Portrait : Dominique Reynié
Ça va mal pour la presse gratuite

Ça va mal pour la presse gratuite

Télécharger en PDF

En pleine crise du marché publicitaire, la presse gratuite, qui ne vit précisément que de la publicité, peine à trouver une alternative.

Les trois quotidiens gratuits que sont 20 Minutes, Direct Matin et Metronews ont vu leurs recettes baisser de 8,6 % sur les trois premiers trimestres 2013. Celles-ci devraient avoisiner les 80 millions d’euros sur l’année, contre 100 millions à l’époque de leur apogée. Selon un éditeur, « au rythme où vont les choses, on ne voit pas comment chacun d’eux pourrait échapper à des restructurations drastiques. À moins d’accepter de continuer de financer à perte ».

20 Minutes, le premier quotidien gratuit de France lancé en 2002, vient de terminer l’année dans le rouge après 5 années bénéficiaires. Avec ses 945 000 exemplaires, il reste le leader du marché mais concède une baisse de 10 % de ses recettes et devrait, selon Le Figaro, subir des pertes de 4 à 5 millions d’euros. En décembre dernier, un plan de départs avait été annoncé. Outre ces économies, 20 Minutes ne dessert plus que 36 villes sur les 45 d’origine. Pour survivre, le quotidien compte sur sa grosse présence numérique : 5,5 millions de visiteurs uniques par mois.

Du côté de Direct Matin, deuxième diffuseur avec 900 000 exemplaires, on subit des pertes depuis le lancement en 2007. Mais tant que Vincent Bolloré les épongera, l’aventure continuera… En attendant, Direct Matin n’est pas décidé à abandonner le papier pour le numérique. « Contrairement à 20 Minutes, nous ne baissons pas notre diffusion. Nous ne sommes pas dans une logique d’économies », a indiqué Jean-Christophe Thiery, président de Bolloré Média. Le quotidien vise 4 nouvelles villes à desservir d’ici fin mars.

Enfin, à Metronews, troisième diffuseur avec 743 000 exemplaires quotidiens, on cherche également à se raccrocher au numérique. Pour ce faire, le journal s’appuie sur son site internet, qui a doublé sa fréquentation et atteint aujourd’hui 3,1 millions de visiteurs uniques par mois.

Crédit photo : sensual_shadows_photography via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook