« La bataille pour la survie » des pure players engagée

« La bataille pour la survie » des pure players est engagée

« La bataille pour la survie » des pure players engagée

Télécharger en PDF

Les études sur les pure players d’information se suivent et se ressemblent. En effet, après une récente publication du Reuters institute for the study of journalism de l’université d’Oxford, c’est au tour de l’universitaire Nikos Smyrnaios, de l’Université de Toulouse, de publier un article sur inaglobal.fr, la revue des industries créatives et des médias, au sujet des sites d’informations français et de leurs modèle économique.

Retraçant, tout d’abord, l’historique de ces sites d’informations, l’auteur fait remarquer justement que « les pure players tentent d’inventer un nouveau journalisme en ligne […] et de contribuer à la diversité de l’information disponible sur le web ». Ce « nouveau journalisme » sort peu à peu de la confidentialité, puisque, « 18% d’un échantillon représentatif de Français […] ont déclaré explicitement s’informer auprès des pure players sur la campagne électorale » lors des dernières élections présidentielles.

Autre particularité de ce « nouveau journalisme » : la participation du public, à la fois expert, source, commentateur et lecteur. Cet internaute qui contribue aux pure players est « porteur d’un discours critique envers les journalistes professionnels et les « grands médias ». Conséquence directe de ce fait nouveau, les journalistes sont contraints de s’adapter.

Cependant, et toutes les études le confirment, la faiblesse principale des pure players vient de leur modèle économique. Les sites dont les contenus sont gratuits dépendent de la publicité et cela « complique la mise en place de modèles d’affaires rentables ». Résultat, selon l’auteur de l’article, « leur survie et leur indépendance sont loin d’être garanties », comme le montre le récent retrait forcé de Rue89 du syndicat de la presse en ligne, dont il était pourtant, avec d’autres, à l’origine.

Au final, peu de pure players sont rentables. Et Nikos Smyrnaios de conclure, pessimiste, « la bataille pour la survie et pour l’émergence d’un modèle alternatif est engagée. Mais l’issue demeure incertaine ».

Source : inaglobal.fr

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook