Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Agnès Saal (INA) mise en cause pour ses frais de taxi

27 avril 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Agnès Saal (INA) mise en cause pour ses frais de taxi

Agnès Saal (INA) mise en cause pour ses frais de taxi

Mise à jour au 28/04/2015 : Agnès Saal a présenté sa démission à la demande de Fleur Pellerin, ministre de la Culture.

Après Math­ieu Gal­let, mis en cause pour ses dépens­es à la tête de Radio France, c’est au tour de la PDG de l’In­sti­tut nation­al de l’Au­dio­vi­suel d’être sous le feu des cri­tiques.

Récem­ment, une let­tre anonyme a alerté les admin­is­tra­teurs de l’I­NA sur les frais de taxis d’Ag­nès Saal, fac­tures détail­lées à l’ap­pui. Selon ce doc­u­ment, celle-ci a ain­si total­isé une fac­ture de 40 915 euros auprès des taxis G7, dont env­i­ron 7 000 euros d’abon­nement et plus de 32 000 euros de déplace­ment… le tout alors qu’elle dis­pose d’un véhicule de fonc­tion avec chauf­feur.

Pour le cor­beau à l’o­rig­ine des révéla­tions sur­v­enues la veille du con­seil d’ad­min­is­tra­tion de l’I­NA, ces fac­tures « matéri­alisent une pos­si­bil­ité d’abus de biens soci­aux ». La PDG a donc dû s’en expli­quer devant le con­seil, qui « com­prend une séna­trice, un député, des représen­tants des min­istère de la cul­ture et de Bercy, un représen­tant de la cour des compte, des représen­tants du per­son­nel et des per­son­nal­ités qual­i­fiées », note Le Figaro.

À cette occa­sion, Mme Saal a expliqué qu’elle avait déjà rem­boursé une par­tie de ces frais rel­e­vant de ses déplace­ments per­son­nels. « En tant que PDG de l’I­NA, j’ai une voiture de ser­vice avec chauf­feur à dis­po­si­tion. Mais, comme je ne peux pas le faire tra­vailler 12 à 15 heures par jour ni les week-ends, j’ai égale­ment un abon­nement aux taxis G7, car je n’ai pas de per­mis de con­duire. Ce dis­posi­tif avait déjà existé avant mon arrivée et je l’ai repris », a‑t-elle plaidé.

Cepen­dant, sur la fac­ture, 6 700 euros sont directe­ment imputa­bles à son fils, avec qui elle a partagé son code de réser­va­tion. « C’est une mal­adresse, j’en recon­nais la respon­s­abil­ité et j’ai immé­di­ate­ment rem­boursé ces frais », a‑t-elle recon­nu.

Reste les déplace­ments en week-end, qui s’élèvent à 7 800 euros et pour lesquels la fron­tière entre le privé et le pro­fes­sion­nel est à déter­min­er. « Je suis en train de faire le décompte. Ce n’est pas évi­dent de savoir si une course de taxi pour un événe­ment dans lequel je représente l’I­NA est pro­fes­sion­nel ou per­son­nel. Mais j’es­time que l’usage pro­fes­sion­nel du taxi pen­dant les week-ends représente env­i­ron un tiers ou un quart de la fac­ture », a‑t-elle noté avant de s’en­gager, devant les admin­is­tra­teurs, à rem­bours­er inté­grale­ment ses dépens­es.

Et Agnès Saal de con­clure en rap­pelant que dès novem­bre 2014, elle avait « pris la déci­sion de réduire le bud­get 2015 de frais de fonc­tion­nement de la prési­dence de l’I­NA de 90 000 euros à 70 000 euros ». Quant aux réno­va­tions du bureau, rien à sig­naler hormis « trois lam­pes Ikéa »

Crédit pho­to : arg­onav­i­go via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).