france/controle-des-naissances-en-afrique-le-grand-remplacement-de-dupont-aignan-denonce

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Claude Askolovitch

PORTRAIT — Claude Askolovitch débute sa car­rière à Sci­ences et Vie Économie puis entre à RFO avant d’être engagé au Matin de Paris. Fin 1987, il rejoint Europe 1 puis devient reporter à l’EDJ et à Marianne.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.