Affaire N. Dialo : Sophie de Menthon accuse RMC

Affaire Nafissatou Dialo : Sophie de Menthon accuse RMC

Affaire N. Dialo : Sophie de Menthon accuse RMC

Télécharger en PDF

Suite à ses propos polémiques sur RMC et son renvoi de la station (voir notre article sur le sujet), Sophie de Menthon a tenu à s’expliquer, se disant « bouleversée » par cette mise à l’index et estimant que l’on tentait de tout lui mettre sur le dos.

« Olivier Truchot et Alain Marschall déclarent que je me serais désolidarisée des GG, a-t-elle déclaré au Figaro. Ils évoquent une dépêche AFP reprenant mes déclarations, mais qui venaient rectifier une première dépêche parue vers 20h le jour de la décision du CSA. C’est M. Truchot qui me l’a adressée, sans le moindre commentaire. Cette dépêche lapidaire me cite comme seule incriminée dans la décision du CSA. Les explications que j’ai apportées à l’AFP vers 23h pour rectifier cette première version ont été reprises dans une deuxième dépêche. C’est une mise au point qui est retenue pour me reprocher une « désolidarisation ». »

Et cette dernière de se justifier sur le fait de ne pas s’être excusée, contrairement à Franck Tanguy : « Sont-ils en train d’essayer d’avoir ma peau ? Dans cette affaire je suis la seule à être chargée de tous les péchés du monde. On me reproche des excuses tardives. Mais Franck Tanguy a été invité à l’antenne pour s’excuser, et pas moi. On m’a interdit de parler de cette affaire pour me protéger en me précisant que je n’avais pas à m’excuser n’ayant pas tenu de propos injurieux pour ma part. Ce sont les mêmes qui m’ont interdit d’en parler qui m’accusent aujourd’hui de ne pas m’être excusée plus tôt… »

« Qu’on approuve ou désapprouve mon « point de vue », j’ai essayé seulement de développer un avis sur la « chance » d’obtenir au civil 1 million de dollars pour un fait qui n’a pas pu être qualifié ou condamné au pénal », a expliqué celle qui, le 21 janvier dernier, avait déclaré à propos de Nafissatou Diallo et de l’affaire DSK : « Je me demande, c’est horrible à dire, si ce n’est pas ce qui lui est arrivé de mieux ! Moi je pense que l’argent qu’elle a gagné, qui lui permet d’élever sa fille, elle ne l’aurait jamais eu dans toute son existence et j’espère qu’elle oubliera ce moment extrêmement désagréable. »

Selon Sophie de Menthon, chef d’entreprise, les animateurs ne lui auraient pas laissé la possibilité de s’expliquer à la suite de son intervention. « On aurait pu m’amener au cours de l’émission à préciser mon point de vue, a-t-elle estimé. Au lieu de cela, j’ai été relancée à plusieurs reprises sur le thème « quel est pour toi le prix du viol? ». Pendant l’émission, ma réaction indignée ne m’a pas permis de m’expliquer davantage… mais je n’incrimine pas l’émission qui fonctionne comme ça. »

En guise de conclusion, la chef d’entreprise déclare ne pas souhaiter qu’on lui mette tout sur le dos : « Être solidaire d’une équipe avec laquelle j’ai travaillé depuis près de dix ans – ce que je suis -, ce n’est pas endosser les propos des autres intervenants… ni tous les torts. »

Crédit photo : Cadremploi via Youtube

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook