Accueil | Actualités | Médias | Agression homophobe en Vendée : Pierre Plottu et le journalisme militant
Pub­lié le 12 août 2019 | Éti­quettes : ,

Agression homophobe en Vendée : Pierre Plottu et le journalisme militant

Première diffusion le 24/05/2019

Comme l’ont relaté divers journaux avec vidéo à l’appui, des étudiants ont manifesté contre un stand LGBT lors de la “journée de lutte contre l’homophobie et la transphobie” à La Roche-sur-Yon (Vendée). Cet incident très mineur, quelques ballons arc en ciel éclatés et des slogans « homofolie ça suffit », a été monté en épingle par les cercles LGBT et certains médias.

Des étudiants de l’Institut Catholique de Vendée (ICES) seraient impliqués dans les faits. Élément que Pierre Plottu, le directeur de la rédaction (depuis septembre 2017) de France Soir n’a pas loupé et qui l’a poussé à tenter de dresser un portrait de l'un d'entre eux dans un exercice qui est plus proche de la police de proximité que du journalisme. Mais d’où parle Pierre Plottu ?

Pierre Plottu, spécialiste des “Droites extrêmes et radicales / fachosphère”

Journaliste à France Soir, il semble très intéressé par les “droites extrêmes et radicales” comme il le mentionne sur son profil Twitter. Ses différents tweets le confirment car il ne parle quasiment que de cela.Tout comme les articles qu’il écrit pour France Soir, toutes ses publications sont dignes d’un collaborateur du défunt gauchiste Fafwatch, ce qui est tout à fait curieux lorsque l’on dirige la rédaction d’un quotidien généraliste classique.

Mais le problème est, qu’en plus d’être obsédé par “l'extrême droite”, ce dernier adopte un ton plus militant que journalistique. Quel journaliste sérieux oserait utiliser le terme de “facho” dans le titre de l’un de ces articles, comme il l’a fait il y a deux mois ? Et que dire de ce tweet d’il y a seulement quelques jours où il utilise le terme de “pseudo” pour parler de "l'intérêt supérieur de l'enfant”, à la manière d’un opposant de la première date à la mouvance de la Manif pour tous.

Pierre Plottu a d’ailleurs déjà été pointé du doigt pour son côté militant. En 2018, le site Les Crises avait publié un long billet dénonçant le traitement qu’il accordait à Jean-Luc Mélenchon dans l’un de ses articles.

En même temps, pour quelqu’un qui a été candidat socialiste pour les municipales de 2014, il faut peut-être ne pas s’attendre à ce que l’objectivité soit au rendez-vous...

Pour attaquer un étudiant, une liste d’arguments peu solides

Revenons-en au cas plus précis de l’article qui dresse le portrait de l'étudiant le plus en pointe dans ce chahut. Plottu use abondamment d’arguments, plus que bancals.

Dans cet article, Pierre Plottu s’attaque au BDE (bureau des élèves), nommé Politeia, en soulignant le fait que ce dernier a invité le LR Bruno Retailleau pour une conférence. La connivence sous-entendue tombe vite à l’eau car le député et vice-président du groupe LREM Sacha Houlié, y a aussi été récemment invité.

Un autre argument pourrait définitivement prouver la proximité entre le BDE et Bruno Retailleau. Le BDE a le même nom qu’un institut créé en janvier 2019 par “Force républicaine” que préside Bruno Retailleau. Mais ce terme (politeia) n’est rien d’autre qu’un concept de philosophie politique que d’autres ont aussi utilisé, comme le Parti de Gauche, pour une rencontre en 2013.

Politeia a aussi organisé des soirées, dont une sur le thème “franchouillard” que Pierre Plottu s’empresse de brandir comme une autre preuve évidente du tournant radical donné au BDE. Argument très superficiel dès lors que l’on sait que les soirées à thème jouant sur les clichés nationaux sont un classique des BDE mais aussi qu’une soirée cubaine a été organisée fin 2018. Le BDE serait donc à la fois d'extrême droite et nostalgique de la révolution cubaine ? Il est définitivement compliqué d’être journaliste et de faire du militantisme...

Échantillon

francesoir.fr/politique-france/montpellier-des-identitaires-de-la-ligue-du-midi-saccagent-le-local-une-association-aide-mineurs-isoles-extreme-droite-dissolution-herault

francesoir.fr/societe-faits-divers/les-brigandes-la-secte-responsable-un-meurtre

francesoir.fr/politique-france/controle-des-naissances-en-afrique-le-grand-remplacement-de-dupont-aignan-denonce

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This