Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Agnès Saal (INA) mise en cause pour ses frais de taxi

27 avril 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Agnès Saal (INA) mise en cause pour ses frais de taxi

Agnès Saal (INA) mise en cause pour ses frais de taxi

Mise à jour au 28/04/2015 : Agnès Saal a présenté sa démission à la demande de Fleur Pellerin, ministre de la Culture.

Après Math­ieu Gal­let, mis en cause pour ses dépens­es à la tête de Radio France, c’est au tour de la PDG de l’In­sti­tut nation­al de l’Au­dio­vi­suel d’être sous le feu des cri­tiques.

Récem­ment, une let­tre anonyme a alerté les admin­is­tra­teurs de l’I­NA sur les frais de taxis d’Ag­nès Saal, fac­tures détail­lées à l’ap­pui. Selon ce doc­u­ment, celle-ci a ain­si total­isé une fac­ture de 40 915 euros auprès des taxis G7, dont env­i­ron 7 000 euros d’abon­nement et plus de 32 000 euros de déplace­ment… le tout alors qu’elle dis­pose d’un véhicule de fonc­tion avec chauf­feur.

Pour le cor­beau à l’o­rig­ine des révéla­tions sur­v­enues la veille du con­seil d’ad­min­is­tra­tion de l’I­NA, ces fac­tures « matéri­alisent une pos­si­bil­ité d’abus de biens soci­aux ». La PDG a donc dû s’en expli­quer devant le con­seil, qui « com­prend une séna­trice, un député, des représen­tants des min­istère de la cul­ture et de Bercy, un représen­tant de la cour des compte, des représen­tants du per­son­nel et des per­son­nal­ités qual­i­fiées », note Le Figaro.

À cette occa­sion, Mme Saal a expliqué qu’elle avait déjà rem­boursé une par­tie de ces frais rel­e­vant de ses déplace­ments per­son­nels. « En tant que PDG de l’I­NA, j’ai une voiture de ser­vice avec chauf­feur à dis­po­si­tion. Mais, comme je ne peux pas le faire tra­vailler 12 à 15 heures par jour ni les week-ends, j’ai égale­ment un abon­nement aux taxis G7, car je n’ai pas de per­mis de con­duire. Ce dis­posi­tif avait déjà existé avant mon arrivée et je l’ai repris », a‑t-elle plaidé.

Cepen­dant, sur la fac­ture, 6 700 euros sont directe­ment imputa­bles à son fils, avec qui elle a partagé son code de réser­va­tion. « C’est une mal­adresse, j’en recon­nais la respon­s­abil­ité et j’ai immé­di­ate­ment rem­boursé ces frais », a‑t-elle recon­nu.

Reste les déplace­ments en week-end, qui s’élèvent à 7 800 euros et pour lesquels la fron­tière entre le privé et le pro­fes­sion­nel est à déter­min­er. « Je suis en train de faire le décompte. Ce n’est pas évi­dent de savoir si une course de taxi pour un événe­ment dans lequel je représente l’I­NA est pro­fes­sion­nel ou per­son­nel. Mais j’es­time que l’usage pro­fes­sion­nel du taxi pen­dant les week-ends représente env­i­ron un tiers ou un quart de la fac­ture », a‑t-elle noté avant de s’en­gager, devant les admin­is­tra­teurs, à rem­bours­er inté­grale­ment ses dépens­es.

Et Agnès Saal de con­clure en rap­pelant que dès novem­bre 2014, elle avait « pris la déci­sion de réduire le bud­get 2015 de frais de fonc­tion­nement de la prési­dence de l’I­NA de 90 000 euros à 70 000 euros ». Quant aux réno­va­tions du bureau, rien à sig­naler hormis « trois lam­pes Ikéa »

Crédit pho­to : arg­onav­i­go via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision